Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

FRANCE

Trois ans de prison ferme pour l'ex-maire d'Hénin-Beaumont

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/08/2013

Gérard Dalongeville, l'ex-maire socialiste d'Hénin-Beaumont (Pas-de- Calais), a été condamné lundi à quatre ans de prison dont trois ferme, à une amende de 50 000 euros et à cinq ans d'inéligibilité pour détournement de fonds publics et corruption.

Le tribunal correctionnel de Béthune a condamné, lundi 19 août, l'ancien maire d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) Gérard Dalongeville à la peine de quatre ans de prison, dont trois ans ferme. Il a également écopé de 50 000 euros d'amende et de cinq ans d'inéligibilité. Il était poursuivi pour détournement de fonds publics et corruption passive. Il a aussitôt annoncé sa décision de faire appel.

Gérard Dalongeville, 42 ans, était accusé d'avoir mis en place avec son ancien premier adjoint chargé des finances, Claude Chopin, et un homme d'affaires, Guy Mollet, un système de fausses factures entre 2006 et avril 2009, au bénéfice d'entreprises qui n'ont jamais honoré les prestations concernées.

Mis en examen en avril 2009, l'ancien maire socialiste a déjà effectué près de neuf mois de détention provisoire. Il ne retournera pas dans l'immédiat en prison, son appel étant suspensif. Sa condamnation va au-delà des réquisitions du ministère public, qui avait demandé le 10 juin quatre ans de prison, dont deux ferme, et 50 000 euros d'amende.

Avec dépêches

Première publication : 19/08/2013

  • LÉGISLATIVES FRANÇAISES

    Hénin-Beaumont, théâtre sinistré de la bataille entre Mélenchon et Le Pen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)