Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les milliardaires, toujours plus nombreux

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le show Netanyahou"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, bonne et mauvaise élève"

En savoir plus

DÉBAT

Netanyahou aux États-Unis : coup de froid entre Israël et la Maison Blanche

En savoir plus

DÉBAT

Boris Nemtsov assassiné : l'opposition russe punie ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France mise à l'index pour sa législation sur la fessée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Grèce, Allemagne, Espagne… L'Agriculture européenne réformée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

La France, principale bénéficiaire de la PAC

En savoir plus

Afrique

Scandale pétrolier en Algérie : l'ex-ministre Khelil visé par un mandat d'arrêt

© AFP

Vidéo par Salima Belhadj

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/08/2013

Chakib Khelil, l'ancien ministre de l'Énergie en Algérie, fait l'objet d'un mandat d'arrêt international dans le cadre du scandale de corruption de la Sonatrach. Neuf autres personnes sont visées par ce mandat.

L'ancien ministre algérien de l'Energie Chakib Khelil et plusieurs proches font l'objet d'un mandat d'arrêt international dans le cadre du scandale de corruption de la Sonatrach, a annoncé lundi le procureur général près la cour d'Alger, Belkacem Zeghmati.

Ces mandats d'arrêt concernent au total neuf personnes, dont l'épouse et les deux enfants de M. Khelil, ainsi qu'un de ses hommes de confiance, Farid Bedjaoui, a déclaré M. Zeghmati lors d'une conférence de presse.

Le parquet de Milan (Italie) avait déjà lancé un mandat d'arrêt international contre M. Bedjaoui, considéré comme l'intermédiaire dans le versement de pots-de-vins pour l'obtention de marchés par l'entreprise italienne d'exploration Saipem, filiale du groupe pétrolier ENI, à des responsables algériens, en particulier au sein du géant public Sonatrach.

Selon la presse italienne, la justice italienne chercherait à saisir 123 millions de dollars (92,6 millions d'euros) déposés sur des comptes appartenant à M. Bedjaoui, qui serait basé à Dubaï.

AFP

Première publication : 12/08/2013

COMMENTAIRE(S)