Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

Afrique

IBK donné "largement en tête" de la présidentielle malienne

© AFP

Vidéo par Roméo LANGLOIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/08/2013

Ibrahim Boubacar Keïta arriverait "largement en tête" du second tour de la présidentielle malienne l'opposant à Soumaïla Cissé, selon une source électorale qui se base sur le dépouillement de deux tiers des bulletins de vote.

Le statut de favori d’Ibrahim Boubacar Keïta semble se confirmer. Après le dépouillement des deux tiers des bulletins, celui qu'on surnomme "IBK" serait "largement en tête" de l’élection présidentielle malienne, d’après une source électorale proche de la Commission nationale de dépouillement citée par l'AFP. Un peu plus tôt dans la journée, des estimations non officielles provenant de sources sécuritaires plaçaient déjà IBK loin devant son rival Soumaïla Cissé.

Mais Gouagnon Coulibaly, directeur de campagne de Soumaïla Cissé, dénonce déjà des "fraudes massives" et accuse l'administration du régime de transition d'être "partisane".

Les deux candidats
avaient appelé "au calme et à la sérénité" dans l’attente de la publication des résultats provisoires. Le ministère de l'Administration territoriale a cinq jours à compter de la date du scrutin pour les publier, mais le processus devrait être plus rapide qu'au premier tour du 28 juillet.

Une participation moindre

À l'issue du premier tour, IBK avait réuni 39,79 % des voix, contre 19,70 % à son adversaire. Il avait obtenu le ralliement de 22 des 25 candidats éliminés, dont la majorité avait obtenu moins de 1 % des suffrages. Mais Soumaïla Cissé, qui partait du principe que ce second tour était "une nouvelle élection", comptait, pour rattraper son retard, sur une partie des quelque 400 000 bulletins déclarés nuls au premier tour et sur une mobilisation plus forte encore que celle du 28 juillet.

Ses vœux n'ont semble-t-il pas été réalisés, puisqu'à Bamako, ainsi que dans d'autres grandes villes du Sud, le vote a été perturbé par de fortes pluies pendant une partie de la journée, et des responsables de bureaux de vote ont noté une participation moins forte qu'au premier tour - certains observateurs avancent le chiffre de 45 % contre 49,98 % le 28 juillet.

Selon Louis Michel, chef de la mission d'observation de l'Union européenne (UE) qui a lui-même surveillé le scrutin dans plusieurs bureaux de vote de Bamako, "il n'y a absolument rien de douteux ou de suspect à signaler, ça s'est déroulé dans de bonnes conditions, dans un climat serein, calme". "Celui qui sera élu, sera élu avec la légitimité démocratique, c'est ma conviction", a-t-il ajouté. Dans son rapport préliminaire publié lundi, la mission de l'UE évalue "positivement [...] les opérations de vote à hauteur de 99 %" des bureaux observés.

Avec dépêches

Première publication : 12/08/2013

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Reportage : au Mali, peu de réfugiés ont pu voter à la présidentielle

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Élection présidentielle au Mali : un second tour sans incident

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Reportage à Kati : le soutien des militaires maliens au candidat IBK

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)