Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Doutes sur l'identité du second bourreau de Daesh

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Franck Baudino, médecin et PDG de Health 4 Development (H4D)

En savoir plus

POLITIQUE

"L’islam n’est pas organisé en France"

En savoir plus

POLITIQUE

Affaire Fillon - Jouyet : "dommage" que les Français ne puissent pas entendre les enregistrements

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : les revendications des militaires entendues par le pouvoir

En savoir plus

FOCUS

En Iran, un éventuel accord sur le nucléaire divise la population

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pierre Cardin, 92 ans, éternel créateur du futur

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : l'offensive d'Obama face à l'immigration

En savoir plus

SPORT

Mondiaux : Tamgho sacré, les relayeuses françaises disqualifiées

© AFP

Vidéo par France 3

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/08/2013

Lors de la dernière journée des Mondiaux à Moscou, Teddy Tamgho a décroché l’or en triple saut grâce à un bond à 18,04m. Les Françaises, initialement médaillées d'argent sur le relais 4x100 m, ont finalement été disqualifiées.

Après une semaine de compétition en demi-teinte, les Français ont finalement conclu les Mondiaux de Moscou, dimanche 18 août, sur une bonne note, en remportant au total quatre médailles, comme lors des précédents championnats du monde à Daegu en 2011.

Teddy Tamgho s’est illustré en remportant l’unique médaille d’or tricolore sur l’épreuve du triple saut. Huit ans après Ladji Doucouré sur 110 m haies, il est monté sur la plus haute marche du podium des championnats du monde avec un incroyable saut à 18,04 m, devant le Cubain Pedro Pablo Pichardo (17,68 m) et l'Américain Will Claye (17,52 m).

Avec cette performance, le Français est le troisième homme dans toute l’histoire de l’athlétisme à franchir la barre des 18 m, le premier depuis 17 ans et le Britannique Jonathan Edward, qui détient toujours le record du monde (18,29m).

Retour fracassant de Teddy Tamgho

Après une absence de plus de 20 mois en raison d’une blessure à la cheville, et d’une suspension à la suite d'une altercation avec une athlète, le sauteur, déjà été sacré en 2010 champion du monde en salle, a su revenir à son meilleur niveau. Le sportif de 24 ans est entré en force dans son concours avec un premier essai à 17,65m. Face au Cubain Pedro Pablo Pichardo, qui lui a offert une belle opposition, le Français n’a pas craqué. Il a pris la tête du concours lors de son quatrième essai avec un bond à 17,68m.

Rageur et concentré, il a finalement mis un terme au duel en réalisant pour son dernier essai un bond à 18,04m, nouveau record de France. Son ancienne meilleure marque remontait à juin 2010 à New York avec 17,98m.

"Je suis très, très content, c'était un concours très, très difficile. Pichardo m'a donné beaucoup de fil à retordre", a-t-il déclaré après sa victoire."Je veux remercier tous ceux qui m'ont soutenu pendant ces deux ans, je remercie tous les Français du fond du cœur", a ajouté le nouveau champion du monde qui a dédié son titre à Alain Mimoun, champion olympique de marathon en 1956 décédé le 27 juin dernier.

De la joie aux larmes pour les relayeuses

Quelques minutes plus tard, ce sont les sprinteuses qui ont apporté une nouvelle joie à l’équipe tricolore en terminant à la deuxième place du relais 4x100 m en 42"73, derrière les Jamaïcaines (41"29) et devant les Américaines (42"73), championnes du monde en titre.

Mais ce bonheur a été de courte durée. L'équipe de France, composée de Céline Distel-Bonnet, Ayodele Ikuesan, Myriam Soumaré et Stella Akakpo, a finalement été disqualifiée par le jury d'appel après une réclamation de la Grande-Bretagne. Les sprinteuses ont été sanctionnées en raison d'un passage de relais hors-zone entre Ikuesan et Soumaré.

"Dans ces moments-là, nous ressentons juste du dégoût et de la tristesse. Je pense que c'est l'un des pires moments qu'un athlète peut vivre", a déclaré, très déçue, Stella Akakpo sur son compte Facebook après cette annonce.

Le président de la Fédération française d'athlétisme Bernard Amsalem a lui aussi vivement réagi dans un communiqué. Il n'a pas remis en cause la faute technique, mais il a dénoncé la décision tardive des juges : "Les relayeuses françaises ont ainsi reçu officiellement leurs médailles, avant de devoir les rendre. Ce procédé est humainement scandaleux et indigne du corps des officiels techniques internationaux".

Les États-Unis récupèrent donc la médaille d'argent, tandis que la Grande-Bretagne se hisse sur la troisième marche du podium.

Avec dépêches

Première publication : 18/08/2013

  • ATHLÉTISME

    Teddy Tamgho, le retour du bad boy de l’athlétisme français

    En savoir plus

  • ATHLÉTISME

    Mondiaux d'athlétisme : la sprinteuse Stella Akakpo dans la cour des grands

    En savoir plus

  • ATHLÉTISME

    Meeting Areva : Myriam Soumaré, force tranquille du sprint français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)