Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

MOOC, selfie ou enverdeur : le vocabulaire nouveau est arrivé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Un tournant dans la crise ukrainienne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Virus Ebola et budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

SUR LE NET

Ebola : une campagne contre la stigmatisation des Africains

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

Asie - pacifique

En Thaïlande, l'opposition manifeste contre un projet de loi d'amnistie controversé

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/08/2013

Environ 2 000 Thaïlandais ont manifesté, ce mercredi, contre un projet de loi qui prévoit d'amnistier les militants politiques fidèles à l'ex-Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra.

L’ambiance dans la capitale thaïlandaise avait des airs de déjà-vu mercredi 7 août. Près du Parlement, 2 000 personnes ont manifesté à l’appel de l’opposition contre un projet de loi d'amnistie très controversé. Depuis des années, la Thaïlande vit au rythme d'immenses manifestations, dont plusieurs sont déjà parvenues à faire chuter des gouvernements. Ce fut notamment le cas au printemps 2010 lorsque 100 000 "chemises rouges" fidèles à l'ancien Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra avaient occupé le centre de Bangkok pendant deux mois, demandant le départ du gouvernement Abhisit. La crise, la pire qu'ait connue la Thaïlande moderne, avait fait 90 morts et 2 000 blessés.

Cette fois-ci, la mobilisation fut moindre mais la détermination des manifestants inquiète. Menés par l'ancien Premier ministre et leader de l'opposition Abhisit Vejjajiva, les manifestants ont été bloqués à 200 mètres du Parlement protégé par plusieurs centaines de policiers, des barrières de barbelés, des blocs de béton et des canons à eau.

N’ayant pu atteindre le Parlement, les manifestants se sont rapidement dispersés dans le calme. "Nous ne pouvons pas nous précipiter dans ce combat, qui sera long (...). Nous devons être prudents", a déclaré Abhisit. "Mais pourquoi ce gouvernement veut-il blanchir ceux qui ont violé les droits de l'Homme ?", a-t-il dénoncé en référence au projet de loi qui divise.

Crainte d’un retour de Thaksin

Le texte présenté par le parti au pouvoir, dont l'examen a commencé mercredi 7 août, prévoit d'amnistier les militants politiques impliqués dans les mouvements qui ont secoué le royaume depuis le coup d'État contre Thaksin en septembre 2006, jusqu'en mai 2012.

Si le projet exclut a priori les dirigeants des divers mouvements, ses opposants craignent qu'elle ne permette le retour de leur ennemi juré, Thaksin, en exil pour échapper à deux ans de prison pour malversations financières. Abhisit est lui-même poursuivi pour meurtre pour sa responsabilité dans cette crise, mais aucun militaire n'a été inculpé. De nombreux leaders rouges sont en revanche poursuivis pour terrorisme.

Mardi 6 août, l'ONU avait appelé le gouvernement à s'assurer que l'amnistie exclurait les responsables des "graves violations des droits de l'Homme" lors de ces violences.

En prévision des rassemblements, le gouvernement dirigé depuis 2011 par la sœur de Thaksin, Yingluck Shinawatra, a imposé dans trois districts du centre historique de Bangkok, où se trouve le Parlement, la Loi de sécurité intérieure (ISA), qui permet notamment l'instauration d'un couvre-feu, la fouille de bâtiments et la censure des médias.

L'an dernier, le camp Thaksin avait déjà tenté de présenter une loi d'amnistie, avant de la reporter pour éviter une crise politique.

Avec dépêches

Première publication : 07/08/2013

  • THAÏLANDE

    Un attentat endeuille les premières négociations entre Bangkok et les rebelles du Sud

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Au moins 45 personnes décèdent dans l'incendie d'un camp de réfugiés birmans en Thaïlande

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Pour Aung San Suu Kyi, la vraie liberté commence à Bangkok

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)