Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Louis Schweitzer : "La dette perpetuelle, c'est mieux que de laisser crever la Grèce !"

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Crimée, symbole d'une nouvelle Guerre froide ?

En savoir plus

Afrique

La Tunisienne Amina quitte les Femen pour "islamophobie"

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/08/2013

Amina Sbouï, la jeune militante tunisienne du groupe Femen, a annoncé mardi quitter l'organisation féministe. La lycéenne, âgée de 19 ans, accuse le groupe féministe d'islamophobie et lui reproche l'opacité de son financement.

Après avoir milité au sein du groupe contestataire féministe des Femen, l’activiste tunisienne Amina Sboui, libérée début août après deux mois et demi de détention, a annoncé mardi 20 août qu’elle quittait l’organisation féministe la jugeant islamophobe. La jeune femme reproche également au Femen d'avoir un système de financement opaque.

"Il faut respecter la religion de chacun"

"Je ne veux pas que mon nom soit associé à une organisation islamophobe. Je n'ai pas apprécié l'action où les filles criaient ‘Amina Akbar, Femen Akbar’ (une parodie de prière, NDLR) devant l'ambassade de Tunisie en France, ou quand elles ont brûlé le drapeau du Tawhid (dogme fondamental de l'islam) devant la mosquée de Paris", a-t-elle dit à l'édition maghrébine du site d'information Huffington Post

"Cela a touché beaucoup de musulmans et beaucoup de mes proches. Il faut respecter la religion de chacun", a-t-elle ajouté.

Amina fait référence à deux actions menées par Femen en France pour la soutenir alors qu'elle était en détention provisoire pour avoir peint, mi-mai, le mot "Femen" sur le muret d'un cimetière de Kairouan (150 km au sud de Tunis) dans le but de dénoncer un rassemblement d'un mouvement salafiste interdit par les autorités.

Un financement opaque, selon Amina

La jeune fille de 18 ans a par ailleurs critiqué l'opacité du financement de Femen. "Je ne connais pas les sources de financement du mouvement. Je l'ai demandé à plusieurs reprises à Inna (Shevchenko, chef de Femen, NDLR) mais je n'ai pas eu de réponses claires. Je ne veux pas être dans un mouvement où il y a de l'argent douteux. Et si c'était Israël qui finançait ? Je veux savoir", a expliqué Amina, qui se dit désormais "anarchiste".

La lycéenne s'était rendue célèbre en mars sous le pseudonyme d'Amina Tyler en publiant sur Internet des photos seins nus et en se revendiquant de Femen, ce qui lui avait valu des menaces de la mouvance salafiste.

Elle a par ailleurs publié sur le Web, la semaine passée, un nouveau cliché seins nus où on la voit allumant un cocktail Molotov avec une cigarette au moment où la Tunisie est plongée dans une profonde crise politique.

Avec dépêches

Première publication : 20/08/2013

  • TUNISIE

    Non-lieu pour Amina, la Femen jugée pour "avoir dénoncé la torture en prison"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Amina, la Femen tunisienne, jugée pour "avoir dénoncé la torture en prison"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Les avocats d'Amina, la Femen tunisienne, dénoncent un "acharnement judiciaire"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)