Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Prime d'activité : le plan de François Hollande pour la jeunesse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Séisme : "Le Népal dévasté"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "Le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Volkswagen : sortie de route pour le patriarche Ferdinand Piëch

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France peut-elle faire pression pour éviter l'exécution de Serge Atlaoui ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée : l'absence de stratégie en Europe mise en cause

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide des Arméniens : déni et mémoire se côtoient cent ans après

En savoir plus

SPORT

Stella Akakpo, disqualifiée au relais 4x100 m : "C'est ma médaille, elle restera chez moi"

© AFP | Stella Akakpo avec sa médaille d'argent sur le podium à Moscou.

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 20/08/2013

Deux jours après leur disqualification sur le relais 4x100 mètres, les relayeuses françaises dénoncent le comportement de la Fédération internationale d'athlétisme. La sprinteuse Stella Akakpo refuse de rendre sa médaille d'argent.

En participant à ses premiers championnats du monde, Stella Akakpo pensait revenir de Moscou avec de beaux souvenirs. Mais c’est une sportive terriblement déçue qui est arrivée lundi 19 août à Paris. En quelques heures, la sprinteuse française a connu toutes les émotions, de la joie la plus intense à la plus cruelle des déceptions.

À 19 ans, l’athlète a cru vivre le 18 août un véritable conte de fée en finale du 4x100 mètres. Dernière relayeuse de l’équipe de France, la jeune sprinteuse crée la sensation sur la dernière ligne droite en arrivant deuxième derrière les Jamaïcaines. Avec ses coéquipières Céline Distel-Bonnet, Ayodele Ikuesan et Myriam Soumaré, elle fête alors ce titre de vice-championne du monde. Podium, séance photos, interviews... Les quatre Françaises ont le droit à tous les honneurs deux heures durant.

Prévenues par un tweet

Mais en arrivant à leur hôtel, le rêve s’effondre. Les relayeuses découvrent qu’elles sont finalement disqualifiées en raison d’un passage de relais hors-zone entre Ayodele Ikuesan et Myriam Soumaré. "On allait se préparer pour fêter notre médaille au Club France. On a décidé de regarder nos messages sur Internet venant de nos proches et de nos familles et c’est là qu’on l’a appris par un tweet de l’IAAF [la Fédération internationale d’athlétisme, NDLR]. Personne ne nous a prévenues. C’était vraiment très dur", raconte Stella Akakpo à FRANCE 24.

La finale du relais 4x100 m féminin


Sur la ligne d’arrivée, les Françaises avaient pourtant bien senti que leur deuxième passage de relais était limite : "Au début, c’est vrai, on n’a pas sauté de joie. Mais les juges ont validé la course à plusieurs reprises. À partir du moment où on a eu les médailles, on pensait que plus personne ne pouvait nous les retirer". Consciente de leur faute technique, les relayeuses ne contestent pas leur relais hors-zone mais sont très en colère contre le comportement de la Fédération internationale. "Si on avait été un autre pays, on aurait aussi porté réclamation [la Grande-Bretagne a récupéré la médaille de bronze après avoir fait appel devant les juges, NDLR]. Mais après il y a une façon de faire. Donner des médailles et les reprendre, c’est inhumain et antisportif. C’est très dur à accepter", affirme la benjamine de l’équipe de France, toujours très émue.

"Une belle et jeune équipe"

Malgré cette décision officielle et irrévocable de l’IAAF, les sprinteuses tricolores sont finalement rentrées chez elles avec leurs médailles d’argent dans leurs bagages. Aucun officiel n’est venu jusqu’à présent les réclamer et elles n’ont pas l'intention de les renvoyer. "C’est la mienne, je la garde. Elle restera chez moi. Elle est gravée à mon nom, je ne vois pas la nécessité de la récupérer. Vu comment ils nous ont disqualifiées, ils pourraient au moins avoir la gentillesse de nous la laisser. C’est notre seul souvenir", explique Stella Akakpo.

La jeune femme ne cache pas sa colère mais elle avoue avoir aussi tiré des enseignements de cette première grande compétition internationale. Promis à un bel avenir, la championne d’Europe junior sur 100 mètres a goûté l’espace de quelques heures au grand frisson d’un podium mondial. En individuel ou en relais, elle compte bien récidiver : "Il faut prendre le côté positif. On a une belle et jeune équipe. Tous les autres pays savent que les Françaises sont là désormais".

Ayodele Ikuesan, Céline Distel-Bonnet, Myriam Soumaré et Stella Akakpo sur le podium des Mondiaux, avant d'apprendre leur disqualification. © AFP

Première publication : 20/08/2013

  • ATHLETISME

    Mondiaux : Tamgho sacré, les relayeuses françaises disqualifiées

    En savoir plus

  • ATHLÉTISME

    Mondiaux d'athlétisme : la sprinteuse Stella Akakpo dans la cour des grands

    En savoir plus

  • ATHLÉTISME

    Meeting Areva : Myriam Soumaré, force tranquille du sprint français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)