Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

La Charte de la laïcité, repère nécessaire ou gadget politique ?

En savoir plus

Intervention en Syrie : François Hollande dans l'impasse

En savoir plus

Morale et politique, l'alliance impossible ?

En savoir plus

Affaire Tapie : un scandale d'État ?

En savoir plus

Femen en Tunisie : la révolution continue ?

En savoir plus

Plus d'anglais dans les universités françaises : un projet risqué ?

En savoir plus

Hollande face à la presse : exercice réussi ?

En savoir plus

Le "Mur des cons" des magistrats fait polémique

En savoir plus

Cahuzac : chacun sa part d’ombre ?

En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

EUROPE

La zone euro sort de la récession mais pas de la crise

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/08/2013

La zone euro, qui enregistre un PIB en hausse de 0,3 %, est officiellement sortie de la plus longue récession de son histoire au deuxième trimestre, selon les indicateurs de l'office européen des statistiques Eurostat, publiés mercredi.

La zone euro a renoué avec la croissance au deuxième trimestre, tournant le dos à la plus longue phase de récession de son histoire, mais l'heure n'est pas au triomphalisme face à une reprise qui s'annonce molle et à un chômage record.

D'avril à juin, le Produit intérieur brut (PIB) de la zone euro a progressé de 0,3 %, selon les données d'Eurostat, dépassant les attentes. Les analystes tablaient au départ sur un PIB en hausse de 0,2 %, après six trimestres consécutifs de repli.

Cette bonne surprise est liée aux chiffres de croissance allemand et français, également publiés mercredi matin, qui sont ressortis au-delà des attentes.

En Allemagne, la croissance a accéléré de 0,7 % au printemps. La consommation, et surtout les investissements, ont nettement contribué à ce regain d'activité qui replace la première économie européenne en position de locomotive pour l'ensemble de la zone euro.

Mais c'est de France qu'est venue la plus grande surprise : non seulement le pays est sorti de récession, mais son activité a été plus vigoureuse que prévu avec un PIB en hausse de 0,5 % contre 0,2 % prévu initialement. Il s'agit du sursaut le plus important de l'économie française depuis le premier trimestre 2011.

Autre bonne nouvelle : le Portugal est sorti de récession au deuxième trimestre, avec un bond de 1,1 % de son PIB pour la première fois depuis plus de deux ans.

Malgré ces signes encourageants, les responsables européens se sont gardés mercredi de tout excès d'enthousiasme.

"J'espère qu'il n'y aura pas de déclarations d'autosatisfaction prématurées, affirmant que +la crise est finie+, car nous savons tous qu'il existe encore d'importants obstacles à surmonter", a estimé le commissaire européen en charge des Affaires économiques, Olli Rehn, sur son blog.

"Pas de triomphalisme", a renchéri son collègue Michel Barnier (Services financiers) sur son compte Twitter soulignant que "des millions de citoyens européens souffrent toujours de cette crise".

Même s'il y a des signes d'amélioration en Italie (-0,2 % de PIB) et en Espagne (-0,1 % du PIB), les deux pays sont restés en récession au printemps, tout comme Chypre, où l'activité s'est encore contractée de 1,4% au deuxième trimestre, après une baisse de 1,7 % au trimestre précédent.

Si "la zone euro est bien sortie de récession, la crise de la dette dans les pays les plus fragiles n'a pas touché à sa fin", confirme Jonathan Loynes, du cabinet Capital Economics.

Considéré comme un des pays du noyau dur de la zone euro, les Pays-Bas sont restés eux aussi en récession, avec un PIB se repliant de 0,2 % sur la période.

Qui plus est, "la confiance est fragile et certains problèmes structurels qui ont été glissés sous le tapis jusqu'aux élections allemandes (en septembre, ndlr) pourraient revenir en force", estime Peter Vanden Houte, économiste pour la banque ING, citant la question d'un nouveau plan d'aide pour la Grèce et éventuellement pour le Portugal.

Quoi qu'il en soit, la zone euro sera en récession sur l'ensemble de l'année 2013, avec un PIB se contractant d'environ 0,5 % selon les analystes. Plus optimiste, la Commission européenne tablait au printemps sur une baisse du PIB de 0,4% cette année, avant une nette reprise en 2014 (+1,2 %). Le chômage lui devrait rester autour de 12 %, à des niveaux record.

Si une reprise durable est "à portée de main", il faut "persévérer sur tous les fronts de notre réponse à la crise", a estimé M. Rehn. Il a ainsi invité les responsables politiques et les partenaires sociaux à "maintenir le rythme des réformes économiques, reprendre le contrôle de notre montagne de dettes (...) et bâtir les piliers d'une véritable union économique et monétaire".

Anticipant les critiques régulièrement faites à la Commission d'accentuer l'austérité, son collègue Michel Barnier a tenu à souligner que "non, l'austérité n'est pas la ligne de la Commission", qui prône "les réformes, la régulation financière et la coordination de nos politiques".

AFP
 

Première publication : 14/08/2013

  • ÉCONOMIE

    Croissance française : rebond inattendu de 0,5 % au deuxième trimestre

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Portugal : la courbe du chômage s'infléchit pour la première fois depuis 2011

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Le chômage espagnol baisse pour la première fois en deux ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)