Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

Afrique

En Tunisie, Ennahda et le syndicat UGTT tiendront des pourparlers le 12 août

© AFP | Rached Ghannouchi

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/08/2013

Le chef du parti islamiste tunisien au pouvoir, Rached Ghannouchi, doit rencontrer lundi le chef du puissant syndicat UGTT, en présence du président de la Constituante, afin de régler la nouvelle crise politique dans laquelle est plongée la Tunisie.

Alors que la Tunisie est en pleine crise politique depuis l’assassinat du député d’opposition Mohamed Brahmi fin juillet, le gouvernement tente de calmer le jeu. Rached Ghannouchi, le chef d’Ennahda, parti islamiste au pouvoir, doit rencontrer lundi 12 août Houcine Abassi, le chef de l’UGTT, syndicat tunisien fort d’un demi-million d’adhérents.

Après quatre jours chômés dans le pays, marquant la fin du ramadan, ces discussions, qui se tiendront en présence du président de l’Assemblée nationale constituante (ANC), Mustapha Ben Jaafar, doivent permettre de mener des négociations de sortie de crise.

Mustapha Ben Jaafar avait annoncé la semaine dernière le gel des travaux de la Constituante tant que des négociations incluant la coalition au pouvoir, l'opposition et les forces socio-économiques n'étaient pas lancées. Il avait alors demandé à l'UGTT de parrainer d'éventuels pourparlers.

Les syndicats pour la mise en place d'un cabinet de technocrates

Reste à savoir si les revendications de l’UGTT vont être entendues. La centrale syndicale, capable de paralyser le pays, réclame la démission du gouvernement dirigé par les islamistes et la mise en place d'un cabinet de technocrates. Ennahda a jusqu'à présent rejeté cette éventualité.

Par ailleurs, Rached Ghannouchi a indiqué samedi 10 août sur sa page Facebook avoir rencontré la présidente de l'Utica, le patronat tunisien, Wided Bouchamaoui. Le syndicat patronal demande lui aussi la mise en place d'un cabinet de technocrates.

De son côté, le mouvement Tamarod (rébellion), une organisation qui se veut apolitique et calquée sur le modèle des Égyptiens dont la mobilisation est à l'origine de l'intervention militaire contre le président déchu Mohamed Morsi, a annoncé que cinq de ses militants observaient une grève de la faim devant l'ANC pour arracher le départ du gouvernement. Tamarod Tunisie revendique sur sa page Facebook 1,6 million de signatures réclamant la démission du gouvernement et la dissolution de l'ANC, un chiffre invérifiable qui représenterait plus de 15 % de la population tunisienne.

La coalition d'opposition exclut toute négociation

L'hétéroclite coalition d'opposition, allant de l'extrême gauche au centre droit, a pour sa part exclu samedi toute négociation avec Ennahda tant qu'un nouveau gouvernement n'était pas en place. Elle réclame aussi la dissolution de l'ANC et compte proposer un cabinet alternatif composé d'indépendants la semaine prochaine.

Des centaines de partisans de l'opposition continuent de manifester toutes les nuits devant l'ANC, mais la mobilisation est en forte baisse par rapport à la grande manifestation du 6 août qui avait réuni des dizaines de milliers de personnes. Un nouveau grand rassemblement est prévu le 13 août, jour anniversaire de la promulgation du code du statut personnel en 1956, octroyant aux Tunisiennes des droits sans pareil dans le monde arabe, sans pour autant consacrer l'égalité.

Ennahda, qui a aussi massivement mobilisé ses partisans début août, a de son côté renoncé depuis aux manifestations de rue.

Avec dépêches

Première publication : 11/08/2013

  • TUNISIE

    Tunisie : la Constituante suspendue, l'opposition veut "la chute du régime"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Manifestation massive à Tunis à l'appel des islamistes d'Ennahda

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)