Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Amériques

La fête de l’Aïd entachée par des violences au Pakistan

© AFP

Vidéo par Olivier GUILLARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/08/2013

La fête de l’Aïd marquant la fin du ramadan n’a pas apaisé les tensions au Pakistan. À Quetta, dans le sud-ouest du pays, neuf personnes ont été tuées dans une fusillade, vendredi. Washington appelle à l’évacuation de son personnel non essentiel.

La fête musulmane de l'Aïd el Fitr a été marquée vendredi par de nouvelles violences meurtrières au Pakistan, où les Etats-Unis demandent à leurs ressortissants de ne pas se rendre.

Les Etats-Unis ont aussi annoncé vendredi l'évacuation de leur personnel non essentiel de leur consulat à Lahore, dans l'est du Pakistan, en raison de menaces précises d'attaque.

A Quetta, des hommes armés ont ouvert le feu sur le véhicule d'un responsable politique alors qu'il passait devant des fidèles sortant de la mosquée. Neuf personnes ont été tuées et 27 autres blessées, a dit la police.

Quetta est la capitale du Baloutchistan, vaste province du sud-ouest du Pakistan riche en ressources naturelles et dont une partie de la population se sent délaissée par le pouvoir central. Cette région est en proie à une guérilla séparatiste mais des activistes islamistes y sont également actifs, dont les taliban pakistanais, qui ont revendiqué un attentat suicide responsable de la mort de 30 personnes jeudi lors des obsèques d'un policier.

D'après un responsable de la police, Bashir Brohi, les coups de feu tirés vendredi visaient Ali Mohammad Jattack, ancien ministre au sein de l'exécutif provincial, qui passait en voiture à ce moment-là. On ignore l'identité des auteurs et le mobile de cette fusillade.

"J'étais la cible" a déclaré aux médias Ali Mohammad Jattack sur les lieux de l'attaque.

"Ils ont tué des fidèles innocents appartenant à différentes communautés. C'est contre l'humanité, le niveau de brutalité est comparable à celui des animaux", a dit l'ancien ministre, qui n'a pas été blessé.

Tentative d'attentat à Islamabad


Bashir Brohi a dit que la plupart des victimes étaient en train de sortir de la mosquée.

A Islamabad, la capitale du pays, un homme a tué un vigile et blessé trois personnes en tentant de pénétrer de force dans une mosquée chiite pour y commettre un attentat suicide, a rapporté un témoin, Raza Mohammad.

"En entendant les coups de feu, le deuxième vigile s'est précipité et a abattu le kamikaze en lui tirant dans la tête", a dit ce témoin à Reuters.

Le ministère de l'Intérieur a déclaré que des artificiers tentaient de désamorcer les explosifs attachés aux vêtements de cet homme.

La minorité chiite du Pakistan est la cible régulière d'attaques de la part d'activistes sunnites.

Le Pakistan est en proie à une vague de violences meurtrières depuis l'arrivée au pouvoir début juin du nouveau Premier ministre Nawaz Sharif. Plusieurs attaques spectaculaires ont notamment été menées au cours des deux dernières semaines.

Nawaz Sharif s'était engagé durant la campagne électorale à tenter de négocier avec les groupes d'activistes mais son gouvernement n'a toujours pas présenté de plan d'action.

La sécurité a été renforcée à Islamabad pour l'Aïd el Fitr, fête marquant la fin du ramadan célébrée ce vendredi au Pakistan.

A ce climat de violences internes s'ajoutent de nouvelles tensions avec l'Inde après la mort en début de semaine de cinq militaires indiens tués le long de la frontière entre les deux pays au Cachemire.

Reuters

Première publication : 09/08/2013

  • TERRORISME

    Washington ordonne l'évacuation de son consulat de Lahore, au Pakistan

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Les États-Unis appellent leurs ressortissants à quitter le Yémen

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Reportage : au Pakistan, les bourreaux reprennent du service

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)