Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Sport : à quand la parité ?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Colorado : la ruée vers le cannabis

En savoir plus

MODE

Mode masculine hiver 2015 à Paris, les libertés d'expression triomphent

En savoir plus

FOCUS

Législatives en Grèce : un scrutin décisif

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Manchester City-Côte d'Ivoire au Mondial : Yaya Touré se confie à FRANCE 24

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération des humanitaires à Bangui : Le chef anti-balaka Andilo ne sera pas relâché

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Abdallah, "grand défenseur des femmes" selon Christine Lagarde

En savoir plus

TECH 24

Alan Turing, le casseur de codes

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Lassana Bathily, un héros désormais français

En savoir plus

FRANCE

Jean-Marc Ayrault accueille la "France de 2025" sur les pelouses de Matignon

© © Gaëlle Le Roux / France 24

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 12/08/2013

Le temps d’une journée, les jardins de Matignon se sont transformés en aire de jeu pour 300 enfants défavorisés. Une initiative qui s’inscrit dans une "réflexion sur la France de 2025" engagée par le gouvernement.

"C’est trop grand ici ! Il faudrait une mini-voiture pour aller jusqu’à la cuisine tellement il y a de mètres d’hectares [sic] ! Mais on pourrait faire un beau terrain de foot dans le jardin". Wilson, 8 ans, découvre Matignon avec des yeux ébahis. Il fait partie des quelque 300 enfants du Secours populaire, encadrés par des animateurs de l’Union nationale des centres sportifs de plein air (UCPA), accueillis, lundi 12 août, dans les jardins de la résidence du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Le temps d’une journée, les pelouses de l’hôtel particulier du très chic 7e arrondissement de Paris se sont muées en aire de jeux, avec terrain de football, de volley, cours de danse, d’escrime, de djembé… 

Une façon, pour le gouvernement, de renouveler son engagement pour la jeunesse, "l’espoir de la France". "La France, demain, dans 10 ans, ce sera vous, après-demain ce sera encore vous, donc c'est avec vous qu'on va la construire !", a insisté Jean-Marc Ayrault - "un peu vieux mais très cool", selon un jeune participant - après s’être essayé aux percussions, avoir pris un bain de foule et serré une nuée de petites mains. Quelques-uns des enfants devaient s’entretenir en petit groupe avec le Premier ministre, qui souhaite entamer une "réflexion sur la France de 2025". Cette réunion aboutira à un séminaire de travail avec le président François Hollande le 19 août, dans lequel les jeunes tiendront une place importante.
 
"Moi, présidente..."
 
"Si je pouvais poser une question [à Jean-Marc Ayrault], je lui demanderais pourquoi la France n’est pas égalitaire, déclare Inès, 15 ans. Parce que je vois que, dans la crise, il y en a qui s’en sortent mieux que d’autres, je trouve que ce n’est pas juste. Si j’étais ‘Première ministre’, je ferais en sorte de donner un peu plus d’argent aux pauvres, pour qu’il puisse s’en sortir". La jeune fille, attablée à un atelier dessin de la fédération du Secours populaire de Dreux, a inscrit au milieu d’une fresque un "Moi, présidente", non dénué d’humour, en référence à un discours phare de la campagne de l'actuel chef de l'État. "J’aimerais bien, plus tard, être 'Première ministre'… Ou présidente, on verra".
 
Paloma, une fillette d’une dizaine d’années venue de Reims, souhaiterait proposer au chef du gouvernement de réinventer les villes. "Avec des voitures électriques, de la végétation partout, moins de bruit… et sans cameramen", déclare-t-elle, jetant un regard chargé de reproches à la meute de journalistes qui entoure Jean-Marc Ayrault. "C’est pas possible, poursuit-elle. On n’a même pas vu le ministre ! On voit juste un tas de caméras et des micros, on sait qu’il est là-dedans, le ministre, mais c’est même pas la peine de penser lui serrer la main !"
 
Cette année, les enfants, venus de Paris, de Seine-Saint-Denis, de Seine-et-Marne, de Marne, de l’Aube, d’Eure et d’Eure-et-Loir, ne partiront en vacances qu’une petite journée avec le Secours populaire. "Ce sont des familles dans le besoin, explique Claudie Dumas, du Secours populaire de Paris. Certains habitent dans des chambres d’hôtel, vous imaginez, pour des gosses, passer son été dans une chambre de 15 m2 ? Cette journée-là, pour eux, c’est magique. Pour une fois, ce sont eux qui pourront frimer, à la rentrée !"
 

 

 

Première publication : 12/08/2013

COMMENTAIRE(S)