Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le président sortant Yahya Jammeh reconnaît sa défaite

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, candidat au départ....

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

Moyen-orient

Les inspecteurs de l'ONU bientôt en Syrie pour enquêter sur les armes chimiques

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/08/2013

Le gouvernement syrien a accepté les modalités de l'ONU concernant l'inspection des experts des Nations unies sur l'utilisation présumée d'armes chimiques. L'équipe du Suédois Ake Sellstrom devrait partir très rapidement pour Damas.

Les Nations unies ont annoncé mercredi que le gouvernement syrien avait donné son feu vert pour permettre aux enquêteurs de l’ONU de se rendre en Syrie afin d'enquêter sur l’utilisation présumée d’armes chimiques.

Selon un communiqué, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon explique que Damas, après avoir donné un premier accord fin juillet, "a formellement accepté les modalités essentielles à la coopération afin de garantir la conduite appropriée, sûre et efficace de la mission".

L’équipe d’experts, conduite par le suédois Ake Sellstrom, devrait donc partir très prochainement pour la Syrie. "Comme convenu avec le gouvernement syrien, la délégation restera dans le pays pour y mener ses activités, y compris des visites sur des sites, pour une période pouvant aller jusqu’à 14 jours, renouvelable par consentement mutuel".

La délégation se rendra notamment à Khan al-Assal à Alep, où le régime syrien affirme que les rebelles ont utilisé des armes interdites en mars. Elle doit aussi aller sur deux autres sites mais dont les noms n’ont pas été précisés.

La coalition nationale syrienne (CNS), principale structure de l’opposition, a également assuré à l’ONU qu’elle collaborerait elle aussi à cette enquête et quelle "accueillerait les experts de l’ONU dans tous les territoires sous son contrôle".

Pour le moment, les Nations unies ont reçu 13 rapports sur l’utilisation présumée d’armes chimiques durant le conflit syrien. Ces documents proviennent du régime de Bachar al-Assad ainsi que de la France, des États-Unis et de la Grande-Bretagne.

Avec dépêches
 

Première publication : 15/08/2013

  • SYRIE

    L'ONU obtient l'accord de la Syrie pour enquêter sur les armes chimiques

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les rebelles syriens rejettent les accusations russes sur l'utilisation de gaz sarin

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Moscou doute de l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)