Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Barrage de Sivens : après le drame, l'instrumentalisation politique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fondation Louis Vuitton : montez à bord du navire de Frank Gehry !

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un soldat français tué , 2 autres blessés dans le nord du Mali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sofia Amara, auteur d'"Infiltrée dans l'enfer syrien"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : bras de fer pour le Sénat

En savoir plus

SUR LE NET

Une vidéo dénonce le harcèlement de rue à New York

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Fraude fiscale : 80 pays s'engagent contre le secret bancaire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La rançon de la gloire"

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : un "coup d'État constitutionnel" ? (partie 2)

En savoir plus

Afrique

Les slogans anti-américains se multiplient dans les rues du Caire

© FRANCE 24

Vidéo par Kathryn STAPLEY , Sonia DRIDI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/08/2013

L'anti-américanisme a le vent en poupe en Égypte depuis la destitution du président Mohamed Morsi. Le ballet diplomatique qui s'est joué ses derniers jours au Caire, ressenti comme une ingérence de Washington, vient accentuer ce sentiment. Reportage.

Dispersion forcée des pro-Morsi dès la fin du ramadan

Le gouvernement égyptien, par la voix de son Premier ministre Hazem Beblawi, a demandé mercredi aux pro-Morsi de se disperser "rapidement" sur les deux places du Caire qu'ils occupent, menaçant d'intervenir après le ramadan qui prend fin dans la soirée.

Il a promis que ceux qui quitteraient les deux places pacifiquement et de leur propre chef ne seraient pas poursuivis et annoncé que des bus gratuits étaient à leur disposition pour ce faire.

Les slogans hostiles aux Américains bruissent dans les rues du Caire depuis la destitution par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi, le 3 juillet. C'est dans ce climat délétère que les États-Unis ont tenté de trouver une issue pacifique à la crise, en vain. La présidence égyptienne a annoncé, mercredi,  l'échec des efforts des médiations étrangères visant à réconcilier les Frères musulmans et l'armée.

Selon l’analyste Shadi Hamid, spécialiste du Moyen-Orient et directeur de recherche au "Brookings Doha Center", les Américains avaient peu de marge de manœuvre pour réussir leur mission.
 
"Les États Unis n'ont pas beaucoup de crédibilité auprès des deux camps. Les Frères musulmans les accusent d'avoir trahi la démocratie et d'avoir soutenu le coup d’État, tandis que l'armée et le nouveau gouvernement accusent Washington de soutenir la confrérie", résume-t-il.
 
L'administration américaine a pourtant usé de prudence depuis le début de la crise, évitant soigneusement de parler de coup d'État. Et pour cause, selon la législation américaine en vigueur, reconnaître un "coup d'État" pourrait déclencher une réduction de l'aide de 1,3 milliard de dollars reçue chaque année par l'Égypte.
 
Mais de nombreux Égyptiens préfèrent se passer du versement de cette manne financière, plutôt que se sentir sous pressions étrangères ou subir des ingerences. Le groupe Tamarod, qui avait mobilisé des millions de personnes contre Mohamed Morsi et pleinement soutenu l'action de l'armée le 3 juillet, a refusé de rencontrer le Secrétaire d'état adjoint américain, en visite au Caire.
 
"Avec qui on négocie ? Avec un groupe terroriste ? Et comment peut-on permettre aux Américains de négocier sur le sol égyptien ?", s’interroge Mohamed Nabwi, un membre fondateur de Tamarod.

 

 

Première publication : 08/08/2013

  • ÉGYPTE

    Échec des médiations étrangères pour sortir l'Égypte de la crise

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Au Caire, John McCain appelle à la libération de Mohamed Morsi

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le ballet diplomatique se poursuit en Égypte avec l’arrivée de John McCain

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)