Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Valls : opération séduction

En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

  • Obama à Poutine : les insurgés de l’est de l’Ukraine doivent poser les armes

    En savoir plus

  • Michel Foucher : "Dans l'Est, les gens se sentent ukrainiens"

    En savoir plus

  • La France place l'économie au cœur de sa diplomatie

    En savoir plus

Afrique

L'aéroport de Nairobi ravagé par un impressionnant incendie

© Capture d'écran France 24

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/08/2013

Un important incendie a ravagé mercredi l'aéroport Jomo-Kenyatta de Nairobi, au Kenya. Il s’agit de l’un des plus importants hubs d'Afrique orientale. Pour l'heure, seuls une partie des vols fret et domestiques ont repris.

Un gigantesque incendie, qui a ravagé mercredi le principal aéroport de Nairobi, hub aérien africain, n'a fait aucune victime mais d'énormes dégâts et contraint les compagnies aériennes à annuler ou dérouter l'ensemble de leurs vols internationaux.

L'impressionnant incendie, qui a commencé selon les autorités kényanes peu avant 05h00 du matin (02h00 GMT) à des guichets immigration des arrivées internationales de l'aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA), était maîtrisé à 10h00 locales (07h00 GMT).

En début d'après-midi, la présidence kényane a annoncé une reprise des vols fret et domestiques plus tard dans la journée, les pistes n'ayant pas été affectées. Aucune information n'était en revanche encore disponible sur les vols internationaux.

Pendant plusieurs heures mercredi matin, des flammes géantes et d'énormes nuages de fumée se sont élevés dans le ciel. Des parties de l'aéroport se sont effondrées et les secours, bien que déployés rapidement selon des témoins, ont manqué de ressources.

Malgré tout, "aucune victime n'a été signalée dans l'incendie", a déclaré à l'AFP Nelly Muluka, porte-parole de la Croix-Rouge kényane. Le patron de Kenya Airways, Titus Naikuni, a de son côté simplement indiqué qu'un employé de la compagnie aérienne et un passager, victimes de l'inhalation de fumées toxiques, avaient été transférés à l'hôpital mais ne semblaient pas en danger.

La cause de l'incendie n'a pas encore été déterminée, mais le chef de la police kényane, David Kimaiyo, a annoncé l'ouverture d'une enquête, et appelé la population à rester calme.

Des vols prévus sur Nairobi ont été déroutés sur d'autres aéroports, dont celui de Mombasa, la grande ville côtière kényane sur l'Océan Indien.

La compagnie aérienne Kenya Airways a annoncé l'annulation, pour une période indéterminée, de tous ses vols, à l'exception de cinq d'entre eux, déroutés sur Mombasa.

Parmi les autres compagnies affectées, British Airways a annoncé l'annulation d'un vol, la compagnie aérienne néérlandaise KLM quatre (deux allers, deux retours) et South Africa Airways deux.

Des dizaines de milliers de passagers affectés


Des dizaines de milliers de passagers risquent d'être touchés par la fermeture de l'un des principaux hubs aériens d'Afrique.

L'aéroport JKIA, par lequel transitent quelque 16.000 passagers tous les jours selon les autorités kényanes, assure de nombreux vols domestiques, mais dessert aussi de nombreuses capitales africaines et plusieurs destinations européennes, asiatiques et du Moyen-Orient.

Selon une source régionale de l'aviation civile, JKIA a vu l'an dernier passer 6,2 millions de passagers. Le mois d'août est particulièrement chargé: les touristes occidentaux en vacances d'été, friands des parcs animaliers kényans et de ses côtes de sable blanc, y affluent alors.

"Nous transférons les passagers dans des hôtels, mais ce n'est pas facile," a affirmé une hôtesse de l'air de Kenya Airways. "La plupart sont pleins, parce que la haute saison vient de commencer."

Tôt mercredi, le président kényan, Uhuru Kenyatta, dont le père, premier président du Kenya, a donné son nom à l'aéroport international, s'est rendu sur les lieux de la catastrophe pour évaluer l'ampleur des dégâts.

Qualifiant l'incendie "d'événement tragique", il a promis que tous les efforts seraient entrepris pour un retour à la normale le plus rapidement possible.

Un responsable du ministère kényan de l'Intérieur, Mutea Iringo, a affirmé que des secteurs arrivées et immigration de l'aéroport avaient été "entièrement détruits". "Il s'agit d'une crise majeure", a renchérit le ministre des Transports, Michael Kamau.

Une témoin venue attendre un passager à JKIA, Sylvia Amondi, a évoqué une situation de "chaos dans tout l'aéroport". "On ne nous a pas dit quelle était la cause de l'incendie, mais il y a de la suie partout," a-t-elle poursuivi, ajoutant qu'une partie du toit des arrivées internationales s'était "effondrée".

"Les restaurants et magasins ont été rasés," a-t-elle ajouté. "La brigade des pompiers de l'aéroport est intervenue rapidement, mais il n'y avait pas assez de personnel. L'armée et des policiers sont arrivés avec des seaux pour éteindre manuellement le feu."

Tôt dans la matinée, le ministère de l'Intérieur a dû lancer un appel aux automobilistes pour qu'ils laissent la voie libre aux secours, alors que les pompiers se mettaient à manquer dangereusement d'eau. Les routes accédant à l'aéroport ont même ensuite été fermées pour laisser l'entière priorité aux secours.

L'aéroport de Nairobi est desservi par une voie express qui relie la capitale kényane à l'important port de Mombasa. L'axe est régulièrement en proie à de massifs embouteillages.

Deux jours avant cet incendie majeur, l'activité de l'aéroport avait déjà été sérieusement perturbée par des problèmes d'approvisionnement en kérosène.

Le feu s'est déclenché 15 ans jour pour jour après la double attaque contre les ambassades américaines à Nairobi et Dar es Salaam, la capitale économique de la Tanzanie voisine. Ces attentats, perpétrés par Al-Qaïda, avaient fait 224 morts.

Rien n'indiquait cependant à ce stade que l'incendie pourrait être d'origine criminelle.

"Il n'y a aucune raison de spéculer à ce stade," a affirmé dans un communiqué le porte-parole du président Kenyatta, Manoah Esipisu.

AFP

Première publication : 07/08/2013

Comments

COMMENTAIRE(S)