Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Afrique

Reportage : au Mali, peu de réfugiés ont pu voter à la présidentielle

© Roméo Langlois/FRANCE 24 | Jaouza (à dr.) et sa sœur Anafissatou.

Vidéo par

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/08/2013

Jaouza est originaire de Gao, dans le Nord-Mali. Réfugiée avec sa sœur à Bamako, la mère de famille n'a pas pu voter dimanche à l'élection présidentielle. Comme elle, la grande majorité des réfugiés n'ont pas pu accomplir leur devoir citoyen.

Dimanche 11 août. L’averse matinale a cessé et les électeurs de Bamako se rendent aux urnes dans la bonne humeur. Anafissatou et sa sœur Jaouza sont de Gao, la grande ville du nord du Mali. En 2012, elles ont fui les groupes armés islamistes avec leur famille pour se réfugier à Bamako. "Moi je suis partie car il y avait le Mujao [Mouvement pour l'unicité du djihad en Afrique de l'Ouest] qui violait les femmes et les enfants. C’est pour ça que je suis partie. Ils ont même agressé une de mes filles", lance Anafissatou à la sortie du bureau de vote.

La sœur d’Anafissatou, elle, n’a pas pu voter. Comme la plupart des 500 000 Maliens réfugiés dans le sud du pays ou à l’étranger, la mère de famille n’a pas pu exercer son devoir citoyen.

Faute d'avoir pu s'inscrire ou d'avoir reçu leur carte d'électeur, des dizaines de milliers de réfugiés au Burkina Faso, au Niger et en Mauritanie ont été privés de scrutin. Au premier tour, la participation des réfugiés maliens n'a été que de 9 %.

 

Première publication : 12/08/2013

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Le vote des Maliens pour un nouveau président perturbé par la pluie

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Mali : les défis qui attendent le futur président

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE MALIENNE

    Reportage à Kati : le soutien des militaires maliens au candidat IBK

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)