Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar, nouvelle journée de mobilisation à Antananarivo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration: tensions à la frontière franco-italienne

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux Etats-Unis : le président et Trump, une complicité et des désaccords

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

L’invité du jour

Jean-Claude Heudin : "L’intelligence artificielle, c’est un peu comme la force dans Star Wars"

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les ravages du Tramadol, drogue de synthèse prisée des jeunes

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 20/08/2013

"NSA, franchise britannique"

© France 24

Presse internationale, Mardi 20 août 2013. Au menu de la presse internationale ce matin, l’indignation suscitée par la détention du compagnon du journaliste Glenn Greenwald, du Guardian, au nom de la lutte anti-terroriste.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
 
D’après le journal, Downing Street aurait été jusqu’à informer Washington de son projet de détenir David Miranda, qui a passé, on le rappelle, 9 heures sous le feu des questions des services britanniques, soit le maximum de la durée autorisée. «Le gouvernement britannique (nous) a alerté, donc nous savions que c'était quelque chose qui avait des chances de se produire», a expliqué hier le porte-parole de la Maison Blanche.
 
Pour le rédacteur en chef du Guardian, c’est désormais clair: oui, la menace qui plane sur le journalisme d’investigation est réelle. Alan Rusbridger révèle comment le gouvernement britannique a forcé son journal à détruire des informations fournies Edward Snowden, allant jusqu'à le menacer d'une procédure judiciaire s'il ne coopérait pas. Il explique avoir été contacté «par un très haut responsable du gouvernement affirmant qu'il représentait l'opinion du premier ministre». S’ensuivent deux rencontres avec ce responsable qui «demande le retour ou la destruction de tout le matériel sur lequel The Guardian est en train de travailler». Le journal est alors en plein milieu de la publication des révélations sur les programmes de surveillance de masse menés par la NSA et par son homologue britannique, la GCHQ. D’après Alan Rusbridger, les autorités lui disent à ce moment-là: «Vous vous êtes bien amusés. Maintenant nous voulons que vous nous rendiez le machin ». C’est alors que se produit ce que le journaliste qualifie de «l'un des moments les plus bizarres dans la longue histoire du Guardian:deux experts en sécurité de la GCHQ surveillent la destruction des disques durs dans les sous-sols du journal».
 
The Guardian plaide pour une révision complète par le Parlement de la loi antiterroriste britannique. Le journal demande notamment la suppression de l'article 7 cette loi, qui permet à la police d'interroger préventivement toute personne soupçonnée de préparer des actes terroristes en Grande-Bretagne pour déterminer si elle représente une menace. The Guardian voit dans cette révision la seule façon pour le gouvernement de faire amende honorable après ce qui est qualifié de «désastreux épisode de harcèlement d’Etat sur le journalisme indépendant et sur des citoyens libres».
 
 
Du côté de Slate, on reconnaît que oui, la mésaventure de David Miranda a de quoi susciter une juste indignation, mais on relève que le compagnon de Greenwald n’est qu’un exemple parmi d’autres des dérives de la lutte anti-terroriste. Il n’empêche, estime Slate, la loi doit être corrigée, et révisée, ne serait-ce que pour obliger le gouvernement britannique à définir clairement ce qu’il considère comme relevant du terrorisme.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

23/04/2018 revue de presse

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

Dans la presse ce lundi 23 avril : le mouvement de contestation en Arménie, la suite des révélations de Libération sur le cimentier Lafarge en Syrie, la controverse sur loi asile...

En savoir plus

23/04/2018 revue de presse

"Emmanuel Macron courtise Donald Trump, mais est-ce bien utile ?"

À la une de la presse ce lundi 23 avril : les commentaires de la presse française et américaine sur la visite d’État d’Emmanuel Macron aux États-Unis qui commence aujourd’hui,...

En savoir plus

20/04/2018 Immigration

Grande-Bretagne : les oubliés de la génération Windrush

Dans cette seconde revue de presse du vendredi 20 avril : le tollé suscité en Grande-Bretagne par l'arrêt des soins d'un immigré de la génération Windrush oubliée par le...

En savoir plus

20/04/2018 Manifestations

"Universités : le ras-le-bol des antibloqueurs"

Dans cette première revue de presse du vendredi 20 avril : le bilan de la journée de mobilisation d'hier en France, le mécontentement sanglant au Nicaragua et la stratégie...

En savoir plus

19/04/2018 Rap

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

Dans cette seconde revue de presse du jeudi 19 avril, la diplomatie "sans but" de Donald Trump vis-à-vis de la Corée du Nord, l'annonce d'élections anticipées en Turquie, les...

En savoir plus