Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Orchestre national de Barbès : le collectif survolté joue sa "Dame de coeur"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

  • En direct : Abdelaziz Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

Moyen-Orient

Réunion d'urgence de l'ONU sur l'usage présumé d'armes chimiques en Syrie

© AFP

Vidéo par Julien FANCIULLI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/08/2013

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit en séance extraordinaire ce mercredi soir pour parler de l'usage présumé d'armes chimiques en Syrie. Plusieurs pays, dont la France, demandent une enquête des experts de l'ONU.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a décidé de tenir des consultations à huis clos ce mercredi soir après que l’opposition syrienne a accusé le régime de Bachar al-Assad d'avoir utilisé des armes chimiques lors d’une attaque dans la nuit du 20 au 21 août contre les rebelles dans la banlieue de Damas. L'opposition affirme que les bombardements ont causé la mort de 1 300 personnes.

Selon le porte-parole adjoint de l’ONU, Eduardo del Buey, le secrétaire général Ban Ki-Moon s’est dit "scandalisé" par ces allégations et "réaffirme sa détermination à mener une enquête approfondie sur les incidents présumés qui lui sont signalés par des États membres".

"Établir la vérité"

La France et la Grande-Bretagne ont demandé aux enquêteurs de l’ONU présents sur place de vérifier les informations données par les rebelles sur l’usage d’armes chimiques. "On ne comprendrait pas que la mission de l'ONU ne puisse pas accéder directement alors que les cadavres sont encore là", a déclaré à la presse le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius à l'issue d'un entretien à Paris avec son homologue William Hague. "Nous espérons que l'équipe de l'ONU à Damas aura un accès immédiat et sans restrictions à ce site pour établir la vérité", a dit pour sa part le ministre britannique.

Même son de cloche à Washington qui réclame également un "accès immédiat" de l'ONU au site de l'attaque. Les États-Unis jouent leur crédibilité dans cette histoire : il y a un an, le 20 août 2012, Barack Obama avait prévenu Bachar al-Assad que le déplacement ou l'utilisation d'armes chimiques en Syrie constituerait une "ligne rouge" pour la Maison Blanche et aurait des "conséquences énormes". Si l'attaque à l'arme chimique de ce mercredi était confirmée, cette mise en garde du président américain apparaîtrait "ridicule" estiment certains experts.

Demande d'enquête

Selon les Nations unies, le chefs des inspecteurs de l'ONU présents à Damas, Ake Sellström, est actuellement en discussions avec les autorités syriennes "sur tous les problèmes relatifs à l'utilisation d'armes chimiques, y compris l'incident signalé le plus récemment".

D’après des diplomates en poste à l’ONU cités par l’agence Reuters, les États-Unis, la
Grande-Bretagne et la France vont officiellement demander à Ban Ki-Moon l'ouverture d'une enquête sur l'usage présumé d'armes chimiques en Syrie.

Le ministère russe des Affaires étrangères a pour sa part réclamé une enquête honnête et professionnelle sur l'attaque chimique présumée. Moscou, allié indéfectible du président syrien Bachar al-Assad, a toutefois laissé entendre qu'il s'agissait-là peut-être d'une provocation de la part des insurgés.

Avec dépêches

 

Première publication : 21/08/2013

  • SYRIE

    L’armée syrienne accusée d’attaques à l’arme chimique dans la banlieue de Damas

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les inspecteurs de l'ONU sont à Damas pour enquêter sur les armes chimiques

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les rebelles syriens rejettent les accusations russes sur l'utilisation de gaz sarin

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)