Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

"Subprimes" : les "mensonges" de Bank of America pourraient lui coûter cher

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/08/2013

Les autorités américaines ont ouvert deux procédures à l'encontre de la Bank of America, accusée d'avoir "trompé" les investisseurs sur la qualité de produits financiers adossés à des hypothèques immobilières avant la crise des "subprimes".

L'administration Obama continue à essayer de solder les comptes de la crise des "subprimes" qui a ébranlé, en 2008, la planète financière. En février, la justice américaine a ouvert une enquête contre l'agence de notation Standard & Poor's et, il y a quelques semaines, elle a obtenu la condamnation de l'ancien trader de Goldman Sachs, Fabrice Tourre. Cette fois-ci, c'est la deuxième plus importante banque des États-Unis, Bank of America, qui est dans le collimateur des autorités.

Le département américain de la Justice a déposé, mardi 6 août, deux plaintes contre la banque, suspectée d'avoir "menti" aux investisseurs sur la qualité et la solidité de près de 850 millions de dollars de produits financiers adossés à des hypothèques immobilières qui se sont avérés pour partie "toxiques".

Les autorités accusent Bank of America d'avoir volontairement éviter de regarder de plus près si les produits vendus étaient suffisamment solides et d'avoir, en outre, "menti" sur le risque que représentaient ces investissements. Conséquence : les détenteurs de ces titres ont perdu plus de 100 millions de dollars lorsque la bulle immobilière a éclaté, selon le département de la Justice.

"Déchets toxiques"

Pourtant, d'après les enquêteurs, Bank of America était consciente de la mauvaise qualité des produits qu'elle cherchait à écouler. L'acte d'accusation rappelle, ainsi, que Ken Lewis, alors PDG de Bank of America, avait qualifié, en interne, ces titres de "déchets toxiques" dont il fallait se débarrasser.

Bank of America a nié, mardi, être responsable des pertes des investisseurs. La banque rappelle que les produits financiers incriminés ont été moins affectés par la crise des "subprimes" que d'autres titres vendus à l'époque et souligne que les investisseurs concernées étaient tous "suffisamment sophistiqués pour avoir accès aux informations nécessaires" afin d'évaluer les risques.

Le département de la Justice n'a pas précisé combien il comptait demander en dédommagement lors du procès. Les autorités devraient au minimum chercher à récupérer les 100 millions que les investisseurs ont perdu dans l'affaire.

Ce n'est pas la première fois que Bank of America est ainsi visée par une procédure judiciaire pour son rôle, ou celui de ses filiales, durant la crise des "subprimes". Depuis 2008, l'institution financière a versé près de 45 milliards de dollars pour mettre fin à toutes les actions en justice engagées contre elle.

Avec dépêches

Première publication : 07/08/2013

  • JUSTICE

    L'ex-trader français "Fabulous Fab" reconnu coupable de fraude boursière

    En savoir plus

  • FINANCES

    La banque Lehman Brothers sort du régime des faillites

    En savoir plus

  • IMMOBILIER

    Le spectre d'un nouveau giga-scandale hante Wall Street

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)