Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Afrique

Élection au Mali : la campagne pour le second tour se fait au pas de course

© Pierre René-Worms / RFI | Ibrahim Boubacar Keïta et Soulaïma Cissé

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 08/08/2013

La campagne du second tour de la présidentielle, écourtée par la proclamation tardive des résultats, est marquée par les festivités de la fin du ramadan. Un contexte où il est difficile pour les candidats de se faire entendre des Maliens.

La proclamation tardive le 7 août des résultats définitifs du premier tour de l'élection présidentielle par la Cour constitutionnelle du Mali ne laisse que très peu de temps aux deux candidats en lice, le favori Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé, arrivé second, pour convaincre les derniers indécis. La date du deuxième tour, le 11 août, offre en effet moins de 48 heures aux finalistes pour passionner des Maliens davantage portés par la fête de l’Aïd el-Fitr, qui marque la fin du ramadan, que par la campagne présidentielle.

Le jour de trêve dans la campagne présidentielle est surtout l’occasion pour les Maliens d'envisager calmement le scrutin de dimanche. Beaucoup ne souhaitent pas voir le Mali se diviser en deux camps. "Nous voulons un Mali nouveau, c’est le souhait de tous les Maliens", assure Maïga, un Bamakois rencontré dans les rues de capitale. "Nous le voulons dans la tranquillité, la paix et la concorde", explique-t-il à FRANCE 24.

Conscients qu’il sera compliqué de rassembler les foules durant ces deux jours fériés, les candidats ont revu leur programme de campagne respectif à la baisse.

Pas de débat télévisé

Les deux candidats ont d’abord annoncé qu’il n’y aurait pas de débat télévisé. La proposition de Soumaïla Cissé d’une confrontation programme contre programme à la télévision d’État a été déclinée par Ibrahim Boubacar Keïta (IBK). "Un débat, ça prend du temps à se préparer, et nous préférons privilégier le terrain et la rencontre avec les Maliens", a fait valoir sur l’antenne de RFI Mamadou Camara, le porte-parole d'IBK. "Nous avons eu l'impression que ce débat était pour certains comme une bouée de sauvetage. Nous, nous ne voulons pas que quelqu'un se noie, mais nous pensons que ça n'est pas la question", a-t-il encore avancé.

Dans le camp des supporters de Soumaïla Cissé, pas de grands rendez-vous en perspective. "Nous n’envisageons pas de meeting pour l’instant", explique Ahmadou Koïta, l’un des porte-parole de Soumaïla Cissé, à Laurent Correau, envoyé spécial de RFI au Mali. "Nous effectuerons surtout des prises de parole sur les antennes, quelques caravanes vont circuler et il y aura des jeunes qui vont faire du porte-à-porte", ajoute-t-il.

Même économie de moyen dans le camp d’Ibrahim Boubacar Keïta. Si deux meetings sont maintenus à Bamako et à Sikasso, la campagne du second tour est réduite à sa plus simple expression. "On avait prévu d’aller dans plusieurs régions, explique Mahamadou Camara. Notre candidat devait être dans un endroit différent chaque jour avec un final à Bamako. Mais là, nos plans ont été bousculés."

Dans ces conditions, difficile pour le candidat challenger Soumaïla Cissé de rattraper son retard. L’économiste de 63 ans, ex-ministre des Finances, compte sur une large mobilisation des électeurs.

Première publication : 08/08/2013

  • MALI

    Présidentielle au Mali : la course aux ralliements se poursuit

    En savoir plus

  • MALI

    Élections au Mali : aux QG des candidats, l'ambiance est sereine

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Soumaïla Cissé à France 24 : "Je veux un second tour sans fraude"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)