Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

SPORT

Mondiaux d'athlétisme : Murielle Ahouré, la flèche ivoirienne

© www.diamondleague.com | Murielle Ahouré lors du Meeting de Rome en 2012

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 12/08/2013

Après s'être qualifiée en 2012 pour les finales olympiques du 100 m et du 200 m à Londres, Murielle Ahouré espère monter sur le podium mondial à Moscou. Sensation de la saison, la sprinteuse ivoirienne fait peur aux plus grandes championnes.

Ne vous fiez pas à son beau sourire et à ses allures de mannequin, Murielle Ahouré est une compétitrice redoutable. Depuis le début de la saison, l’Ivoirienne n’a cessé de balayer ses concurrentes et se place comme l’une des favorites pour les Mondiaux de Moscou du 10 au 18 août.

Un an après avoir réussi à se qualifier pour les finales du 100 m et du 200 m aux Jeux olympiques de Londres, la sprinteuse est passée à la vitesse supérieure. Après avoir battu la championne olympique américaine Allyson Felix sur 200 m au meeting de Rome début juin (22"36), elle s’est payée le luxe, un mois plus tard, de s’imposer sur la même distance devant la double championne olympique jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce à Monaco (22'24).

Interrogée par Canal + après cette incroyable performance, Murielle Ahouré n’a pas caché qu’elle avait désormais de grandes ambitions : "Je suis trop contente. J’ai travaillé trop dur pour ça. À Moscou, je vais m’aligner sur 100 m et 200 m avec l’objectif de rapporter une ou deux médailles." À 25 ans, l’athlète pourrait entrer dans l’histoire de son pays en devenant la première Ivoirienne à monter sur le podium d’un championnat du monde en plein air.

Une sportive exilée

Rien ne destinait pourtant cette jeune femme à un tel parcours sportif. La vie de Murielle Ahouré a été pendant longtemps très instable. Fille adoptive du général Mathias Doué, l’ancien chef d’état-major des Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (de 2000 à 2004), elle a été envoyée dès l’âge de trois ans en France. Dix ans plus tard, en pleine crise ivoirienne, sa famille quitte l’Europe pour les États-Unis pour plus de protection en raison de la position de son père adoptif.

De l’autre côté de l’Atlantique, elle se prend alors de passion pour la course. Très vite, son talent est repéré et l’adolescente s’imagine déjà en grande championne. "J’ai vu Lauryn Williams gagner sa médaille d’argent [NDLR : sur 100 m aux Jeux d’Athènes en 2004]. Elle n’avait que 19 ans, c’était vraiment incroyable. Je me suis dit qu’il fallait que je sois olympienne et que je représente mon pays", avait raconté la sprinteuse il y a un an au site Slate Afrique.

Persuadée de son grand avenir, Murielle Ahouré s’investit complètement dans l’athlétisme. Encore étudiante, elle se fait un nom lors des championnats universitaires. Mais malgré ses belles performances, la sportive ne peut pas briller à l’étranger. En raison de sa situation administrative irrégulière aux États-Unis, elle ne peut pas quitter le pays sous peine de ne plus pouvoir y entrer de nouveau.

En 2012, aidée par le nouveau président ivoirien Alassane Ouattara, elle obtient enfin des papiers en règle. Pour sa première compétition internationale, elle frappe fort en décrochant la médaille d’argent sur 60 m aux Mondiaux en salle à Istanbul, en Turquie. De passage en Côte d’Ivoire après cette victoire, la sprinteuse, qui s'entraîne et vit à Houston au Texas, est accueillie comme une star : "C’était dingue ! Tout le monde m’attendait à l’aéroport !"

Succéder à Gabriel Tiacoh

Pour cette compétitrice, qui avoue avoir hésité à prendre la nationalité française au début de sa carrière, la reconnaissance de son pays natal est désormais une priorité. Alors que les Ivoiriens ne jurent que par les footballeurs Didier Drogba ou Yaya Touré, elle veut redonner des lettres de noblesse à l’athlétisme. "J’ai tellement de fierté à porter le maillot national et entendre le nom de mon pays quand je me prépare pour la course. Cela place la Côte d’Ivoire sur la carte", expliquait-elle récemment sur le site officiel de la Fédération internationale d’athlétisme.

Presque trente ans après l’exploit de Gabriel Tiacoh aux Jeux olympiques de Los Angeles (médaillé d’argent sur 400 m en 1984), Murielle Ahouré espère apporter de nouveau de la joie à tout un peuple. Rendez-vous pris pour la finale du 100 m le 12 août et du 200 m le 16 août.

Première publication : 09/08/2013

  • ATHLÉTISME

    Mondiaux d'athlétisme : Lavillenie pour confirmer, les jeunes pour briller

    En savoir plus

  • ATHLÉTISME

    Mondiaux d'athlétisme : la sprinteuse Stella Akakpo dans la cour des grands

    En savoir plus

  • ATHLÉTISME

    Championnats de France : Jimmy Vicaut détrône Christophe Lemaitre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)