Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

  • Christophe de Margerie : disparition d’un patron Total

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Amériques

La CIA reconnaît avoir orchestré le coup d'État de 1953 en Iran

© FRANCE 24

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 19/08/2013

Soixante ans après le coup d’État qui a vu le départ du Premier ministre démocratiquement élu Mohammmad Mossadegh, des documents attestent du rôle de premier plan joué par la CIA dans les événements.

Il y a 60 ans jour pour jour, le 19 août 1953, le Premier ministre de la République d’Iran, Mohammad Mossadegh, était renversé par un coup d’État soutenu par les États-Unis et la Grande-Bretagne. Le shah d'Iran faisait alors son grand retour, mettant en place un régime autocratique avec l'appui de Washington. L’anti-américanisme était alors monté progressivement jusqu'au renversement du shah au printemps 1979 et à la mise à sac de l’ambassade américaine à Téhéran la même année.

Secret de Polichinelle

Des anciens agents de la CIA et des services secrets britanniques ont déjà rapporté l’implication américaine dans les événements de 1953 dans plusieurs livres et articles. Des universitaires ont également publié de nombreux ouvrages sur le sujet. En outre, deux présidents américains en exercice, Bill Clinton et Barack Obama, ont reconnu publiquement que les États-Unis avaient joué un rôle dans l’opération qui a abouti au départ du Premier ministre démocratiquement élu.

Mais ce lundi 19 août 2013, la National Security Archive, une association à but non-lucratif basée à l'université George Washington, a publié "The Battle for Iran" ("La bataille pour l’Iran"), un document jusque-là classifié qui est la première reconnaissance formelle de la part de la CIA que l’agence a aidé à préparer et réaliser le coup d’État de 1953 en Iran. On y apprend que "le coup d’État qui a renversé Mossadegh […] a été réalisé sous la direction de la CIA en tant qu’acte de politique étrangère des États-Unis". Le risque de laisser l’Iran "ouvert à une agression soviétique" a "contraint les États-Unis […] à planifier et exécuter TPAJAX". TPAJAX était le nom de code de l’opération, qui s’appuyait sur des collaborateurs locaux à chaque étape : le but était d'utiliser la propagande pour miner politiquement le Premier ministre jusqu’à ce qu’il y ait des manifestations monstres contre le pouvoir.

Encore beaucoup de secrets

Le document qui relate ces événements est une note interne rédigée au milieu des années 1970 par un historien interne de la CIA. Il avait déjà été rendu public une première fois en 1981 mais le chapitre 3, intitulé "Covert action" ("Action secrète"), était alors resté classifié. En 2011, Malcolm Byrne, directeur adjoint de la National Security Archive, a pu obtenir les trois pages jusque-là manquantes en s’appuyant sur le "Freedom of Information Act", la loi sur la liberté de l'information.

"Ma demande initiale date de 2000, il m’a donc fallu 11 ans pour en arriver là", explique le chercheur dans un e-mail à FRANCE 24. "J’espérais avoir un tableau complet vu qu’il y a encore tant de secrets, mais ces choses-là prennent parfois beaucoup de temps. J’ai décidé de ne pas attendre plus longtemps", ajoute-t-il pour expliquer la publication des documents deux ans après qu’ils lui soient parvenus. Mais "personne d’autre n’a reçu ou publié cette version de 'La bataille pour l'Iran' avant. Donc, oui, c’est nouveau pour le public", conclut-il alors qu’il espère encore recevoir d’autres notes de la CIA, notamment celle intitulée "Zendebad, Shah!", qui date de 1988 et traite aussi du renversement de Mohammad Mossadegh et dont les passages les plus intéressants pour les historiens sont encore expurgés.

Première publication : 19/08/2013

  • IRAN

    Nucléaire iranien : le président Rohani se dit prêt à des négociations "sérieuses"

    En savoir plus

  • IRAN

    Le président iranien Hassan Rohani prône le dialogue avec les Occidentaux

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)