Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Et ta soeur ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Premier ministre Erdogan appelle les Turques "à avoir au moins trois enfants"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/08/2013

Lors de son discours prononcé à l'occasion de la fin du ramadan, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a appelé les femmes à "avoir au moins trois enfants", provoquant la colère des associations féministes.

À l’occasion des festivités marquant la fin du ramadan, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a invité, jeudi 8 août, son peuple à soutenir la nation d’une manière peu habituelle : le chef du gouvernement a appelé les femmes à "avoir au moins trois enfants pour soutenir la nation", lors d'un discours à Istanbul.

"C'est mon droit en tant que Premier ministre de dire qu'il serait bien que les femmes aient au moins trois enfants", a-t-il lancé depuis le siège de son parti de la Justice et du Développement (AKP) sur la chaîne NTV. "Si Vladimir Poutine peut le demander en Russie, alors pourquoi Erdogan ne pourrait-il pas le faire en Turquie", a-t-il surenchérit.

Le Premier ministre a ainsi encouragé "les mères qui ont voté pour l'AKP à éduquer correctement leurs enfants", et demandé aux "pères de subvenir aux besoins financiers et économiques de leur famille".

"C’est du fascisme"

Les premières réactions d’Internautes scandalisés ne se sont pas faites attendre sur la Toile. "C'est du fascisme, il est misogyne", s’est indignée une contributrice turque.

Ce n’est pas la première fois que les propos du Premier ministre agacent. En juin dernier, il avait déjà provoqué la colère des associations féministes en déclarant notamment vouloir limiter le droit des femmes à l'avortement ou sur l'usage de la pilule du lendemain.

Au pouvoir depuis plus de dix ans, le gouvernement de l'AKP a été vivement contesté dans la rue pendant plusieurs semaines en juin pour sa dérive autoritaire et islamiste. Le Premier ministre turc a, par ailleurs, réitéré son soutien aux Frères musulmans, en Égypte, et appelé ses compatriotes "à prier pour eux" en ce jour de l'Aïd.

Avec dépêches

Première publication : 08/08/2013

  • TURQUIE

    L’avortement dans le collimateur du gouvernement turc

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Le Premier ministre Erdogan oscille entre "une attitude conciliante et inflexible"

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Journée sous haute tension : pro et anti-Erdogan se sont rassemblés à Istanbul

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)