Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Economie

La Corée du Nord présente Arirang, son premier smartphone

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 13/08/2013

Le dirigeant nord-coréen Kim Jung-un a visité, le 10 août, l’usine où est censé être fabriqué Arirang, présenté comme le premier smartphone conçu dans le pays. Une réponse à l'intérêt croissant des Nord-Coréens pour les téléphones portables.

Arirang n’est plus seulement le nom de l’une des chansons folkloriques les plus populaires en Corée du Nord. Dorénavant, c’est aussi celui du premier smartphone “made in North Korea”. Du moins c’est ainsi que l’a désigné, dimanche 11 août, Kim Jung-un, le leader du pays, lors d’une visite à l’usine où ce téléphone est censé être fabriqué.

L’Arirang rejoint l’armada des smartphones Android (le système d’exploitation gratuit du géant américain Google). Il n’est certes probablement pas équipé des dernières innovations technologiques embarquées sur les Samsung Galaxy S4 ou HTC One. Mais Kim Jung-un s’est, d’après l’agence de presse officielle KCNA (Korean central news agency), montré particulièrement enthousiaste à l’égard de l’appareil photo “qui contient beaucoup de pixels”.

Il a aussi, toujours d’après la KCNA, souligné à plusieurs reprises “le sentiment de fierté nationale” ou “l’enthousiasme patriotique” que la population doit ressentir après cette percée technologique prétenduement 100 % nord-coréenne.

Une appellation d’origine contrôlée qui laisse la plupart des observateurs du pays sceptiques. Le site North Korea Tech relève ainsi que les photos officielles de la visite ne montrent jamais un ouvrier en train d’assembler les composants de l’Arirang. “Ce smartphone est très probablement conçu en Chine puis expédié à l’usine du 11-Mai où il est inspecté avant d’être mis en vente”, conclut le site. La même mise en scène avait d’ailleurs déjà été utilisée il y a deux ans, lorsque Kim Jung-un s’était réjoui de la construction dans l’usine du 11-Mai de téléviseurs à écran plat. Déjà à l’époque, les commentateurs estimaient que l’essentiel du travail était, en réalité, effectué en Chine.

Marché noir

Si le lieu de construction laisse perplexe, il en va de même du public visé par ce nouveau smartphone. La plupart des Nord-Coréens n’ont, en effet, pas le droit de souscrire à un abonnement téléphonique qui permet de se connecter à Internet, rappelle le "Washington Post". Sans accès au Net, un smartphone ne peut pas faire grand chose de plus qu’un téléphone traditionnel, à part prendre des photos. Le pays a certes introduit en février la possibilité d’utiliser une connexion 3G depuis un smartphone... mais uniquement pour les touristes.

Des restrictions qui n’empêchent pas les Nord-Coréens de s’équiper de plus en plus en téléphones portables. Depuis 2011, le nombre officiel d'utilisateurs est passé de 500 000 à plus de 2 millions (soit un peu moins d’un dizième de la population). Dans la foulée de l’intérêt pour ce “nouveau” moyen de communication, certains se sont alors tournés vers les smartphones chinois vendus sur le marché noir. De quoi, d’après le site spécialisé dans les nouvelles technologies Wired, se connecter à des réseaux 3G en s’approchant de la frontière chinoise.

Ils peuvent alors communiquer hors des frontières. Une manière de contourner le contrôle très strict que le régime a mis en place. C’est pourquoi, d’après le "Washington Post", Arirang n’est pas qu’une opération de communication à destination des pays occidentaux. Ce nouveau smartphone approuvé par Kim Jung-un permet à Pyongyang de tenter de court-circuiter les réseaux de ventes parallèles de smartphones en proposant un modèle officiel.

Première publication : 13/08/2013

  • JEUX VIDEO

    Apple refuse qu'on se moque de la Corée du Nord sur iPhone

    En savoir plus

  • INTERNET

    3G : le petit bond en avant technologique de la Corée du Nord

    En savoir plus

  • INTERNET

    Google Maps s'introduit en terra incognita nord-coréenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)