Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Angela Merkel se dévoile sur Internet

© www.angela-merkel.de

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/08/2013

À six semaines des élections législative fédérales, et alors qu'elle brigue un troisième mandat, la chancelière allemande a lancé son site internet. D’habitude très discrète, elle évoque son parcours et ses goûts, le tout illustré par des photos.

Savez-vous qu’Angela Merkel confectionne particulièrement bien la soupe de pomme de terre ? Qu’elle a la main verte et qu’elle apprécie de déguster les légumes de son jardin ? Ou qu’elle partage l’amour de la musique classique et de l’opéra avec son mari ? Sur son site internet, actif depuis mercredi 14 août, www.angela-merkel.de, la chancelière allemande, habituellement peu encline à évoquer sa vie privée, se laisse aller aux confidences.

 
Angela Merkel explique avoir passé une enfance heureuse, à Hambourg, aux côté de son frère Marcus et de sa sœur Irène.
Des confidences en images : on la voit, petite fille blonde aux cheveux bouclés, jouer avec sa poupée, ou jeune femme, vêtue d’une longue jupe en jean et d’un tee-shirt un peu "décontracté", attablée, un verre à la main, dans un local politique. Angela, sérieuse, au travail, Angela, rêveuse, au bord de la mer…
 
La chancelière raconte sa vie, son enfance heureuse à Hambourg, à l'époque en Allemagne de l’Est, auprès de son frère Marcus et de sa sœur Irène. Elle évoque ses études de sciences naturelles, une matière qu’elle fait sienne car "les autorités est-allemandes ne pouvaient que peu interférer avec les lois de la nature", puis son doctorat en physique qu’elle passe à Berlin en 1986. "C’était un travail difficile, mais aussi un bon moment", se souvient-elle.
 
Puis vient la chute du mur de Berlin en 1989 et l’implosion du bloc soviétique. "La révolution pacifique et la réunification de l’Allemagne a considérablement changé ma vie", assure l’actuelle chancelière. "Cette nouvelle liberté [..] a éveillé en moi la curiosité et le désir de participer activement aux changements", poursuit-elle, évoquant un "moment intense et passionnant".

La chute du mur de Berlin, en 1989, a "considérablement changé la vie" de la future chancelière, affirme-t-elle.
 
Opération séduction
 
À l’évidence "Mutti" ("Maman", en allemand) tente ici une sérieuse opération séduction, à six semaines des élections législatives fédérales prévues le 22 septembre. Elle y brigue un troisième mandat à la tête du gouvernement allemand. La numéro un du Parti chrétien-démocrate (CDU) a d’ailleurs lancé son site le même jour que sa campagne électorale.  
 
Sur son site, Angela Merkel avoue aimer faire des randonnées l'été et du ski l'hiver.
Aussitôt rendu public, aussitôt moqué. www.angela-merkel.de a immédiatement créé un buzz en Allemagne – d’autant que la page www.angelamerkel.de, dont l’url est légèrement différente, renvoie, elle, sur le site du Parti social-démocrate (SPD), avec lequel le parti de la chancelière s’était allié entre 2005 et 2009. "Ne pas oublier le tiret à Angela-Merkel.de sous peine de tomber sur le site du SPD", s’amuse ainsi @Tigerymous, alors que @melvine ironise sur "les efforts d’Angela pour paraître humaine"…
 
Angela Merkel est créditée d’environ 40 % des intentions de vote (15 points devant le SPD) à un mois et demi des élections. Elle reste donc très populaire outre-Rhin. Mais, si ces pronostics se confirment, elle ne pourra pas éviter un gouvernement de coalition. La chancelière se jette donc à corps perdu dans la bataille électorale, enchaînant les réunions publiques et les déplacements pour tenter de récupérer des voix une par une. Quitte à se faire violence pour dévoiler des pans de sa vie privée sur Internet.

 

Première publication : 15/08/2013

  • ALLEMAGNE

    La répression policière en Turquie est "beaucoup trop dure", estime Angela Merkel

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉENNE

    Hollande et Merkel d'accord sur un président permanent de l'Eurogroupe

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Merkel a-t-elle été chef de la propagande des Jeunesses communistes de la RDA ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)