Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

Afrique

Reportage dans une Égypte divisée : "Même dans notre famille on se dispute"

© Mehdi Chebil / FRANCE 24

Texte par Mehdi CHEBIL

Dernière modification : 02/12/2013

Alors que l’Égypte est déchirée entre pro et anti-Morsi, FRANCE 24 est allé à la rencontre de deux membres d’une même famille aux opinions politiques diamétralement opposées, afin de mieux comprendre les risques d’une dangereuse radicalisation.

C’est l’histoire de deux frères égyptiens pris dans le tourbillon révolutionnaire du pays. L’un est partisan de longue date des Frères musulmans, l’autre a ouvertement soutenu le coup de force des militaires qui ont renversé le président islamiste Mohamed Morsi. Ils ont beau avoir grandi ensemble et travailler au quotidien dans la même entreprise de Bâtiment et travaux publics (BTP), les frères Massoud ont aujourd’hui des visions politiques radicalement différentes. À eux deux, ils illustrent la polarisation extrême qui prévaut aujourd’hui en Égypte.

Mohamed Massoud, anti-Morsi : "Je ne fais aucune différence entre les morts parmi les Frères musulmans et ceux de l’armée, mais il faut avant tout voir qui en est responsable" © ©Mehdi Chebil / FRANCE 24

L’aîné, Mohamed, âgé de 50 ans et anti-Morsi, n’a de cesse de dénoncer le jusqu’au-boutisme suicidaire des Frères musulmans, quand son petit frère, Reda, 39 ans, dénonce sans relâche la haine aveugle des partisans de "l’État policier". Principale pomme de discorde entre les deux frères : la répression des campements pro-Morsi, le 14 août dernier dans le centre du Caire. Selon Mohamed, il n’y a eu que 120 morts ce jour là, tandis que Reda estime lui que plus de 2 600 manifestants ont perdu la vie dans l’assaut des forces de sécurité. Seul point sur lequel ils s’accordent à ce sujet : ils réfutent le bilan officiel qui fait état de 600 morts.

Élections maudites

C’est précisément la première élection présidentielle libre de l’histoire de l’Égypte qui a mis au jour les divergences d’opinions entre les deux frères. Pourtant, à écouter leur lecture radicalement différente des évènements, il est difficile d’imaginer que Reda et Mohamed aient un jour voté pour la même force politique.

Mamhoumd Ezzat nouveau guide suprême

Les Frères musulmans ont annoncé mardi 20 août qu'ils avaient nommé temporairement Mahmoud Ezzat, l'un des adjoints de Mohamed Badie, au poste de guide suprême de la confrérie.

L’aîné, aujourd’hui foncièrement anti-Morsi, admet pourtant avoir voté pour les Frères musulmans lors des élections législatives de novembre 2011. "Je me suis dit que c’étaient des gens pratiquants, des gens biens. Ils nous ont fait des promesses, assurés qu’il y aurait des investissements et qu’ils pourraient reconstruire l’État", se souvient Mohamed.

L’entrepreneur en BTP a rapidement déchanté après la victoire électorale des Frères musulmans et de ses alliés islamistes. "On s’attendait à ce que le Conseil législatif débatte de sujets importants pour le pays. Au lieu de ça, on a entendu parler d’un projet de loi autorisant le mariage des fillettes de 9 ans et certains députés qui appelaient à la prière en pleine audience au Conseil législatif. Ça peut sembler des détails insignifiants, mais c’est ce qui a changé ma vision des islamistes", affirme Mohamed.

"Choisir entre boire du sang et manger du cochon"

La rupture politique entre les deux frères était donc déjà consommée au moment de l’élection présidentielle de juin 2012. Horrifié par la perspective d’un retour à l’État policier, Reda choisit sans hésitation le candidat de la confrérie, Mohamed Morsi, alors relativement peu connu, contre Ahmed Chafik, dernier premier ministre du régime Moubarak.

Reda Massoud, pro-Morsi : "L’État policier est de retour, on a juste enlevé Moubarak pour mettre Sissi" © © Mehdi Chebil / FRANCE 24

L’enthousiasme des premières élections libres s’est en revanche déjà évanoui pour Mohamed, qui vote au premier tour pour Amr Moussa, ancien ministre des Affaires étrangères et secrétaire général de la Ligue arabe, car "il avait l’expérience et la carrure d’un leader". Choqué par l’élimination de son candidat, Mohamed refuse de participer au second tour. "C’était comme choisir entre boire du sang et manger du cochon", explique l’aîné.

