Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SPORT

Mondiaux d'athlétisme : la sprinteuse Stella Akakpo dans la cour des grands

© http://www.rieti2013.org

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 07/08/2013

À 19 ans, Stella Akakpo est l'un des grands espoirs de l'athlétisme français. Après avoir gagné le titre de championne d'Europe juniors sur 100m, la sprinteuse va honorer sa première sélection senior aux Mondiaux de Moscou.

À quelques jours du début des championnats du monde d’athlétisme à Moscou (du 10 au 18 août), Stella Akakpo affiche une grande décontraction. "D’habitude, je suis toujours stressée avant les compétitions, mais là ce n’est pas le cas, peut-être parce que je ne me rends pas compte !", confie-t-elle avec malice à FRANCE 24. À 19 ans, l’athlète va pourtant vivre en Russie l’un des moments les plus importants de sa jeune carrière. Elle va participer pour la première fois à des Mondiaux au sein de l’équipe tricolore senior. Stella Akakpo a été sélectionnée pour représenter la France dans la discipline reine du 100 m et dans le relais 4x100m.

Championne d’Europe juniors

Le 19 juillet à Rieti, en Italie, la sportive s’est illustrée en remportant la finale du 100m des championnats d’Europe juniors (11''52). Avec ce titre en poche et la meilleure performance française de la saison (11''26 réalisé en série), elle a été invitée en toute logique à rejoindre les "grands" : "On me permet de faire ces championnats du monde pour que je puisse voir ce que représente le haut niveau et acquérir de l’expérience".

La jeune femme, qui a grandi à Crépy-en-Valois en région parisienne, est couvée par la Fédération. Alors que la championne Christine Arron a tiré sa révérence l’année dernière et que Muriel Hurtis semble bientôt prête à raccrocher ses pointes, Stella Akakpo incarne la relève du sprint tricolore. Même si tous les regards sont aujourd’hui braqués sur elle, l’étoile montante préfère ignorer ce nouveau statut : "C’est ma première sélection, je garde les pieds sur terre. Je suis encore jeune. Je ne me dis pas que j’ai passé un palier supplémentaire. Je reste la même".

La sprinteuse n’avait d’ailleurs jamais vraiment envisagé d’atteindre un tel niveau. Elle n’a commencé la course qu’à l’adolescence après avoir été repéré lors de cross scolaires qu’elle remportait chaque année. "Comme je finissais toujours par un sprint, il y a quelqu’un de ma ville qui m’a conseillé d’en faire, se souvient-elle. C’était un peu compliqué à cette période-là de ma jeunesse. Je ne savais pas ce que je voulais. Je ne m’entraînais pas trop. Il fallait qu’on me tire par la main pour m’emmener à l’entraînement".

"Avant j’étais un peu fofolle"

Mais après avoir enchaîné les titres nationaux en cadets et en jeunes, Stella a fini par prendre goût à l’effort et à la victoire. Soutenue par ses parents, un père togolais et une mère martiniquaise, elle a choisi de se consacrer pleinement à l’athlétisme. Après avoir fait ses armes au Creps de Wattignies dans le Nord, elle est depuis l’année dernière pensionnaire à l’Institut national du sport (Insep). Encadrée par les meilleurs techniciens, elle considère avoir beaucoup mûri : "Avant, j’étais un peu fofolle. Mes entraîneurs me disaient que j’avais des capacités et du potentiel, mais j’avais envie de m’amuser. Mais avec l’âge, c’est devenu une passion. Je me demande toujours ce que je ferais de ma vie si je n’avais pas le sport".

A l’Insep, la novice profite également des conseils de "ses aînés". Avant de faire sa valise pour Moscou, Stella a notamment discuté avec Jimmy Vicaut, espoir de médaille tricolore sur 100m. En 2011, il était lui aussi entré dans la cour des grands en se qualifiant pour la finale des mondiaux de Daegu, quelques semaines après avoir remporté le titre européen junior. "Il m’a dit 'Stella, te prends pas la tête et n’écoutes pas les gens. Ce n’est pas comme chez les jeunes, mais je préfère que tu apprennes par toi-même'", raconte la sprinteuse.

Même si elle affirme ne pas se mettre de pression de particulière, Stella Akakpo avoue toutefois avoir une ambition à Moscou. "Dans ma tête, j’ai l’objectif de battre le record de France junior sur 100m (11''15). Si j’y arrive, c’est tant mieux !", lâche-t-elle dans un dernier éclat de rire.

Première publication : 07/08/2013

  • ATHLÉTISME

    Championnats de France : Jimmy Vicaut détrône Christophe Lemaitre

    En savoir plus

  • ATHLÉTISME

    Teddy Tamgho, le retour du bad boy de l’athlétisme français

    En savoir plus

  • ATHLÉTISME

    Meeting Areva : Myriam Soumaré, force tranquille du sprint français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)