Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

  • Christophe de Margerie : disparition d’un patron Total

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Economie

La Corée du Nord présente Arirang, son premier smartphone

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 13/08/2013

Le dirigeant nord-coréen Kim Jung-un a visité, le 10 août, l’usine où est censé être fabriqué Arirang, présenté comme le premier smartphone conçu dans le pays. Une réponse à l'intérêt croissant des Nord-Coréens pour les téléphones portables.

Arirang n’est plus seulement le nom de l’une des chansons folkloriques les plus populaires en Corée du Nord. Dorénavant, c’est aussi celui du premier smartphone “made in North Korea”. Du moins c’est ainsi que l’a désigné, dimanche 11 août, Kim Jung-un, le leader du pays, lors d’une visite à l’usine où ce téléphone est censé être fabriqué.

L’Arirang rejoint l’armada des smartphones Android (le système d’exploitation gratuit du géant américain Google). Il n’est certes probablement pas équipé des dernières innovations technologiques embarquées sur les Samsung Galaxy S4 ou HTC One. Mais Kim Jung-un s’est, d’après l’agence de presse officielle KCNA (Korean central news agency), montré particulièrement enthousiaste à l’égard de l’appareil photo “qui contient beaucoup de pixels”.

Il a aussi, toujours d’après la KCNA, souligné à plusieurs reprises “le sentiment de fierté nationale” ou “l’enthousiasme patriotique” que la population doit ressentir après cette percée technologique prétenduement 100 % nord-coréenne.

Une appellation d’origine contrôlée qui laisse la plupart des observateurs du pays sceptiques. Le site North Korea Tech relève ainsi que les photos officielles de la visite ne montrent jamais un ouvrier en train d’assembler les composants de l’Arirang. “Ce smartphone est très probablement conçu en Chine puis expédié à l’usine du 11-Mai où il est inspecté avant d’être mis en vente”, conclut le site. La même mise en scène avait d’ailleurs déjà été utilisée il y a deux ans, lorsque Kim Jung-un s’était réjoui de la construction dans l’usine du 11-Mai de téléviseurs à écran plat. Déjà à l’époque, les commentateurs estimaient que l’essentiel du travail était, en réalité, effectué en Chine.

Marché noir

Si le lieu de construction laisse perplexe, il en va de même du public visé par ce nouveau smartphone. La plupart des Nord-Coréens n’ont, en effet, pas le droit de souscrire à un abonnement téléphonique qui permet de se connecter à Internet, rappelle le "Washington Post". Sans accès au Net, un smartphone ne peut pas faire grand chose de plus qu’un téléphone traditionnel, à part prendre des photos. Le pays a certes introduit en février la possibilité d’utiliser une connexion 3G depuis un smartphone... mais uniquement pour les touristes.

Des restrictions qui n’empêchent pas les Nord-Coréens de s’équiper de plus en plus en téléphones portables. Depuis 2011, le nombre officiel d'utilisateurs est passé de 500 000 à plus de 2 millions (soit un peu moins d’un dizième de la population). Dans la foulée de l’intérêt pour ce “nouveau” moyen de communication, certains se sont alors tournés vers les smartphones chinois vendus sur le marché noir. De quoi, d’après le site spécialisé dans les nouvelles technologies Wired, se connecter à des réseaux 3G en s’approchant de la frontière chinoise.

Ils peuvent alors communiquer hors des frontières. Une manière de contourner le contrôle très strict que le régime a mis en place. C’est pourquoi, d’après le "Washington Post", Arirang n’est pas qu’une opération de communication à destination des pays occidentaux. Ce nouveau smartphone approuvé par Kim Jung-un permet à Pyongyang de tenter de court-circuiter les réseaux de ventes parallèles de smartphones en proposant un modèle officiel.

Première publication : 13/08/2013

  • JEUX VIDEO

    Apple refuse qu'on se moque de la Corée du Nord sur iPhone

    En savoir plus

  • INTERNET

    3G : le petit bond en avant technologique de la Corée du Nord

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google Maps s'introduit en terra incognita nord-coréenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)