Le fossé se creuse au soir du 24 juin 2012, lorsque Mohammed Morsi devient officiellement le premier président démocratiquement élu du pays avec 51,7% des voix. Fou de joie, Reda descend aussitôt dans les rues de son quartier de Nasr City pour une fête improvisée. Alors que les feux d’artifice et la musique retentissent à l’extérieur, Mohamed broie du noir. Ce dernier est terriblement inquiet car il perçoit désormais les Frères musulmans comme une organisation avide de pouvoir.

Retournement de situation

Les soubresauts de la présidence Morsi – du marasme économique à l’adoption d’une constitution controversée – ne font qu’éloigner un peu plus les deux frères. Mohamed signe alors la pétition du mouvement d’opposition Tamarod sans se douter que les jours de Morsi au pouvoir étaient déjà comptés. Au soir des manifestations monstres du 30 juin 2013, la situation des deux frères s’est complètement inversée.

"Ce jour là, j’ai eu l’impression qu’une épine m’avait été retirée du pied (…) Ça faisait un an que je n’avais pas vu autant de joie sur le visage des gens", se remémore Mohamed. C’est pourtant l’inquiétude qui s’empare de Reda, persuadé que l’armée soutiendra l’opposition. Ses pires craintes se confirment le 3 juillet quand le général Abdel Fattah al-Sissi renverse le président élu, au prétexte d’exaucer la volonté du peuple.

La suspension de la Constitution et la détention du président, dans un lieu tenu secret, marquent le début d’une période de troubles sanglants que les deux frères s’accordent à décrire comme une catastrophe. "Toute l’Égypte a chuté avec ce qui s’est passé", commente Mohamed, qui soutient la répression brutale opérée par le nouveau régime. "Même s’il y avait eu des milliers de morts, c’était malheureusement la

Les deux frères sont pessimistes pour le futur de la démocratie en Égypte. Mohamed regrette la révolution de 2011, qui a apporté "plus d’insécurité que de liberté". Reda rappelle que les Égyptiens ont été "habitués à subir depuis les pharaons". © © Mehdi Chebil / FRANCE 24

seule solution (…) On ne pouvait pas laisser Morsi donner le Sinaï aux Palestiniens, le canal de Suez au Qatar et deux gouvernorats du sud de l’Égypte au Soudan", ajoute-t-il en évoquant des rumeurs qu’il considère comme véridiques.

Des affirmations qui ne suscitent plus aucune surprise chez Reda. "Ça fait longtemps que je connais les opinions de mon frère. Ce qui me fatigue, c’est d’être présenté comme un terroriste par les médias alors que notre télévision d’État devrait être impartiale (…) Il est malheureusement dans l’habitude des Égyptiens de salir ceux qui ne sont pas d’accord", explique Reda d’un air dépité.


"Les Frères musulmans sont morts dans tous les cas"

Mohamed indique qu’il compte sur l’armée égyptienne pour empêcher les Frères musulmans de revenir en politique, au moins jusqu’à ce qu’une faction interne plus modérée renverse le leadership vieillissant de la confrérie. Interrogé sur ce qu’il ferait si cette faction des "Frères sans violence" venait à s’imposer de nouveau dans des élections libres, le frère aîné, qui soutient la destitution de Morsi, reste silencieux un long moment.

"Ça n’arrivera pas…", affirme finalement Mohamed, arrachant un éclat de rire à un autre pro-Morsi présent dans la pièce. "Très bien, qu’ils gagnent alors, mais qu’ils ne nous gouvernent pas de la même façon !" s’exclame Mohamed.

Reda n’a, quant à lui, aucun doute sur la détermination de la confrérie, qu’il décrit comme engagée dans une lutte pour sa survie. "Moralement, on a été très affaiblis par la répression (…) Mais les Frères n’ont pas d’autre choix que de manifester. Qu’ils continuent ou qu’ils s’arrêtent, ils sont morts dans tous les cas", résume d’un air sombre le frère cadet. "Le problème principal n’est d’ailleurs pas la personne du président Morsi elle-même. C’est que le verdict des urnes n’a pas été respecté" ajoute Reda.

Malgré la flambée de violence actuelle, les deux frères sont parvenus à rester en bons termes. "Même si on se dispute dans notre famille, ça reste mon frère", explique Mohamed. "C’est vrai que nous sommes une famille divisée entre les partisans des Frères musulmans et ceux de l’armée, mais on reste unis car on est convaincus que la politique est avant tout un jeu trop sale", conclut le frère aîné.

Malgré leurs opinions politiques divergentes, les deux frères sont parvenus à rester en bons termes. © ©Mehdi Chebil / FRANCE 24

Première publication : 20/08/2013

  • ÉGYPTE

    Égypte : arrestation du guide suprême des Frères musulmans Mohamed Badie

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak bientôt libre ?

    En savoir plus

  • ÉGYPTE - REPORTAGE

    En images : Bibles brûlées et murs calcinés dans une église copte de Gizeh

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)