Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

Amériques

Procès Manning : le gouvernement requiert au moins 60 ans de prison

© AFP

Vidéo par Stephen CARROLL

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/08/2013

Le procureur a requis lundi une peine minimum de 60 ans de prison à l'encontre du jeune soldat Bradley Manning, qui a reconnu avoir transmis des documents confidentiels au site Wikileaks. Une peine qui doit servir d'exemple, selon le magistrat.

"Pas moins de 60 ans de prison", c’est ce qu’a requis le gouvernement américain lundi 19 août à l'encontre de Bradley Manning, accusé d'être à l'origine de la divulgation d'informations confidentielles dans le cadre de l'affaire WikiLeaks.

Une peine qui a valeur d’exemple. Le procureur militaire Joe Morrow a demandé à la juge Denise Lind "d'envoyer un message à tous les soldats qui envisageraient de voler des informations classifiées", en envoyant le jeune Américain pendant six décennies derrière les barreaux et en lui infligeant une peine de 100 000 dollars d'amende.

"Pourrir en prison"

"Nous devons nous assurer que nous ne verrons plus jamais un tel cirque", a souligné le procureur, convaincu que la "trahison" du soldat, un "initié déterminé à exploiter les failles d'un système imparfait", avait durablement endommagé les relations diplomatiques des États-Unis.

Le soldat de première classe de l'US Army a reconnu avoir transmis quelque 700 000 documents confidentiels au site internet WikiLeaks, qui les a publiés en 2010. Manning a plaidé coupable pour une dizaine de charges, qui lui valent d'encourir un minimum de 20 ans de prison, mais la juge Denise Lind l'a reconnu coupable en outre de faits d'espionnage et de fraude. Il a lui-même regretté la semaine dernière "avoir fait du mal aux gens et aux États-Unis".

"Le gouvernement veut qu'il pourrisse en prison", a fustigé de son côté son avocat David Coombs, remarquant que l'accusation "ne s'intéressait qu'à la punition" et non à la réinsertion d'un accusé "jeune", "humaniste", "très intelligent", "naïf certainement, mais bien intentionné".

Son avocat plaide la naïveté

"À ce moment-là, il croyait vraiment et sincèrement que ces informations feraient la différence, et il ne pensait pas qu'elles nuiraient aux États-Unis", a plaidé l'avocat civil. "Il pensait profondément que cela pourrait mettre un terme aux guerres en Irak et en Afghanistan, aussi naïve que puisse être sa position, elle était sincère".

Considérant sa "jeunesse", sa "santé émotionnelle" et "la pureté de ses intentions", l'avocat a demandé à la juge Lind de punir son client, certes, mais d'une peine qui lui donne la "possibilité de vivre [...] peut-être de trouver l'amour, de se marier, d'avoir des enfants et de regarder ses enfants grandir".

Tandis que l'avocat s'est efforcé de convaincre que "l'impact à long terme" de la fuite était limité et que "de nombreux pays l'avait déjà oubliée", le procureur militaire a insisté sur le côté "destructeur" du comportement du soldat, qui avait choisi "sciemment" d'être analyste du renseignement en Irak et avait "abusé de sa position de confiance".

"Aucune excuse", selon le procureur

"Quand on trahit son pays, on ne mérite pas la clémence d'un tribunal", a-t-il estimé dans cet ultime réquisitoire, "il n'y a aucune excuse". Le procureur a balayé toutes les circonstances atténuantes concernant la fragilité mentale, l'enfance difficile et les troubles d'identité sexuelle de Manning.

Après deux mois et demi de procès en cour martiale, la juge Denise Lind se retirera pour délibérer mardi en fin de matinée.

Avec dépêches

Première publication : 20/08/2013

  • ÉTATS-UNIS

    WikiLeaks : le soldat Bradley Manning "regrette d'avoir blessé les États-Unis"

    En savoir plus

  • WIKILEAKS

    Assange condamne le verdict prononcé contre le soldat Manning

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Manning non coupable de collusion avec l'ennemi, condamné pour espionnage

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)