Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

Moyen-orient

Tensions autour des colonies israéliennes avant la reprise des pourparlers

© AFP

Vidéo par Georges LAEDERICH

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/08/2013

Les négociations israélo-palestiniennes, qui avaient repris fin juillet, risquent de se poursuivre dans un climat tendu le 14 août à Jérusalem, après l'annonce de nouvelles constructions israéliennes à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.

Après trois ans de statu quo, les négociations israélo-palestiniennes, qui avaient repris fin juillet à Washington sous l’égide de la diplomatie américaine, doivent se poursuivre le 14 août à Jérusalem puis à Jéricho, en Cisjordanie. Les discussions risquent toutefois de reprendre dans un climat de tension.

Si Israël a donné son feu vert, dimanche 11 août, pour la libération de 26 prisonniers palestiniens, le 14 août, dans le cadre de l’accord sur la relance des négociations de paix, parallèlement, l’État hébreu a lancé un appel d’offres pour la construction d'un millier de nouveaux logements dans les colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

"Saboter les efforts de la communauté internationale"

Sans surprise, cette décision a provoqué le mécontentement des Palestiniens, qui avaient dans un premier temps salué les libérations de prisonniers. "Il est clair qu'en approuvant de nouvelles constructions trois jours avant la reprise des pourparlers, le gouvernement israélien tente de saboter les efforts de la communauté internationale et des États-Unis pour la reprise des négociations", a dénoncé le négociateur palestinien, Mohammad Shtayyeh.
 
Toujours selon le responsable palestinien, Israël "a l'intention, par ses activités denses de construction dans les colonies, de détruire les bases d'une solution appelée de ses vœux par la communauté internationale qui vise à établir un État palestinien dans les frontières de 1967". Mohammad Shtayyeh a demandé aux États-Unis de prendre position "clairement et fermement" pour mettre un frein à ces "attaques israéliennes en Cisjordanie, et particulièrement à Jérusalem". La question des colonies, qui avait fait échouer les précédentes négociations en 2010, est centrale dans le déroulement des pourparlers.
 
"Cela ne change absolument rien", estime-t-on du côté israélien. "Les constructions décidées à Jérusalem et dans les colonies sont situées sur des terrains qui resteront israéliens selon tout traité de paix envisageable", a ainsi déclaré Mark Regev, un porte-parole du Premier ministre, Benjamin Netanyahou.
 
"Aucun pays au monde n'accepte de diktats d'autres pays sur les endroits où il peut construire ou pas", a affirmé, pour sa part, le ministre israélien du Logement, Uri Ariel.
 
L'UE appelle à ne pas faire "dérailler" les pourparlers
 
En réaction, l'Union européenne (UE) a exhorté, lundi, Israéliens et Palestiniens à ne pas saper la reprise du processus de négociations. Les deux parties "doivent s'abstenir de toute démarche de nature à faire dérailler ces négociations", a indiqué Michael Mann, le porte-parole de la chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton. Concernant l'appel d'offres israélien, il a rappelé, au cours d'un point-presse à Bruxelles, que les colonies en Cisjordanie étaient "illégales" au regard du droit international. "Ces colonies risquent de rendre impossible une solution à deux États" au conflit, a-t-il prévenu.
 
L'ONU a également rappelé qu'elle considérait la colonisation en Cisjordanie comme illégale, tandis que la Russie s'est montrée encore plus critique, jugeant cette annonce "contre-productive".
       
Selon certains médias israéliens, l'annonce de ces constructions a été organisée pour calmer l'aile dure de la coalition dirigée par le Premier ministre, qui s'oppose ardemment à la libération de prisonniers. La plupart des détenus avaient été arrêtés pour le meurtre d'Israéliens ou de Palestiniens soupçonnés de collusion avec Israël. La majorité d'entre eux seront expulsés et dirigés sur la bande de Gaza.

 

 

Première publication : 12/08/2013

  • DIPLOMATIE

    Les négociations de paix israélo-palestiniennes reprendront le 14 août

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Une aide publique pour vingt colonies israéliennes supplémentaires

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Abbas exclut la présence d'Israéliens dans un futur État palestinien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)