Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les quatre journalistes français otages en Syrie ont été libérés

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

Moyen-orient

"Abbas et Netanyahou veulent un processus de paix sans y croire"

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 13/08/2013

Israéliens et Palestiniens doivent réenclencher ce mercredi, à Jérusalem, des discussions en vue de relancer le processus de paix. Mais la tension est à son comble depuis l'annonce de nouvelles constructions israéliennes dans les colonies.

Après trois ans de négociations gelées et des décennies de conflit, l’espoir d'un réenclenchement du processus de paix israélo-palestinien était revenu en juillet à Washington, où des représentants du gouvernement israélien et de l’Autorité palestinienne s’étaient retrouvés sous l’égide de John Kerry. Le secrétaire d'État américain leur a donné neuf mois pour aboutir à un accord de paix.

C’était compter sans le feu vert, ce mardi 13 août, du gouvernement israélien pour la construction de 942 nouveaux logements à Jérusalem-Est annexée, auxquels s’ajoutent 1 187 autres logements en Cisjordanie approuvés le 11 août. Ces deux nouvelles annonces font l’effet d’un véritable coup de tonnerre à la veille de la reprise des pourparlers qui doivent se tenir à Jérusalem, sous l'encadrement, cette fois, de Martin Indyk, l'émissaire américain qui fera office de médiateur.

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est "engagé" à poursuivre les négociations de paix avec Israël, malgré le feu vert donné mardi à la construction de 942 logements à Jérusalem-Est annexée, a assuré mardi le secrétaire d'État américain, John Kerry. "Je vais parler avec lui aujourd'hui [...] Il est engagé à venir participer à la négociation parce qu'il croit que la négociation est ce qui permettra de résoudre ce problème", a-t-il déclaré.

"Pour que les choses soient claires, les États-Unis considèrent illégitimes ces implantations. En même temps, le Premier ministre Netanyahou avait été bien franc devant moi et le président Abbas en nous prévenant qu'il annoncerait de nouvelles implantations de logements dans des endroits qui n'affecteraient pas le plan de paix, qui n'auraient pas d'impact sur la possibilité de parvenir à un accord de paix", a ajouté John Kerry.
 

Plusieurs ONG et responsables politiques dénoncent un sabotage avant même que les deux parties ne se soient assises à la table des négociations. "C'est une décision terrible qui relève de la provocation envers les Palestiniens, les Américains et le monde entier qui s'opposent tous à la poursuite de la colonisation", a dénoncé Yossef Alalu, conseiller municipal de la gauche israélienne.

La tension est telle que certains s’inquiètent de voir les Palestiniens annuler purement et simplement leur venue dans la Ville Sainte. Un scénario peu probable selon Charles Enderlin, correspondant à Jérusalem pour France 2. "Dans cette affaire, aucune des deux parties ne veut être tenue pour responsable de l’échec des négociations, explique-t-il à FRANCE 24. Si les Palestiniens décidaient de ne pas aller à Jérusalem, ils deviendraient alors les fautifs. Je pense qu’ils vont s’y rendre et vont protester auprès des Américains." Les Palestiniens devraient donc arriver quasiment en position de force puisqu’ils pourront avancer que les Israéliens cherchent, via ces nouvelles constructions, à torpiller les négociations.

Réponse à la libération de 26 détenus palestiniens

Du côté de Tel Aviv, on se défend en assurant qu’il s’agit d’une décision des plus légitimes. "Les constructions décidées à Jérusalem et dans les colonies sont situées sur des terrains qui resteront israéliens", a ainsi affirmé Mark Regev, un porte-parole du Premier ministre, Benjamin Netanyahou. La municipalité de Jérusalem, quant à elle, tient à souligner qu'il ne s'agit pas d'un nouveau plan, mais de la poursuite "d'un projet de développement de Gilo [zone résidentielle de Jérusalem-Est] annoncé il y a deux ans".

Quoiqu’il en soit, avant même de pouvoir poser la première brique, le processus administratif est encore long. Ce qui laisse penser, pour beaucoup d’experts et de commentateurs, que ces annonces sont avant tout un écran de fumée destiné à protéger la coalition de Benjamin Netanyahou composé de membres du centre-droit et de la droite nationaliste religieuse. Cette dernière, qui est la frange la plus à droite du gouvernement a, en effet, très mal vécu l’annonce, le 11 août, de la libération de 26 détenus palestiniens de longue date décidée par une commission ministérielle israélienne. Ils devraient quitter leur prison le plus discrètement possible dans la nuit du mardi 13 au mercredi 14 août.

"Ces terroristes qu'on libère ont tué des femmes et des enfants. Je ne comprends pas bien en quoi relâcher des prisonniers peut aider la paix", a fustigé le ministre israélien du Logement, Uri Ariel, issu du parti nationaliste religieux Foyer juif. Ces prisonniers, parmi lesquels aucun dirigeant ne figure, représentent un premier contingent sur les 104 libérations promises par les Israéliens. Les autres doivent être libérés progressivement, en fonction de l'avancée des négociations.

L’espoir suscité par la médiation de John Kerry

En somme, les négociations de ce mercredi 14 août s’ouvrent dans "une atmosphère de très grand scepticisme. Benjamin Netanyahou et Mahmoud Abbas veulent entrer dans ce processus de paix tout en n’y croyant pas, résume Charles Enderlin. Chacun dit que le maximum qu’ils ont à offrir n’atteint pas le minimum de ce que l’autre peut accepter."

Pour faire avancer ces tribulations, reste l’arme John Kerry. Le successeur d'Hillary Clinton est le premier, en trois ans de tentatives avortées, à avoir pu rasseoir Israéliens et Palestiniens à la table des négociations. "En arriver là, c’est déjà un succès pour John Kerry", affirme Charles Enderlin, qui explique que le but est désormais de parvenir à maintenir le dialogue entre les parties le plus longtemps possible.

Mais dans cette phase actuelle de paramétrage qui se résume à négocier sur les négociations à venir, John Kerry sait que le dialogue peut rompre à tout moment. Le secrétaire d'État américain s’est attaché à apaiser les tensions avant le rendez-vous de mercredi notamment en appelant les Palestiniens à "ne pas réagir négativement" à l'annonce par Israël de la construction de nouveaux logements. John Kerry a également rappelé que les États-Unis "considèrent comme illégitimes toutes les implantations" israéliennes en territoire palestinien et s’est entretenu deux fois en 48 heures avec Benjamin Netanyahou pour lui réitérer la position américaine "de façon très claire".

Pour préserver le moindre progrès dans les discussions, le chef de la diplomatie américaine, qui a la confiance des deux parties, est le seul à être autorisé à commenter officiellement les négociations en cours. Et il a déjà prévenu qu’il ne serait pas très expansif afin de laisser, cette fois-ci, le plus d’espace aux acteurs qui ne seront pas tentés de se provoquer par médias interposés.

Mais la route est encore longue pour atteindre l’objectif que John Kerry s’est fixé : devenir le médiateur du Proche-Orient le plus efficace depuis Henry Kissinger. Ancien secrétaire d’État sous les administration Nixon et Ford dans les années 1970, ce pape de la diplomatie américaine est connu comme l’un des artisans de la paix entre l’Égypte et Israël après la guerre de Kippour.

Première publication : 13/08/2013

  • DIPLOMATIE

    Les négociations de paix israélo-palestiniennes reprendront le 14 août

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Tensions autour des colonies israéliennes avant la reprise des pourparlers

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAELO-PALESTINIEN

    John Kerry vise un accord de paix israélo-palestinien d’ici neuf mois

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)