Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gilberto Rodrigues Léal : le MUJAO annonce la mort du français enlevé au Mali

En savoir plus

DÉBAT

Fatah / Hamas : Peut-on croire à la réconciliation ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

José Bové et Guy Verhofstadt, candidats à la présidence de la Commission européenne

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Elio Di Rupo, Premier ministre belge

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : les coulisses d'une libération

En savoir plus

FOCUS

Dans la ville natale de Jean Paul II, la "papamania" est au beau fixe

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires taguées en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

SUR LE NET

Un père syrien se bat en ligne pour retrouver son fils

En savoir plus

  • Gilberto Rodrigues Leal, un retraité passionné de voyages

    En savoir plus

  • En images : scènes de guerre urbaine à Copacabana

    En savoir plus

  • Ligue des champions : à Madrid, Chelsea neutralise l'Atlético

    En savoir plus

  • Kiev va reprendre son "opération antiterroriste" dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Booba-Rohff : ces artistes qui desservent le rap "par leur bêtise"

    En savoir plus

  • Djihadistes français en Syrie : le plan de lutte de Paris

    En savoir plus

  • "24 jours" : le film choc d'Arcady sur le meurtre antisémite d'Ilan Halimi

    En savoir plus

  • Les islamistes du Mujao annoncent la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

    En savoir plus

  • France : le prix de la pierre, un boulet pour la croissance ?

    En savoir plus

  • Le Fatah et le Hamas retournent à la table des négociations à Gaza

    En savoir plus

  • L'État appelé à intervenir pour aider les réfugiés syriens près de Paris

    En savoir plus

  • Le retour "hautement politique" d'Abdoulaye Wade à Dakar

    En savoir plus

  • Cette saison, les guides népalais ne graviront pas l'Everest

    En savoir plus

  • Fin de l’incendie de Valparaiso : près de mille hectares détruits

    En savoir plus

  • L'opposant russe Alexeï Navalny reconnu coupable de "diffamation"

    En savoir plus

  • Ryan Giggs joue les entraîneurs pour Manchester United

    En savoir plus

  • Washington lie la Russie aux séparatistes ukrainiens, photos à l’appui

    En savoir plus

EUROPE

Le réseau social ask.fm pointé du doigt après le suicide d'une adolescente

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/08/2013

Le suicide d’une Britannique de 14 ans, le 2 août, a relancé le débat sur le site ask.fm au Royaume-Uni. Ce réseau social très populaire auprès des jeunes est dans le collimateur du Premier ministre David Cameron, qui appelle au boycott.

Le réseau social ask.fm est-il néfaste pour les adolescents ? Le suicide d'une Britannique de 14 ans, victime de harcèlement sur le site, a relancé la polémique au Royaume-Uni, où le Premier ministre David Cameron a appelé au boycott de ce type de plateformes.

Le 2 août dernier, Hannah Smith s'est pendue après avoir reçu des insultes sur son physique. Selon son père, certains messages envoyés via le site, qui se base sur le principe des questions-réponses anonymes, l'incitait même à se tuer.

"Tu n’as pas le moral ? Eh bien, va te suicider !"

Depuis un an, au moins quatre adolescents, en Irlande, au Royaume-Uni et aux États-Unis, se seraient suicidés pour des raisons liées à ce site qui, depuis son lancement en 2010, a attiré plus de 60 millions d'inscrits dans le monde, avec 13,2 millions d'utilisateurs quotidiens.

De fait, si les conversations tournent souvent autour des goûts des adolescents, elles peuvent aussi déraper en remarques blessantes et autres insultes.

Témoignant de cette cyber-violence, un Écossais de 14 ans a confié à l'AFP que l'une de ses amies avait eu des idées suicidaires à la suite d'une série de messages. "Rien ne semblait arrêter ces anonymes", a-t-il indiqué.

En septembre 2012, la nièce de Charron Pugsley-Hill, âgée de 15 ans, a été retrouvée pendue dans un bois près de sa maison en Irlande. La jeune fille avait été la cible sur ask.fm de critiques sur sa santé mentale et son poids. "Elle avait dit qu'elle n'avait pas le moral, et des gens lui disaient 'Et bien va te suicider, tu es une idiote qui cherche à attirer l'attention'", a expliqué Charron Pugsley-Hill.

Si la tante de la victime reconnaît que "tous les suicides sont très complexes", elle estime néanmoins que ces messages ont "été un facteur ayant contribué" à sa mort.

Le Premier ministre britannique David Cameron appelle au boycott

En réaction, plusieurs entreprises et associations, dont Specsavers, Save the Children et Vodafone, ont indiqué avoir pris les mesures nécessaires pour ne plus diffuser de publicité sur le site. Le père de Hannah Smith a pour sa part appelé à la fermeture pure et simple de la plateforme d’échanges.

"Il n'y a pas de modération. C'est devenu une plateforme pour promouvoir la haine", a de son côté accusé Anthony Smythe, directeur de BeatBullying, une association spécialisée dans la protection des jeunes sur Internet.

Face à la polémique croissante, le Premier ministre britannique David Cameron a appelé jeudi à boycotter ces types de sites. "Les gens qui gèrent ces sites doivent monter au créneau et faire preuve de responsabilité dans la façon dont ils les font fonctionner", a-t-il déclaré sur la chaîne Sky News. "Il y a quelque chose que nous pouvons tous faire en tant que parents et en tant qu'utilisateurs d'Internet, c'est de ne pas utiliser certains sites abjects. Boycottez-les, n'y allez pas, ne vous y inscrivez pas", a-t-il exhorté.

Devant l'avalanche de critiques, les frères Mark et Ilja Terebin, fondateurs du site, ont publié un communiqué pour tenter de "rassurer les utilisateurs et les parents d'utilisateurs" à propos des procédures en place permettant de signaler des contenus abusifs. "La vaste majorité de nos utilisateurs sont des adolescents très heureux", ont-ils affirmé. "Le harcèlement est un très vieux problème que nous ne tolérons en aucun cas mais si son développement sur Internet est préoccupant, il n'est certainement pas spécifique à notre site", se sont-ils défendus.

Avec dépêches

Première publication : 09/08/2013

  • INTERNET

    Twitter présente ses excuses aux femmes insultées et menacées au Royaume-Uni

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)