Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Liban : la fin de la crise ? (Partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Émoticône hijab : la victoire de Rayouf Alhumedhi, lycéenne saoudienne

En savoir plus

EUROPE

Intersexualité : le droit de n’être (naître) ni homme ni femme en Allemagne

© AFP

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 19/08/2013

Le 1er novembre prochain, l’Allemagne deviendra le premier pays européen à reconnaître officiellement l'existence d'un troisième genre en donnant la possibilité d’inscrire "sexe indéterminé" sur les certificats de naissance des nouveaux-nés.

Il sera désormais possible d’être sexuellement "neutre" en Allemagne. Dès le 1er novembre, les Allemands devraient être les premiers Européens à rejoindre le groupe restreint de pays accordant aux êtres humains le droit de ne pas choisir entre le genre féminin et masculin. 

Selon les explications du magazine allemand Spiegel Online, les nourrissons allemands présentant une ambigüité sexuelle, c’est-à-dire venant au monde avec les organes génitaux des deux sexes, pourront être déclarés "indéterminés" sur leur certificat de naissance. La question de savoir comment l’inscription de ce "troisième sexe" sera répercutée dans les documents officiels (passeports, cartes d’identité...), n’est pas encore tranchée, note toutefois le quotidien.

Depuis des années, des associations de personnes intersexuées réclament la fin des opérations chirurgicales pratiquées sur les nouveaux-nés sous prétexte de mise en conformité avec les genres traditionnels. Selon "Le Monde", un nouveau-né sur 5000 serait concerné en Europe.

"Alors que les transsexuels - les personnes qui se sentent appartenir à l'autre sexe que celui assigné à leur naissance - sont déjà reconnus légalement en Allemagne, les hermaphrodites - ceux avec des organes génitaux masculins et féminins - ont toujours été forcés de s’identifier à l’un ou l'autre sexe à la naissance", explique de son côté le quotidien britannique "The Guardian". Une négation des droits "personnels" de l’Homme que la Cour constitutionnelle allemande a donc voulu rectifier.

"Le sexe n'est pas que binaire"

Au cours de leur existence, ces "intersexuels" auront toutefois la liberté de modifier leur état civil s’ils le souhaitent. À titre d’exemple, au mois de juin 2013, en Australie, Norrie May-Welby est devenue la première personne "neutre" au monde après avoir décidé de rester "indéterminée" toute sa vie. Une première dont s’était réjouit son avocate : "C'est la première décision reconnaissant que le sexe n'est pas binaire : pas que masculin ou féminin".

Cette reconnaissance juridique en Allemagne devrait, sans surprise, raviver la polémique sur la fameuse "théorie du genre", dont les détracteurs estiment que la réalité biologique d’un être est un fondement inaltérable de la société. 

En France, cette question du "genre" avait déjà secoué les milieux conservateurs et catholiques, notamment lors des manifestations contre le mariage pour tous et en 2011 lorsque le ministère de l’Éducation nationale avait annoncé l’introduction du concept de "l’identité sexuelle" dans les manuels scolaires. Le ministre de l'époque, Luc Chatel, proposait d’expliquer le "genre sexuel" des individus autant par le contexte socio-culturel que par leur sexe biologique.

Première publication : 19/08/2013

  • NOUVELLE-ZÉLANDE

    Premiers mariages homosexuels célébrés en Nouvelle-Zélande

    En savoir plus

  • FRANCE

    À Nantes, deux lesbiennes contraintes de reconnaître les droits du père de leur enfant

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le premier mariage homosexuel a été célébré à Montpellier

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)