Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

FRANCE

Jean-Marc Ayrault accueille la "France de 2025" sur les pelouses de Matignon

© © Gaëlle Le Roux / France 24

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 12/08/2013

Le temps d’une journée, les jardins de Matignon se sont transformés en aire de jeu pour 300 enfants défavorisés. Une initiative qui s’inscrit dans une "réflexion sur la France de 2025" engagée par le gouvernement.

"C’est trop grand ici ! Il faudrait une mini-voiture pour aller jusqu’à la cuisine tellement il y a de mètres d’hectares [sic] ! Mais on pourrait faire un beau terrain de foot dans le jardin". Wilson, 8 ans, découvre Matignon avec des yeux ébahis. Il fait partie des quelque 300 enfants du Secours populaire, encadrés par des animateurs de l’Union nationale des centres sportifs de plein air (UCPA), accueillis, lundi 12 août, dans les jardins de la résidence du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Le temps d’une journée, les pelouses de l’hôtel particulier du très chic 7e arrondissement de Paris se sont muées en aire de jeux, avec terrain de football, de volley, cours de danse, d’escrime, de djembé… 

Une façon, pour le gouvernement, de renouveler son engagement pour la jeunesse, "l’espoir de la France". "La France, demain, dans 10 ans, ce sera vous, après-demain ce sera encore vous, donc c'est avec vous qu'on va la construire !", a insisté Jean-Marc Ayrault - "un peu vieux mais très cool", selon un jeune participant - après s’être essayé aux percussions, avoir pris un bain de foule et serré une nuée de petites mains. Quelques-uns des enfants devaient s’entretenir en petit groupe avec le Premier ministre, qui souhaite entamer une "réflexion sur la France de 2025". Cette réunion aboutira à un séminaire de travail avec le président François Hollande le 19 août, dans lequel les jeunes tiendront une place importante.
 
"Moi, présidente..."
 
"Si je pouvais poser une question [à Jean-Marc Ayrault], je lui demanderais pourquoi la France n’est pas égalitaire, déclare Inès, 15 ans. Parce que je vois que, dans la crise, il y en a qui s’en sortent mieux que d’autres, je trouve que ce n’est pas juste. Si j’étais ‘Première ministre’, je ferais en sorte de donner un peu plus d’argent aux pauvres, pour qu’il puisse s’en sortir". La jeune fille, attablée à un atelier dessin de la fédération du Secours populaire de Dreux, a inscrit au milieu d’une fresque un "Moi, présidente", non dénué d’humour, en référence à un discours phare de la campagne de l'actuel chef de l'État. "J’aimerais bien, plus tard, être 'Première ministre'… Ou présidente, on verra".
 
Paloma, une fillette d’une dizaine d’années venue de Reims, souhaiterait proposer au chef du gouvernement de réinventer les villes. "Avec des voitures électriques, de la végétation partout, moins de bruit… et sans cameramen", déclare-t-elle, jetant un regard chargé de reproches à la meute de journalistes qui entoure Jean-Marc Ayrault. "C’est pas possible, poursuit-elle. On n’a même pas vu le ministre ! On voit juste un tas de caméras et des micros, on sait qu’il est là-dedans, le ministre, mais c’est même pas la peine de penser lui serrer la main !"
 
Cette année, les enfants, venus de Paris, de Seine-Saint-Denis, de Seine-et-Marne, de Marne, de l’Aube, d’Eure et d’Eure-et-Loir, ne partiront en vacances qu’une petite journée avec le Secours populaire. "Ce sont des familles dans le besoin, explique Claudie Dumas, du Secours populaire de Paris. Certains habitent dans des chambres d’hôtel, vous imaginez, pour des gosses, passer son été dans une chambre de 15 m2 ? Cette journée-là, pour eux, c’est magique. Pour une fois, ce sont eux qui pourront frimer, à la rentrée !"
 

 

 

Première publication : 12/08/2013

Comments

COMMENTAIRE(S)