Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'attente des résultats de la présidentielle se prolonge dans l'appréhension à Libreville

En savoir plus

FOCUS

Surpopulation, discrimination… Le système carcéral américain à l’heure de la réforme

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

La campagne électorale menace-t-elle la reprise ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'écrivain Yasmina Khadra, amoureux de Cuba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Dilma Roussef : discours émouvant, mais sans plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Présidentielle 2017 : "des patrons sans illusion"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dissimulation fiscale : Apple pourrait écoper d’une amende record

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Jean-Pierre Chevènement embourbé dans les gaffes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libreville retient son souffle dans l'attente des résultats de la présidentielle

En savoir plus

Afrique

Sur FRANCE 24, l'islamiste Tarek el-Morsi dénonce "le carnage de l’armée égyptienne"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/08/2013

"Les blessés sont impossible à chiffrer. Il y en a des milliers. Certains tombent raides morts à l’entrée des hôpitaux", affirme sur FRANCE 24 Tarek el-Morsi, le porte-parole du parti Justice et Liberté, un proche du président déchu Mohamed Morsi.

Sur l’antenne de FRANCE 24, Tarek el-Morsi, le porte parole du parti Justice et Liberté (PLJ), vitrine politique des Frères musulmans, a dénoncé mercredi 14 août le "carnage" perpétré par l’armée égyptienne à l’encontre des partisans de Mohamed Morsi, qui campaient depuis des semaines près de la mosquée Rabaa al-Adawiya et sur la place Nahda pour protester contre la destitution de l’ex-chef d’État.

Tarek el-Morsi, porte-parole du parti Justice et Liberté © capture d'écran

"Les blessés sont impossible à chiffrer. Il y en a des milliers. Certains tombent raides morts à l’entrée des hôpitaux", commente ce proche du président déchu, alors que les forces de l’ordre ont lancé mercredi matin un assaut sur les campements des pro-Morsi au Caire.

"Tout est bouclé par l’armée, cela fait deux heures que j’essaie de pénétrer [dans les camps où ont lieu les sit-ins, NDLR] mais je n’y arrive pas. L’armée envoie du gaz très puissant sur les pro-Morsi et il nous est impossible de maintenir les blessés loin de ces gaz. C’est un vrai massacre."

"Nous, nous n’avons pas d’armée"

Tarek el-Morsi alerte également sur la présence d’une vingtaine de chars, témoignant d’une violence "impossible à imaginer." "Ce sont les même images que l’on peut voir à Gaza," atteste-t-il.

Pour lui, l’armée égyptienne toute-puissante, qui dispose du soutien du ministère de l’Intérieur, attaque les Frères musulmans car elle est en position de force. "L’armée connaît les valeurs et le moral du courant politique des Frères musulmans, qui préfère le pacifisme. Nous, nous n’avons pas d’armée," lance l’islamiste.

L'assaut intervient après l'échec de plusieurs tentatives de médiation internationales pour mettre fin au bras de fer engagé entre les pro-Morsi et le gouvernement soutenu par l'armée.

Première publication : 14/08/2013

  • ÉGYPTE

    L'état d'urgence décrété en Égypte après une journée meurtrière

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    En images : au Caire, scènes de chaos

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Vidéos : au Caire, les forces de l'ordre tirent sur les pro-Morsi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)