Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Asie - pacifique

En Thaïlande, l'opposition manifeste contre un projet de loi d'amnistie controversé

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/08/2013

Environ 2 000 Thaïlandais ont manifesté, ce mercredi, contre un projet de loi qui prévoit d'amnistier les militants politiques fidèles à l'ex-Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra.

L’ambiance dans la capitale thaïlandaise avait des airs de déjà-vu mercredi 7 août. Près du Parlement, 2 000 personnes ont manifesté à l’appel de l’opposition contre un projet de loi d'amnistie très controversé. Depuis des années, la Thaïlande vit au rythme d'immenses manifestations, dont plusieurs sont déjà parvenues à faire chuter des gouvernements. Ce fut notamment le cas au printemps 2010 lorsque 100 000 "chemises rouges" fidèles à l'ancien Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra avaient occupé le centre de Bangkok pendant deux mois, demandant le départ du gouvernement Abhisit. La crise, la pire qu'ait connue la Thaïlande moderne, avait fait 90 morts et 2 000 blessés.

Cette fois-ci, la mobilisation fut moindre mais la détermination des manifestants inquiète. Menés par l'ancien Premier ministre et leader de l'opposition Abhisit Vejjajiva, les manifestants ont été bloqués à 200 mètres du Parlement protégé par plusieurs centaines de policiers, des barrières de barbelés, des blocs de béton et des canons à eau.

N’ayant pu atteindre le Parlement, les manifestants se sont rapidement dispersés dans le calme. "Nous ne pouvons pas nous précipiter dans ce combat, qui sera long (...). Nous devons être prudents", a déclaré Abhisit. "Mais pourquoi ce gouvernement veut-il blanchir ceux qui ont violé les droits de l'Homme ?", a-t-il dénoncé en référence au projet de loi qui divise.

Crainte d’un retour de Thaksin

Le texte présenté par le parti au pouvoir, dont l'examen a commencé mercredi 7 août, prévoit d'amnistier les militants politiques impliqués dans les mouvements qui ont secoué le royaume depuis le coup d'État contre Thaksin en septembre 2006, jusqu'en mai 2012.

Si le projet exclut a priori les dirigeants des divers mouvements, ses opposants craignent qu'elle ne permette le retour de leur ennemi juré, Thaksin, en exil pour échapper à deux ans de prison pour malversations financières. Abhisit est lui-même poursuivi pour meurtre pour sa responsabilité dans cette crise, mais aucun militaire n'a été inculpé. De nombreux leaders rouges sont en revanche poursuivis pour terrorisme.

Mardi 6 août, l'ONU avait appelé le gouvernement à s'assurer que l'amnistie exclurait les responsables des "graves violations des droits de l'Homme" lors de ces violences.

En prévision des rassemblements, le gouvernement dirigé depuis 2011 par la sœur de Thaksin, Yingluck Shinawatra, a imposé dans trois districts du centre historique de Bangkok, où se trouve le Parlement, la Loi de sécurité intérieure (ISA), qui permet notamment l'instauration d'un couvre-feu, la fouille de bâtiments et la censure des médias.

L'an dernier, le camp Thaksin avait déjà tenté de présenter une loi d'amnistie, avant de la reporter pour éviter une crise politique.

Avec dépêches

Première publication : 07/08/2013

  • THAÏLANDE

    Un attentat endeuille les premières négociations entre Bangkok et les rebelles du Sud

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Au moins 45 personnes décèdent dans l'incendie d'un camp de réfugiés birmans en Thaïlande

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Pour Aung San Suu Kyi, la vraie liberté commence à Bangkok

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)