Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Évasion fiscale : l'Europe joue la transparence... jusqu'au bout ?

En savoir plus

FOCUS

Royaume Uni : les communautés musulmanes sont-elles bien intégrées ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : faut-il sanctionner les prostituées ou leurs clients?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Palestine s'apprête à adhérer à la CPI

En savoir plus

BILLET RETOUR

Un vent de liberté souffle sur le Koweït

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Agriculture : faire face à l'élevage intensif

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ismaël Isaac, le retour d’un pionnier du reggae africain !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Départementales : la normalisation du FN

En savoir plus

Economie

BlackBerry n'exclut plus de se vendre

© AFP

Vidéo par Anna MOREAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/08/2013

Le constructeur canadien de smartphones BlackBerry a annoncé qu'il explorait plusieurs "alternatives stratégiques" pour assurer la survie de la marque. Dont la vente pure et simple du groupe.

BlackBerry a annoncé, lundi 12 août, qu'une vente de ses activités faisait partie des pistes que le groupe, en difficulté, avait commencé à envisager. Dans un communiqué publié juste avant l'ouverture de la Bourse de New York, le constructeur canadien de smartphones a assuré explorer "plusieurs alternatives stratégiques dont la création d'une co-entreprise, des partenariats stratégiques ou des alliances, la vente de l'entreprise ou toute autre transaction possible".

Le fabricant a nommé un comité spécial, présidé par un ancien responsable de la banque d'investissements Goldman Sachs, pour évaluer quelles étaient les solutions les plus sérieuses pour garantir l'avenir de la marque historique des smartphones.

Cette annonce sonne comme un aveu d'échec de la nouvelle gamme de smartphones BlackBerry 10, lancée en janvier. Les ventes n'ont pas permis au groupe canadien de remonter la pente face à la concurrence des iPhone et téléphones Android. En juin, le constructeur avait annoncé qu'il avait réussi à écouler 2,7 millions de smartphones Blackberry 10. Un chiffre jugé décevant par les marchés où le titre Blackberry avait alors perdu près de 30 % de sa valeur.

Le chinois Lenovo toujours intéressé ?

La mauvaise performance commerciale des nouveaux modèles du groupe canadien est venue confirmer le lent déclin de la marque qui avait, pourtant, été le pionnier des téléphones portables connectés à Internet. En 2012, Blackberry ne détenait plus que 3 % des parts de marché mondiales du secteur des smartphones contre 50 % en 2009, rappelle le cabinet américain d'études IDC.

Reste à savoir si un éventuel acquéreur peut être intéressé par Blackberry. Certes, le groupe souligne, dans son communiqué, "l'importance et la force de [sa] technologie", mais la marque est en perte de vitesse aussi bien dans les marchés dits matures comme les États-Unis que dans les pays émergents, où les Blackberry jouissaient jusqu'à présent d'une indéniable popularité, comme le souligne le "Wall Street Journal".

En mars 2013, le géant chinois de l'informatique Lenovo avait laissé entendre qu'il n'était pas fermé à une éventuelle acquisition de la marque canadienne. "Quant à BlackBerry, le dossier [d'un rachat] pourrait éventuellement avoir du sens. Mais je dois d'abord bien analyser le marché et comprendre quel est le poids exact de cette entreprise", avait alors déclaré Yang Yuanqing, le PDG de Lenovo, au quotidien français "Les Échos".

Première publication : 12/08/2013

  • TÉLÉCOMMUNICATION

    BlackBerry veut renaître des cendres de RIM

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMS

    BlackBerry 10, les smartphones de la dernière chance

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    En 2013, RIM joue son va-tout avec le BlackBerry 10

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)