Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

Asie - pacifique

Corruption : le laboratoire Sanofi dans le collimateur des autorités chinoises

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/08/2013

Les autorités chinoises ont lancé une enquête sur le groupe pharmaceutique français Sanofi soupçonné, suite aux révélations d'un journal chinois jeudi, d'avoir corrompu plus de 500 médecins en Chine pour doper ses ventes de médicaments.

Le groupe pharmaceutique français Sanofi est dans le viseur des autorités chinoises. D’après un journal chinois, des soupçons de corruption pèsent sur l’entreprise qui aurait distribué en 2007 environ 1,7 millions de yuans, soit 208 000 euros, à plus de 500 médecins pour les inciter à augmenter leurs prescriptions de médicaments. Ces pots-de-vin auraient été versés sous le nom de "frais à titre de recherche" à 503 médecins et 79 hôpitaux à Pékin, Shanghai, Hangzhou et Canton.

Les autorités chinoises ont donc ouvert une enquête, rapporte samedi 10 août l’agence officielle Chine nouvelle, qui cite un responsable des autorités sanitaires. Les enquêteurs vont étudier des documents portant sur différents programmes de recherche, y compris des listes de patients et des dossiers médicaux.

Sanofi ne s'explique pas pour le moment

Sanofi avait déclaré jeudi prendre "très au sérieux" les allégations du journal chinois, le quotidien économique "21st Century Business Herald", qui tire ses informations d’un "lanceur d’alerte" anonyme. Le groupe pharmaceutique avait alors expliqué avoir eu connaissance de ces informations mais ajouté qu’il était trop tôt pour s’expliquer sur des événements remontant à il y a six ans. Sanofi avait néanmoins assuré ne tolérer aucune pratique contraire à l’éthique et avoir "mis en place des procédures afin d'examiner et de répondre à ces questions".

Le groupe français n’est pas le seul visé par la justice chinoise, qui a multiplié ces derniers mois les enquêtes sur des soupçons de corruption visant des entreprises étrangères. Dans le secteur pharmaceutique, le britannique GlaxoSmithKline (GSK) est pour l'instant le premier concerné.

Vers un contrôle plus strict des politiques commerciales des groupes pharmaceutiques

Les autorités chinoises l’accusent d'avoir soudoyé des fonctionnaires, des firmes du secteur pharmaceutique, ainsi que des hôpitaux et des médecins pour doper ses ventes de médicaments. Près de 500 millions de dollars auraient été versés en pots-de-vin par des employés de GSK par l'intermédiaire d'agences de voyages et de projets de sponsoring, selon la police chinoise, qui a interpellé au moins 20 personnes dans cette affaire, dont quatre cadres du groupe.

Plusieurs autres laboratoires, comme le danois Novo Nordisk, l'anglo-suédois AstraZeneca, l'américain Eli Lilly & Co et le belge UCB ont déclaré récemment que les autorités chinoises avaient inspecté certains de leurs locaux en Chine. Pour les analystes, ces procédures pourraient ouvrir la voie à la mise en œuvre par Pékin d'un contrôle plus strict des politiques commerciales des groupes pharmaceutiques.

Avec dépêches

Première publication : 10/08/2013

  • ETATS-UNIS

    GlaxoSmithKline condamné à une amende de 3 milliards de dollars pour fraude

    En savoir plus

  • INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE

    Le français Sanofi-Aventis avale l'américain Genzyme pour plus de 20 milliards de dollars

    En savoir plus

  • INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE

    Des salariés de Sanofi-Aventis manifestent contre le plan d'économies de leur direction

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)