Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... : à J-1 du scrutin, le pays inquiet (Partie 1)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

RDC : la ferme des anciens combattants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Xavier Dolan nous fait trembler !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Marathon de Boston, un an après

En savoir plus

FOCUS

Les Algériens de France : un vote courtisé

En savoir plus

SUR LE NET

Le web au chevet des sinistrés de Valparaiso

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Popularité : Valls fait-il de l’ombre à Hollande ?

En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • Finale de la Coupe du Roi : FC Barcelone-Real Madrid en direct

    En savoir plus

  • Kiev impuissant face aux pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Qui en voulait au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • En images : près de 280 disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

Asie - pacifique

Seconde Guerre mondiale : Shinzo Abe n'exprime plus ses regrets

© Shinzo Abe, Premier ministre japonais

Vidéo par Nay NAAYEM

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/08/2013

Dans son discours lors de la commémoration de la capitulation japonaise en 1945, le Premier ministre nippon n'a cette année exprimé aucun regret envers l'Asie pour les souffrances infligées par le Japon, provoquant la colère de Pékin et Séoul.

Chaque année, la commémoration de la capitulation japonaise durant la seconde guerre mondiale est un épisode délicat dans les relations diplomatiques entre la Chine et le Japon. Cette année davantage encore. Dans son discours prononcé jeudi 15 août à l’occasion du 68e anniversaire de la capitulation nippone, le Premier ministre japonais, Shinzo Abe n'a formulé aucun regret envers l'Asie pour les souffrances infligées par le Japon pendant la Seconde guerre mondiale.

Il a ainsi rompu avec une tradition établie depuis une vingtaine d'années, qui veut que le chef du gouvernement japonais présente systématiquement ses regrets lors de cette allocution annuelle du 15 août.

Dans un bref discours tenu lors d'une cérémonie en présence de l'empereur Akihito et de l'impératrice Michiko, le chef du gouvernement japonais s'est contenté de rendre hommage aux victimes du conflit et de souhaiter que la paix dure."Je n'oublierai jamais le fait que la paix et la prospérité dont nous jouissons actuellement découlent du sacrifice de vos vies", a déclaré Shinzo Abe à l'adresse des Japonais disparus pendant la guerre du Pacifique. Et de simplement conclure: "nous allons faire de notre mieux pour apporter notre contribution à la paix dans le monde".

Visite du sanctuaire Yasukuni

Comble de la provocation pour les Chinois et les Sud-Coréens : deux ministres nippons se sont rendus au sanctuaire Yasukuni. Ce lieu de culte shintoïste controversé, vénère la mémoire des soldats japonais tués au combat, et reste considéré par les voisins du Japon comme le symbole de son passé militariste.

Yoshitaka Shindo, ministre des Affaires intérieures et des communications du gouvernement de droite de Shinzo Abe, a prié au Yasukuni. Un autre ministre, Keiji Furuya, président de la commission nationale de sécurité publique, l'a suivi quelques minutes plus tard. "La consolation des âmes des victimes de guerre est une affaire purement nationale. Les autres pays ne doivent pas critiquer ou faire interférence", a déclaré ce dernier à la presse.

Protégé par des centaines de policiers, le lieu de culte a vu défiler par ailleurs de nombreux Japonais "ordinaires", descendants de soldats tués pendant la Seconde guerre mondiale. Postés à l'intérieur, des militants d'extrême droite arboraient des drapeaux appelant la population à rendre hommage à ces soldats.

Le Premier ministre Abe, lui, ne s'est pas rendu au Yasukuni, pour ne pas envenimer davantage les relations avec ses voisins, et notamment la Chine. Le chef du gouvernement a néanmoins fait déposer une branche d'un arbre sacré par l'un de ses collaborateurs. Shinzo Abe "offre ses sincères condoléances aux âmes de nos ancêtres et s'excuse de ne pas venir au sanctuaire", a déclaré cet assistant à l'agence Jiji.

Colère de la Chine

À Pékin, la réaction ne s’est pas faite attendre. Le gouvernement chinois a aussitôt convoqué l'ambassadeur du Japon pour lui faire part de la protestation officielle de la Chine après cette visite. Le pays a également "condamné fermement" la visite jeudi de deux ministres nippons au sanctuaire Yasukuni à Tokyo, peut-on lire dans un communiqué du ministère chinois des Affaires étrangères.

Les relations du Japon avec ses voisins restent marquées par le souvenir des atrocités commises par les troupes impériales pendant la colonisation de la péninsule coréenne (1910-1945) et lors de l'occupation partielle de la Chine (1931-1945).

L'anniversaire de la capitulation nippone intervient cette année dans un contexte sino-japonais particulièrement tendu depuis que le Japon a nationalisé, en septembre dernier, une partie des îles Senkaku en mer de Chine orientale.
 

Avec dépêches

Première publication : 15/08/2013

  • JAPON

    Polémique autour des propos du vice-Premier ministre japonais sur les nazis

    En savoir plus

  • JAPON - CHINE

    Nouvelles tensions sino-japonaises à propos des îles Senkaku

    En savoir plus

  • JAPON

    Au Japon, les législatives marquent une résurgence du nationalisme nippon

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)