Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel avenir pour la SNCM?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU se réunit en urgence

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois juifs"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

Afrique

Mohamed Badie, le Guide suprême "au sourire difficile et à l'esprit rigide"

© AFP

Vidéo par Nay NAAYEM

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 20/08/2013

À la tête de la confrérie des Frères musulmans depuis 2010, Mohamed Badie a été arrêté mardi et placé en détention préventive pour une durée de 15 jours. Réputé austère et rigide, le Guide suprême a toujours prôné un islam radical.

Il était l’homme "au sourire difficile et à l’esprit rigide". À 70 ans, Mohamed Badie, plus haute autorité des Frères musulmans, a été arrêté au Caire dans la nuit du 19 au 20 août par l’armée et placé en détention préventive pour une durée de 15 jours. Sur les images des télévisions égyptiennes qui diffusent en continu son arrestation, le Guide suprême, réputé aussi sévère qu’austère, affiche un visage défait.

Après l'arrestation de Mohamed Badie, placé en détention préventive pour une durée de 15 jours, les Frères ont aussitôt nommé Mahmoud Ezzat Guide par intérim. Celui-ci était l'un des adjoints de Mohamed Badie au sein de l'exécutif de la confrérie. "Il assumera les fonctions de Guide suprême sur une base temporaire", peut-on lire sur le site des Frères musulmans.

Mahmoud Ezzat "a la réputation d'être un faucon", note Karim Bitar, directeur de recherche à l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS). "Il pourrait s'agir d'un signal envoyé, montrant qu'on peut répondre à l'autoritarisme par un autre autoritarisme", ajoute le spécialiste.

Il faut dire que si le bras de fer entre l’armée et la confrérie islamiste a tourné au bain de sang en Égypte - le dernier bilan officiel fait état d'au moins 900 morts dans le pays -, "l’arrestation du chef des Frères est un énorme choc", assure Antoine Basbous, le président de l’Observatoire des pays arabes, contacté par FRANCE 24. Du haut de son siège de chef suprême, Mohamed Badie, pourtant recherché par la police pour "incitation à la violence" depuis le 10 juillet, "n’imaginait sans doute pas il y a quelques semaines encore que l’armée oserait s’attaquer à lui", ajoute le spécialiste. "Hiérarchiquement, il était plus important que Mohamed Morsi lui-même", poursuit Antoine Basbous.

Islamisation de la société

Discret dans les médias, Moahamed Badie n'en était pas moins la "colonne vertébrale" de la confrérie. "Il était le président de la République de Frères. L’ancien président islamiste lui obéissait au doigt et à l’œil", rappelle encore Antoine Basbous. Avec sa capture et son procès prévu le 25 août, c’est l’organisation toute entière qui se retrouve décapitée, ou tout du moins considérablement affaiblie. "C’est donc un coup de l’armée extrêmement important porté contre le mouvement. [Le général] Al-Sissi veut leur briser l’échine. Sans doute replongeront-ils dans la clandestinité", ajoute le spécialiste.

Formé par l’aile la plus rigoriste du mouvement, créé il y a 85 ans, le huitième Guide suprême a toujours été partisan d’un système fondé sur l’islamisation en profondeur de la société égyptienne. À 16 ans, il fait ses premières classes dans la mouvance du théoricien radical Sayyid Qutb, "le plus grand idéologue, à la pensée structurée, que la confrérie ait jamais connu" explique Antoine Basbous.

Cette idéologie radicale le conduira plusieurs fois derrière les barreaux. En 1966, il est condamné à 15 ans de prison par un tribunal militaire pour "complot visant à renverser le pouvoir". Dans une Égypte qui tolérait alors du bout du fusil la présence des Frères musulmans, il est néanmoins libéré en 1974 par Anouar al-Sadate "qui ne voit pas en lui une menace importante et qui cherchait à se réconcilier avec la mouvance islamiste, au détriment des socialistes qui constituaient la garde rapprochée de Nasser". Son maître à penser, Sayyid Qutb, est quant à lui exécuté. En 1996, Mohamed Badie devient membre du Conseil de guidance (Majis al-Irchad), la plus haute instance de la confrérie. Un titre qui l’enverra une nouvelle fois en prison en 1999 "pour l’exemple, pour faire peur", précise Antoine Basbous.

Les Frères sur la voie du djihad ?

Ce parcours mouvementé façonnera l’homme politique qu’il deviendra en 2010. Élu au mois de janvier de cette même année à la tête de la confrérie suite à la démission de Mahdi Akef - une première, le Guide suprême conservant normalement ses fonctions jusqu’à sa mort -, Mohamed Badie connaissait donc tous les rouages de l'organisation. Il savait aussi amadouer l'Occident. "C’est un doctrinaire, un homme rigide, explique le spécialiste du monde arabe. Mais à son accession à la tête des Frères musulmans, il prônait des vertus démocrates et progressistes. Une stratégie qui n’était destinée qu’à rassurer la communauté internationale."

Aujourd’hui, son arrestation, sa détention et la répression sanglante menée à l’égard des islamistes rappellent les sombres heures de l’ère Moubarak. "Le risque tourne désormais autour de la réponse des partisans des Frères. On pourrait assister à des actions encore plus radicales de leur part", souligne Sonia Dridi, la correspondante de FRANCE 24 au Caire. Une crainte partagée par Antoine Basbous : "Certains de leurs partisans risquent de s’engager sur la voie du djihad et de mener bataille partout en Égypte sur le modèle de ce qui se passe dans le Sinaï : harceler les autorités à travers des actions terroristes".

Première publication : 20/08/2013

  • ÉGYPTE

    Reportage dans une Égypte divisée : "Même dans notre famille on se dispute"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Reportage : au Caire, visite guidée dans l’hôpital de la police égyptienne

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Dans le Sinaï, au moins 24 policiers égyptiens tués lors d'une attaque

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)