Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Asie - pacifique

Vietnam : fuyant la guerre, un père et son fils ont vécu 40 ans dans la jungle

© Viet Nam News

Vidéo par France 2

Texte par Aude MAZOUÉ

Dernière modification : 10/08/2013

Au Vietnam, un père de 82 ans et son fils de 41 ans ont été retrouvés dans la jungle après y avoir passé 40 ans. Les deux hommes avaient gagné la forêt pour échapper aux bombardements lors de la guerre du Vietnam et n'en étaient jamais ressortis.

L’histoire est digne d’un scénario hollywoodien. Au Vietnam, un père et son fils âgés de 82 et 41 ans ont été découverts le 7 août alors qu’ils vivaient reclus dans la jungle depuis 40 ans. Le papa et son bébé avaient trouvé refuge au milieu de la forêt pour échapper aux bombardements de la guerre du Vietnam et n'en étaient jamais ressortis, rapporte les quotidiens locaux "Bahomney" et "Dan Tri". En 1973, Ho Van Thanh, alors âgé de 42 ans, fuit son village de Tra Kem, situé en bordure de la jungle, dans la province de Quang Ngai. L’homme qui voit mourir sous ses yeux sa femme et deux de ses enfants sous les bombes s’enfuit alors avec Lang, son bébé d'un an. La guerre prendra fin deux ans plus tard sans qu’ils n’en soient informés.

Les reclus vivaient à l'état sauvage

L’isolement des deux hommes a pris fin lorsque des villageois, étonnés par l’étrange construction du père et du fils située au beau milieu de la forêt, ont alerté les autorités. Les secours ont alors découvert les deux hommes vivant à l’état sauvage. Ils ont eu toutes les peines du monde à communiquer avec ceux que l'on surnomme désormais les "reclus du Vietnam". Les deux hommes avaient en effet oublié tous les codes de société, jusqu’à leur langue maternelle. Particulièrement craintif et timide, le fils, Ho Van Lang, qui n’a connu que la vie de la jungle, ne possède que quelques mots à son vocabulaire.

Les deux hommes vivaient dans une cabane juchée dans les arbres à 6 mètres de haut pour se protéger des prédateurs. Ils se nourrissaient de manioc, de maïs et de baies et chassaient des animaux grâce aux armes qu’ils avaient fabriqué. Pour se vêtir, le père et le fils utilisaient les écorces souples des arbres en guise de pagne.

Un frère survivant

Aujourd’hui, l’octogénaire, dans un état de santé préoccupant, est soigné dans un centre médical. De son côté, le fils, en parfaite santé, a été recueilli dans sa famille. Ho Van Than avait en effet un autre fils, âgé de six mois au moment du bombardement, qu’il n’a pas pu emmener avec lui. "Mon père est très faible et les médecins prennent soin de lui, mais mon frère est en bonne santé, même si il a l’air très maigre", a expliqué le benjamin de la famille aux médias.

Cette histoire n'est pas unique en son genre. Une famille a également été retrouvée en février dernier au fin fond de la Sibérie après y avoir passé, elle aussi, 40 ans. La cabane des Lykov avait été trouvée par hasard par des géologues.

Première publication : 09/08/2013

  • INTERNET

    PayPal transforme par erreur un Américain en l'homme le plus riche du monde

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Lapsus de François Hollande au Japon qui rend hommage "au peuple chinois"

    En savoir plus

  • EMPLOI

    L'Australie et les "meilleurs jobs du monde”, saison 2

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)