Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

Virus Ebola et Budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Crise politico-sportive : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Foot européen : carton plein pour les cadors, à l'exception de la Juve

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • De nouveaux heurts à Hong Kong font 20 blessés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Vidéo : l'organisation de l'EI dispose-t-elle d'avions de chasse ?

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

  • Nouvelle attaque meurtrière des rebelles ougandais dans un village du Nord-Kivu

    En savoir plus

  • Hong Kong : les manifestants réinvestissent un campement

    En savoir plus

  • Étudiants disparus au Mexique : le chef d'un cartel arrêté

    En savoir plus

Afrique

Égypte : journée sous tension marquée par un violent assaut dans une mosquée

© Mehdi Chebil / FRANCE 24 | La mosquée Al-Fath au Caire.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/08/2013

Quatrième journée de violences au Caire, samedi, où des pro-Morsi, barricadés dans une mosquée, ont été délogés par la force. La communauté internationale craint désormais que les affrontements ne tournent à la guerre civile.

L’évacuation a duré toute la journée. Samedi 17 août, au lendemain du "vendredi de la colère", où 173 personnes ont trouvé la mort, les partisans du président déchu Mohamed Morsi étaient retranchés dans la mosquée Al-Fath, située sur la place Ramsès au Caire. Pour les déloger, la police a lancé un violent assaut et les a escorté au compte-goutte vers l’extérieur de l’édifice. Certains évacués ont été passés à tabac par des habitants du quartier en colère, tandis des échanges de tirs nourris ont eu lieu entre manifestants et forces de police. Selon les Frères musulmans, plus d'un millier de personnes se trouvaient alors dans la mosquée avant son évacuation.

Les affrontements ont enfin cessé en fin de journée et après ce nouvel épisode violent, le couvre-feu nocturne semble respecté. Le calme est revenu sur la place Ramsès, ainsi que dans le reste de la capitale égyptienne, selon Sonia Dridi, la correspondante de FRANCE 24 sur place. Toutefois, dans des gouvernorats voisins et dans d’autres villes comme Alexandrie, certains continuent de braver les autorités.

Vers une guerre civile ?

En parallèle, la présidence à pris la parole à deux reprises dans la journée. Une première fois pour annoncer sa volonté de dissoudre l’organisation des Frères musulmans, puis une seconde fois pour tenter de répondre à la pluie de condamnations de la communauté internationale, qui s’inquiète de l’issue du conflit qui a déjà fait plus de 750 morts en quatre jours. "L’Égypte n’en n’est pas encore à la guerre civile mais de nombreux ingrédients sont réunis. Il ne semble plus y avoir de forces en mesure d’établir un compromis", explique Sonia Dridi, qui précise que les civils commencent également à s’armer d’eux-mêmes.

Pour se justifier, la présidence assure qu’elle veut la réconciliation, mais dit par ailleurs faire face à "une guerre menée par les forces extrémistes". Environ 250 membres de la confrérie sont visés par une enquête du parquet pour meurtre, tentative de meurtre et terrorisme, rapporte l'agence de presse Mena. Pour la seule journée de vendredi, plus de mille d'entre eux avaient été interpellés lors des manifestations.

Soutiens à l’étranger

En Turquie, des milliers de manifestants se sont rassemblés, à l'appel d'organisations pro-islamistes en faveur de l’ex-président Morsi et ont appelé le monde musulman à "venir en aide au peuple égyptien massacré". Ils étaient 4 000 à Istanbul et près de 10 000 à dans le fief islamiste de Konya au centre du pays, selon l’agence Dogan.

D’autres manifestations ont eu lieu en France ou encore en Israël. Pour exprimer son soutien au pouvoir en place, le roi Abdallah d'Arabie saoudite a ordonné, lui, l'envoi de trois hôpitaux mobiles dans le pays. Avec cette aide, l'Arabie saoudite entend "soutenir le peuple frère de l'Égypte et alléger la pression sur les hôpitaux là-bas", selon un responsable saoudien cité par l'agence officielle SPA.

Les évènement de la nuit de vendredi à samedi en images ci-dessous. Attention, les photos de ce diaporama peuvent heurter les sensibilités :

Première publication : 17/08/2013

  • LIVEBLOG

    Égypte : tous les pro-Morsi de la mosquée assiégée du Caire ont été évacués

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le Premier ministre égyptien propose de dissoudre les Frères musulmans

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Reportage au Caire : comment pro et anti-Morsi se radicalisent

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)