Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

SPORT

Mondiaux d'athlétisme : Lavillenie pour confirmer, les jeunes pour briller

© AFP | Le perchiste français Renaud Lavillenie

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 09/08/2013

Après les quatre médailles remportées à Daegu en 2011, les Français ont les dents longues à Moscou. Les Bleus comptent sur des cadres comme Renaud Lavillenie et Mahiedine Mekhissi, ainsi que sur les espoirs Jimmy Vicaut et Pierre-Ambroise Bosse.

Depuis Helsinki en 2005 et le sacre de Ladji Doucouré sur 110m haies, aucun Français n’est monté sur la plus haute marche du podium d’un championnat du monde d’athlétisme en plein air. Huit ans plus tard, Renaud Lavillenie espère enfin débloquer le compteur des Bleus en décrochant à Moscou le seul titre qui manque à son palmarès.

Sacré aux Jeux olympiques de Londres l’année dernière, le perchiste est le grand favori de ces Mondiaux. Après avoir réalisé la meilleure performance mondiale de la saison en juillet (6m02), le Clermontois aborde en confiance la compétition même s’il se souvient de son échec il y a deux ans à Daegu, en Corée du Sud, où il avait seulement gagné la médaille de bronze.

"Les autres années, je manquais de régularité, j’étais fébrile sur les barres importantes. Là, ces barres autour de 5m90, personne ne les a passées récemment sauf moi. C’est un petit avantage que j’ai mais ce n’est pas pour ça que c’est du tout cuit", a-t-il déclaré cette semaine en conférence de presse. Le Français, qui sera accompagné de son frère Valentin lui aussi qualifié, devra en effet se méfier de ses deux principaux rivaux allemands, Raphael Holzdeppe et Björn Otto, qui sont toujours présents lors des grands rendez-vous.

Tenter de venir à bout des Kenyans

Son compatriote Mahiedine Mekhissi va aussi tenter de remporter le seul métal qui lui échappe. Après deux médailles d’argent aux Jeux de Pékin en 2008 et de Londres en 2012 sur 3000m steeple, le coureur a pour défi d’enfin venir à bout des Kenyans. Mais le pays africain affiche une nouvelle fois une solide équipe avec le maître Ezekiel Kemboi, double champion olympique et du monde, et l’élève surdoué Conseslus Kipruto, âgé de seulement 18 ans.

Parmi les autres cadres de l’équipe tricolore, le marcheur Yohann Diniz, vice-champion du monde en 2007, est encore une fois attendu, même s’il va devoir oublier sa terrible déconvenue de Londres où il avait été disqualifié. Au triple saut, Teddy Tamgho va faire son grand retour sur la scène internationale après une longue absence suite à une blessure. Classé au troisième rang mondial cette saison avec 17,49 mètres, l’exubérant sauteur vise le titre.

Chez les dames, la lanceuse de disque Mélina Robert-Michon, 13 fois championne de France, va essayer de son côté de monter pour la première fois sur un podium mondial. La sprinteuse Myriam Soumaré a quant elle pour objectif de se qualifier pour la finale du 200m comme lors des Jeux 2012.

Pour Jimmy Vicaut, une carte à jouer sur la piste russe

Les surprises pourraient finalement venir plutôt de la nouvelle génération. Après avoir créé la sensation lors des derniers championnats de France avec un temps canon de 9"95, Jimmy Vicaut a une carte à jouer sur la piste russe. Après les forfaits du tenant du titre Yohan Blake pour cause de blessure et de Tyson Gay et Asafa Powell pour dopage, le Français, auteur du sixième temps de la saison, peut rêver d’un podium aux côtés du roi Usain Bolt. Christophe Lemaitre affiche en revanche beaucoup plus de doutes. Après avoir enchaîné les mauvaises performances cette saison, le médaillé de bronze sur 200m à Daegu essaie désespérément de retrouver son niveau d’il y a deux ans.

Sur 800m, Pierre-Ambroise Bosse pourrait se révéler au grand public. Cinquième performeur mondial de la saison, le coureur de 21 ans a une belle place à prendre en l’absence de la star de l’épreuve, le Kenyan David Rudisha. De la même génération, Pascal Martinot-Lagarde nourrit aussi de grandes ambitions sur 110m haies. Même s’il a enchaîné récemment les blessures, il incarne la relève tricolore après avoir réalisé la deuxième meilleure performance française de tous les temps, en 13''12 au meeting Areva en juillet. Sans pression particulière, Yohann Rapinier au triple saut, Éloyse Lesueur à la longueur, ainsi que Kevin Mayer au décathlon pourraient aussi faire la joie de l'équipe de France.

Première publication : 09/08/2013

  • ATHLÉTISME

    Mondiaux d'athlétisme : la sprinteuse Stella Akakpo dans la cour des grands

    En savoir plus

  • ATHLÉTISME

    Championnats de France : Jimmy Vicaut détrône Christophe Lemaitre

    En savoir plus

  • ATHLÉTISME

    Teddy Tamgho, le retour du bad boy de l’athlétisme français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)