Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

FRANCE

Les musulmans rassemblés près de Lyon dénoncent l'"islamophobie montante"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/08/2013

Les fidèles de la mosquée d'El Forkane de Vénissieux se sont rassemblés lundi soir, suite à l'attaque que projetait un militaire proche de l'extrême droite, arrêté dimanche. Ces musulmans ont protesté contre l'"islamophobie montante".

Au lendemain de l'annonce de l'arrestation d'un militaire proche de l'extrême droite qui préparait un attentat contre la mosquée El Forkane de Vénissieux, près de Lyon, environ 150 musulmans se sont rassemblés lundi 12 août devant l’édifice pour dénoncer "l'islamophobie montante".

Réunis dans un calme grave, les musulmans présents lundi soir se sont dits inquiets de la "montée de l'islamophobie". "Cet homme avait une volonté délibérée de tuer", a réagi le recteur de la grande mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, "on a dépassé l'islamophobie verbale".

"Les femmes voilées n'osent plus sortir"

"Les musulmans ont peur aujourd'hui, les femmes voilées n'osent plus sortir, ça nous rappelle la situation des Juifs dans les années 30", a lancé Abdelaziz Chaambi, de la coordination contre le racisme et l'islamophobie, aux nombreux journalistes présents. "Rien ne nous dit que ça ne va pas se reproduire", a-t-il ajouté.

Jeune femme voilée, Mariem, membre du collectif de lutte contre l'islamophobie en France, a relevé "une succession d'actes à l'encontre des musulmans" ces dernières années. Pour elle, "les violences prennent de l'ampleur".

L'émotion a rapidement laissé place à la critique. "Nous avons alerté à plusieurs reprises les pouvoirs publics, nous avons sollicité des réunions, des commissions, et à chaque fois nous avons reçu un refus catégorique", s’est encore indigné Abdelaziz Chaambi.

En conclusion de son allocution sur le perron de la mosquée, Kamel Kabtane, a de son côté, regretté qu’"aucun responsable au niveau national n'[ait] pris position pour ce qui s'[était] passé".

"Monsieur Valls ne veut pas reconnaître l'islamophobie", a-t-il dénoncé. "Dans le quartier 93 % des gens ont voté Hollande, mais je vous promets que s'il n'y a pas des mesures sérieuses qui sont prises [...], et bien ils n'auront plus les voix des musulmans !"

"Des propos nauséabonds"

La maire PCF de Vénissieux, Michèle Picard, a fustigé lundi matin des "propos nauséabonds de leaders nationalistes qui abreuvent les réseaux sociaux de leur haine", citant Alexandre Gabriac dont le mouvement d'extrême droite radicale "Jeunesses nationalistes" a été dissous le 24 juillet sur décret présidentiel.

Sur son compte Twitter, celui-ci a écrit entre dimanche soir et lundi : "Le gouvernement a voulu nous dissoudre ? Qu'il prenne ses responsabilités face à des actes isolés de colère légitime que nous ne pouvons plus contrôler".

Avec dépêches

Première publication : 13/08/2013

  • FRANCE

    Un militaire soupçonné d'avoir voulu attaquer une mosquée arrêté près de Lyon

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)