Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - Russie : les "Mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Au moins 45 morts lors d'un atterrissage d'urgence à Taïwan

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

  • Le Festival d'Avignon, une tradition politique ancrée dans l'actualité

    En savoir plus

Amériques

Enfants tués par un python au Canada : la cage était dans l'appartement

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/08/2013

Les autorités canadiennes ont démenti l'information selon laquelle le python soupçonné d'avoir tué, lundi, deux enfants durant leur sommeil s'était échappé d'un magasin situé en-dessous des lieux du drame.

L’émotion est grande à Campbellton, une localité située dans la province du Nouveau-Brunswick, dans l’est du Canada. Dans la nuit du dimanche 5 au lundi 6 août, un python aurait tué deux enfants de 5 et 7 ans durant leur sommeil.

Venus passer la nuit chez un ami, les deux jeunes garçons dormaient dans l'une des chambres de l'appartement situé à l'étage directement au-dessus d’un magasin spécialisé dans la vente de serpents, d'alligators et de poissons exotiques. D'après les premières informations, le python s’était échappé d'une cage au rez-de-chaussée du bâtiment. Mais mardi, la gendarmerie royale du Canada (GRC) a indiqué que le serpent se trouvait déjà dans l’appartement où les enfants passaient la nuit. Exit, donc, l’hypothèse selon laquelle le reptile avait réussi à se faufiler dans le système d'aération du magasin pour atteindre le premier étage.

"Le serpent se serait échappé de sa cage de verre pendant la nuit de dimanche à lundi, par un orifice relié au système de ventilation. Il se serait déplacé dans le système pour ensuite se rendre au-dessus du salon où dormaient les deux garçons. Une conduite aurait alors cédé sous le poids du reptile", rapporte le site de Radio Canada.

Espèce interdite

Lundi, au petit matin, les forces de l'ordre ont été appelées sur les lieux. Une enquête a été diligentée pour connaître les circonstances du drame et une autopsie du corps des deux victimes devait avoir lieu mardi. Selon l'enquête préliminaire, la GRC indiquait "croire que les deux garçons ont été étranglés par le serpent". Mais aucune précision n'a été donnée quant à d'éventuelles marques de strangulation découvertes sur les corps.

Le python de 4 mètres et 45 kilos en cause dans cette affaire appartient à une espèce interdite dans le Nouveau-Brunswick. Lors d'un point de presse tenu mardi après-midi, la GRC a confirmé qu'il était question d'un python de Seba, un type de serpent qui ne peut être vendu ni possédé dans la province sans permis. Même si l'animal avait fait partie des espèces permises, sa taille aurait dépassé les 3 mètres autorisés. On ignore si le propriétaire détenait ou non le permis requis. Les enquêteurs ont indiqué que le python a été euthanasié par les services vétérinaires de la province.

Scepticisme des experts

Lundi en fin de journée, les enquêteurs étaient donc très prudents dans leurs déclarations et s'en remettaient aux résultats des autopsies. En effet, nombre d’experts se montrent sceptiques. Selon eux, l'attaque de deux jeunes garçons par un serpent constricteur est extrêmement rare. Ainsi, David Rodrigue, directeur du Zoo Ecomuseum de Montréal, a émis des doutes sur l'antenne de Radio Canada : "C'est difficile à croire", ce type d'accident serait "un cas isolé et très très extraordinaire et très peu probable". D'après lui, le python est un animal qui mord pour se défendre et qui étrangle sa proie uniquement pour se nourrir.

Contacté par FRANCE 24, Antoine Gouygou, expert en reptiles au parc animalier Reptiland, situé dans le sud-ouest de la France, précise pour sa part qu’il ne s’agit pas d’une strangulation mais d’une "constriction". "Le python fait une boucle et serre, et la victime meurt d’arrêt cardiaque et non de suffocation", explique-t-il, avant d'ajouter, lui aussi, qu’habituellement ce type de serpent attaque une proie dans le but de se nourrir. Selon lui, "ce n’est pas un comportement normal, les pythons n’ont pas pour habitude de s’en prendre aux humains de la sorte". Il estime que "tout dépend des circonstances du drame. Une odeur particulière, de rongeur par exemple, a pu attirer l’animal."

Le maire adjoint de Campbellton, Ian Comeau, a déploré cet accident en reconnaissant que des habitants avaient par le passé regretté la présence d'un tel magasin animalier, installé depuis 15 ans en ville. Il a ajouté que l'arrêté municipal qui avait autorisé ce commerce serait certainement révisé.

Avec dépêches

Première publication : 07/08/2013

  • CANADA

    Deux enfants tués par un python au Canada : "Difficile à croire", selon les experts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)