Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Culture

Accusé de plagiat, Robin Thicke défend l'originalité de son tube "Blurred Lines"

Extrait du clip "Blurred Lines"

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/08/2013

Accusé de s'être très largement inspiré de titres de Marvin Gaye et du groupe Funkadelic pour la composition son tube "Blurred Lines", le chanteur Robin Thicke a demandé à la justice américaine de se prononcer sur l'originalité de son œuvre.

Le musicien américano-canadien Robin Thicke, dont le tube "Blurred Lines" fait l'objet d'accusations de plagiat, a pris les devants en demandant, vendredi 16 août, à la justice américaine de verrouiller le copyright de son titre et d'en certifier l'originalité. Le chanteur et ses collaborateurs sur ce titre, les rappeurs Pharrell Williams et T.I., ont déposé leur requête devant une cour fédérale à Los Angeles (Californie), avant même de faire l'objet de poursuites.



La famille de Marvin Gaye a en effet menacé de traîner Robin Thicke devant les tribunaux pour plagiat. Selon les ayant droits du chanteur de soul, décédé en 1984, "Blurred Lines" présente beaucoup de similitudes avec le titre "Got to Give It Up", sorti en 1977. Bridgeport Music Inc., qui possède les droits du groupe Funkadelic, menaçait lui aussi de poursuivre Robin Thicke, qu’il accuse d'avoir pillé la chanson "Sexy Ways", composée par le groupe américain en 1974.

"Radicalement différentes"

Selon le trio de "Blurred Lines", "il n'y a aucune autre similarité entre les compositions [...] que des éléments musicaux ordinaires. [Les auteurs de la requête] ont écrit un tube et l'ont fait sans copier la musique de quiconque". "Offrir des réminiscences d'un ‘son’ ne constitue pas une violation de copyright", affirment leurs avocats. "L'idée, en créant ‘Blurred Lines’, était d'évoquer une époque. La vérité, c'est que ces chansons sont radicalement différentes".


Robin Thicke a d'ailleurs reçu le soutien du leader du groupe Funkadelic, George Clinton, qui sur Twitter, a tranché : "Il n'y a aucun extrait de ‘Sexy Ways’ dans ‘Blurred Lines’ de Robin Thicke... Nous apportons notre soutien à Robin Thicke et Pharrell !"

Ce n'est pas la première fois que ce titre au succès planétaire essuie des critiques. À la sortie de la chanson, plusieurs organisations féministes s'étaient indignées du discours sexiste véhiculé par ses paroles et son clip.

Avec dépêches

Première publication : 17/08/2013

  • MUSIQUE

    "Blurred Lines", le tube de l'été "sexiste" multi-parodié

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)