Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Ne boudons pas notre fierté"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Huppert et Depardieu dans "Valley of love"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crise au Burundi : Explosion de grenades à Bujumbura

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les 1001 vies d'Abderrahmane Sissako

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Organisation de l'État Islamique, Ramadi, Palmyre, les jihadistes consolident leur position

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La croissance verte : une chance pour les entreprises ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les coulisses de la gastronomie française

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 26/08/2013

"Frappes ciblées : la séduction sans engagement"

© France 24

Presse internationale, lundi 26 août 2013. Au menu de la presse internationale ce matin, l’éventualité de frappes occidentales sur la Syrie. Pour ou contre ? La question fait débat.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On consacre cette revue de presse internationale à la Syrie, où le régime a finalement autorisé les experts de l’ONU présents à Damas à se rendre sur le lieu de l’attaque chimique de la semaine dernière.
 
D’après The Huffington Post, leur enquête devrait commencer aujourd’hui - enquête limitée toutefois, dans la mesure où ces experts n’auront pas le droit de chercher à identifier les responsables de cette attaque, et surtout parce qu’après presque une semaine, les preuves de ce qui s’est passé ont très probablement "pu être détruites". La Syrie fait mine d’obtempérer, après que les chancelleries occidentales ont commencé à accorder leurs violons, à mettre la pression sur Damas et à envisager une possible réponse armée.
 
En quoi consisterait cette éventualité ? D’après The Daily Mail, les responsables militaires américains et britanniques seraient en train d’établir une liste de cibles potentielles pour frapper le cœur du régime. Le journal rappelle que c’est sa maîtrise des airs qui a permis au régime de prendre l’avantage sur la rébellion, il rapporte que d’éventuelles frappes occidentales pourraient aussi cibler les unités syriennes soupçonnées d’être à l’origine des attaques chimiques. S’agissant de l’attaque de la semaine dernière, le journal révèle qu’elle pourrait avoir été lancée par la 155e brigade de la 4e division blindée de l’armée syrienne, une division dont la base se trouve dans une zone montagneuse à l’ouest de Damas, et qui est dirigée par le frère de Bachar el-Assad, Maher.
 
Mais selon The Washington Post, la situation en Syrie pourrait requérir davantage de moyens que le lancement de missiles de croisière. Eliot A.Cohen, l’expert militaire qui livre ce matin son analyse dans le journal, explique que les frappes aériennes sont comme la façon dont on fait sa cour de nos jours : une forme de séduction sans engagement ou, pour résumer, une stratégie sans lendemain. "Certes, écrit-il, la tentation est grande de suivre la stratégie suivie en son temps par Clinton : une salve de tirs futile, et dans la foulée, une séquence d’autocongratulation et la tentative de passer à autre chose. Mais cette stratégie ne fonctionnerait pas en Syrie, où un régime minoritaire est en train de se battre pour sa survie et parviendrait à venir à bout d’une douzaine de bigbangs."
 
Le régime syrien est peut-être minoritaire, mais il dispose de plusieurs alliés de poids, au premier rang desquels l’indéfectible Russie. Dans l’interview qu’il a accordée au journal pro-gouvernemental Izvestiya, Bachar el-Assad martèle que ceux qui le combattent sont une poignée de terroristes à la solde d’Al-Qaida, et que les accusations de recours aux armes chimiques, non seulement ne sont pas prouvées, mais sont la preuve de l’avancée des forces syriennes face aux "terroristes".
 
Mise en doute par The Washington Post, l’efficacité d’éventuelles frappes aériennes est même jugée dangereuse par The Independent, qui rappelle "l’effrayant précédent" afghan et  "le bain de sang sectaire" en cours en Irak.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

25/05/2015 Revue de presse française

"Ne boudons pas notre fierté"

Presse française, lundi 25 mai 2015. Au menu de cette revue de presse, le palmarès du 68ème festival de Cannes, qui consacre le cinéma hexagonal, l’itinéraire d’un djihadiste...

En savoir plus

22/05/2015 Revue de presse française

Quelle stratégie face à l'organisation de l'Etat islamique ?

Au menu de cette revue de presse française, les interrogations autour de la stratégie à adopter face à l'organisation de l’État islamique, toujours plus "conquérante" sur le...

En savoir plus

22/05/2015 Revue de presse internationale

La prise de Ramadi : la faute aux Américains ?

Au sommaire de cette revue de presse internationale, le référendum historique en Irlande sur le mariage homosexuel, mais aussi la controverse, après la prise de Ramadi par l'EI,...

En savoir plus

21/05/2015 Revue de presse internationale

"Pleurer les pierres"

Presse internationale, jeudi 21 mai 2015. Au menu de cette revue de presse internationale, la chute de Palmyre, en Syrie, la déclassification de certains documents de Ben Laden,...

En savoir plus

21/05/2015 Revue de presse française

"Le nombril des socialistes"

Presse française, jeudi 21 mai 2015. Au menu de cette revue de presse, la grève des hôpitaux de Paris, pour protester contre la remise en cause des 35 heures, le passage en force...

En savoir plus