Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Afrique

Afrique du Sud : un an après le drame de la mine de Marikana, "rien n'a changé"

© AFP | Le 16 août 2012, 34 mineurs sont morts à Marikana.

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/08/2013

L'Afrique du Sud commémore ce vendredi le drame de la mine de Marikana survenu le 16 août 2012 après que la police a réprimé dans le sang une révolte de mineurs, faisant 34 morts. Un an après, la situation n'a pas changé pour les travailleurs.

Il y a un an, l'Afrique du Sud vivait le drame de la mine de Marikana (nord de l'Afrique du Sud). Le 16 août 2012, la police sud-africaine, débordée par des grévistes hostiles, avait ouvert le feu sur la foule devant la mine de platine exploitée par le groupe britannique Lonmin, faisant 34 morts et 78 blessés. Ce massacre, le pire depuis la fin de l'apartheid, avait provoqué un traumatisme au sein de la population, rappelant les heures sombres du régime ségrégationniste de l'apartheid aboli en 1994.

Lonmin, la compagnie britannique qui exploite la mine de platine de Marikana, s'est dit vendredi 16 août "désolée" pour la mort des 34 mineurs tués dans la fusillade policière du 16 août 2012.

"Nous ne remplacerons jamais vos êtres aimés, et je dis que nous en sommes vraiment désolés", a déclaré le PDG de Lonmin Ben Magara devant les mineurs et les familles, à l'occasion des cérémonies commémoratives du drame.

Les travailleurs réclamaient une augmentation de salaire. Depuis rien ne semble avoir changé. Pour Anderson Ka-Nduku, mineur à l'usine Lonmin, "la vie est toujours difficile. Nous vivons toujours de la même façon depuis que mes collègues ont été tués sur la colline. Rien n'a changé, pas même les salaires que nous attendions, ils refusent toujours de nous payer".

La tension n'est jamais vraiment retombée depuis un an. Et les rivalités entre syndicats n’ont rien arrangé. Le syndicat national des mineurs (NUM), proche du parti au pouvoir mais en perte de vitesse, s'oppose au syndicat radical Amcu, reconnu majoritaire cette semaine par la direction de Lonmin, au grand dam du NUM.

Cette rivalité syndicale ne cesse d'endeuiller la région depuis un an, les assassinats, suicides et intimidations se succédant jusqu'à ce début de semaine avec l'exécution sommaire, devant sa maison, d'une militante de NUM.

L’enquête s’enlise

À ces tensions syndicales s'ajoutent la défiance constante envers la police et l'absence de résultats des travaux de la commission d'enquête, lancée par le président pour faire la lumière sur le drame. "Nous ne savons toujours pas précisément ce qui s'est passé à Marikana, la commission n'a pas rendu ses conclusions, nous ne sommes pas prêts de pouvoir déterminer qui est responsable de la mort des 34 mineurs", souligne ainsi l'analyste politique Eusebius McKaiser.

Pour Noel Kututwa, le directeur adjoint du département Afrique d'Amnesty International, "les conséquences à long terme en matière de respect des droits de l'Homme en Afrique du Sud seront sérieuses en cas d'échec des autorités" à identifier les coupables.

Le gouvernement sud-africain et le Congrès national africain (ANC, parti au pouvoir) ont annoncé leur décision de rester à l'écart de la commémoration du massacre.

Avec dépêches

Première publication : 16/08/2013

  • AFRIQUE DU SUD

    Un syndicaliste abattu par des hommes armés à la mine de Marikana

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Les mineurs de Marikana acceptent de reprendre le travail

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Nouveaux heurts entre la police et les mineurs grévistes de Marikana

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)