Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

Afrique

Divisions au sein d’Ennahda sur la formation d'un gouvernement apolitique

© AFP

Vidéo par Camille LAFRANCE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/08/2013

Le chef du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi, s’est opposé jeudi à la formation d’un gouvernement apolitique en Tunisie, réclamée par l’opposition. La veille, le secrétaire général du même parti avait tenu le discours inverse.

Rien ne va plus au sein de la formation islamiste de Tunisie. Jeudi 15 août, le chef du parti Ennahda, au pouvoir, Rached Ghannouchi a balayé la requête de l’opposition portant sur la formation d'un gouvernement non partisan pour sortir le pays de la crise politique. Ce faisant, il a affiché au grand jour les dissensions internes au parti, alors que son secrétaire général avait tenu le discours inverse la veille.

Selon Ghannouchi, un gouvernement apolitique n'aiderait en effet pas la Tunisie à sortir de la "situation délicate" dans laquelle elle est plongée depuis l'assassinat en juillet du député d'opposition Mohamed Brahmi, issu de la gauche laïque.

"Ennahda refuse le gouvernement proposé par le Front de salut national [l’hétéroclite coalition d'opposition en Tunisie, NDLR], ce serait un danger pour le pays, le pousserait vers le vide, l'anarchie et achèverait l'expérience démocratique en Tunisie", a estimé Rached Ghannouchi, donnant ainsi une fin de non recevoir à ses opposants qui se mobilisent depuis maintenant trois semaines. Il s’est cependant dit ouvert à la formation d'un gouvernement d'union nationale, à la condition que tous les partis y soient représentés.

Le chef du parti a par ailleurs exclu toute démission du gouvernement et dissolution de la Constituante, qualifiant "d'anarchistes" les revendications de l'opposition en ce sens. "Il y a un quasi-consensus pour le maintien de l'Assemblée (nationale constituante), les appels anarchistes à sa dissolution sont devenus minoritaires", a-t-il ajouté.

Hamadi Jebali, l'aile modérée d'Ennahda

Toutefois, en parlant au nom d’Ennahda, Ghannouchi a fait fi de la déclaration, faite la veille, par le secrétaire général du parti, Hamadi Jebali. Ce dernier, représentant de l’aile modérée de la formation politique, considère lui qu’un gouvernement de technocrates aurait bel et bien sa place dans le pays. "Il faut former un gouvernement apolitique pour conduire le pays vers des élections dans les six mois", a indiqué celui qui a dirigé le gouvernement entre décembre 2011 et février 2013.

Galvanisée par l'exemple égyptien, l’opposition demande la dissolution de l'Assemblée nationale constituante, par crainte que la nouvelle Constitution et la nouvelle loi électorale en cours d'élaboration ne consolident la mainmise d’Ennahda sur le pays. Accusant notamment le gouvernement actuel d’avoir failli sur le plan sécuritaire, elle a rejeté l'ensemble des propositions des islamistes et jugé qu'un dialogue ne pouvait débuter qu'avec la mise en place d'un gouvernement formé d'indépendants.

En outre, la coalition d’opposition a annoncé mardi le début d'une campagne "dégage", mot d'ordre largement utilisé lors des révolutions arabes, et notamment tunisienne, en 2011.

Avec dépêches

Première publication : 15/08/2013

  • TUNISIE

    Des milliers de manifestants anti-Ennahda pour la Journée de la femme en Tunisie

    En savoir plus

  • TUNISIE

    En Tunisie, Ennahda et le syndicat UGTT tiendront des pourparlers le 12 août

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Tunisie : la Constituante suspendue, l'opposition veut "la chute du régime"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)