Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Afrique

RD Congo : 82 enfants libérés des griffes de miliciens Maï-Maï

© Archives France 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/08/2013

Plus de 80 enfants, âgés de 8 à 17 ans, ont été retirés des mains de miliciens Maï-Maï, qui les avaient recrutés de force dans l'est de la RD Congo, a annoncé vendredi l'ONU. La moitié d'entre eux ont déjà pu rejoindre leurs familles.

Plus de 80 enfants, dont certains n'ont que 8 ans et qui avaient été recrutés de force par la milice Bakata-Katanga, active dans la province instable du Katanga (est de la République démocratique du Congo) ont pu rejoindre leurs familles, a annoncé l'ONU vendredi 16 août.

La Mission de l'ONU pour la stabilisation de la RDC (Monusco) "salue" dans un communiqué "la séparation de 82 enfants, dont 13 filles, du groupe armé Maï-Maï Bakata-Katanga, survenue entre le 13 et le 15 août 2013". "L'âge de ces enfants, selon la Mosnuco, varie de 8 à 17 ans" et ils auraient été recrutés "durant les six derniers mois" par la milice.

Les enfants, selon l’organisation, ont été "identifiés et séparés" des miliciens "grâce à une action combinée des agences œuvrant dans le domaine de la protection de l'enfant". Quarante d'entre eux ont été "immédiatement" ramenés à leur famille et les autres ont été pris en charge en attendant leur tour.

"Un crime de guerre"

"Nous sommes très préoccupés par les rapports faisant état de recrutements en cours, par le groupe Maï-Maï Bakata-Katanga mais aussi par d'autres groupes dans l'est de la RDC", a déclaré le chef de la Monusco, Martin Kobler, cité dans le communiqué. Il a rappelé que le recrutement d'enfants "pourrait constituer un crime de guerre". La Monusco estime, elle, que, "depuis le début de cette année, 163 enfants, dont 22 filles, ont été séparés des Maï-Maï Bakata-Katanga par la force de l’ONU et des partenaires travaillant dans le secteur de la protection de l'enfant".

Le Katanga, province d’origine du chef de l'État Joseph Kabila, est régulièrement secoué par des velléités sécessionnistes. En juillet 1960, quelques semaines après l'indépendance du Congo de la Belgique, Moïse Tshombe avait proclamé l'indépendance de cette riche province, obligeant l'ONU à intervenir.

Depuis plusieurs mois, la province, principale région économique de la RDC, est agitée par des troubles menés par les indépendantistes Bakata-Katanga, qui se plaignent de la mauvaise répartition des richesses entre le nord de la province, déshérité, et le sud, exploité par de nombreuses compagnies étrangères.

En mars, les Bakata-Katanga, ou Kata Katanga, étaient venus jusque dans Lubumbashi, la capitale provinciale. Venus du nord, ils avaient défilé en ville des armes à la main - avec des enfants - jusqu'à ce que des combats les opposent à l'armée aux abords du gouvernorat. Ces affrontements avaient fait 23 morts, selon le bilan officiel.

Avec dépêches

Première publication : 17/08/2013

COMMENTAIRE(S)