Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'Atelier des Lumières offre une vie numérique aux œuvres de Klimt

En savoir plus

TECH 24

La guerre des données : pas de confiance, pas de data !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 22/08/2013

"Qu'est-ce qu'une "ligne rouge"?"

© France 24

Presse internationale, Jeudi 22 août 2013. Au menu de la presse internationale ce matin, Damas accusée par l’opposition d’avoir eu recours aux armes chimiques. Les doutes, et l’inertie de la communauté internationale.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On consacre cette revue de presse internationale aux accusations de recours aux armes chimiques en Syrie. Des accusations formulées par l’opposition syrienne, et sur lesquelles le Conseil de sécurité de l’ONU a demandé à ce que «la lumière soit faite».
 
On s’interroge toujours sur la véracité de ces accusations extrêmement graves, mais ce qui ne fait pas de doute, c’est que les faubourgs de Damas ont connu hier une nouvelle journée d’intenses bombardements - à voir à la Une ce matin du Wall Street Journal, où l’on voit un homme s’enfuir en courant, un enfant dans les bras. Le régime a reconnu avoir mené des opérations militaires dans les zones sous contrôle des rebelles, mais il nie avoir eu recours aux armes chimiques.
 
 Massacre», le mot est à la Une du Daily Mirror, qui ne s’embarrasse toutefois d’aucun conditionnel: «et maintenant, ils gazent des enfants», titre le tabloïd, en évoquant un «massacre des innocents».
 
Ailleurs le doute est à la mesure de l’horreur qui se reflète dans les images. A la Une du Guardian, celle d’un vieil homme penché sur le cadavre d’un nouveau-né, et du côté de The Independent, des hommes qui errent au milieu des morts, des civils probablement, morts ou désemparés.
 
Pour l’opposition syrienne, c’est désormais l’indécision de l’ONU, qui s’avère la plus mortelle. Cité par L’Orient Le Jour, l’opposant George Sabra, parle de 1300 morts lors de l’attaque présumée d’hier, et déclare: «Celui qui nous tue et tue nos enfants ce n’est pas seulement le régime. L’indécision américaine nous tue. Le silence de nos amis nous tue (...). L’indifférence des Arabes et des musulmans, l’hypocrisie du monde, que nous croyions libre, nous tuent».
 
La violence des images, et la force des mots, contre lesquels The Independent met toutefois en garde ses lecteurs. «Certes, l’évidence semble indéniable, irréfutable, mais rappelez-vous, la guerre en Syrie est aussi une guerre de propagande» écrit le journal, qui regrette l’étroitesse du mandat des inspecteurs de l’ONU, qui ne leur permettra sans doute pas de vérifier par eux-mêmes de ce dont il s’agit.
 
Pour The Guardian, la nature des symptômes présentés par les victimes rend tout à fait plausibles les accusations d’une attaque chimique, qui si elle était avérée, prouverait le choix d’une nouvelle stratégie à Damas, le régime syrien ayant finalement fait le calcul que quoi qu’il fasse, la communauté internationale restera inerte. Si tel est le cas, estime The Guardian, de nouvelles attaques chimiques pourraient avoir lieu à l’avenir. L’impunité dont jouit le régime ne peut que l’encourager à agir sans retenue.
 
The Guardian estime que la situation précaire dans les pays arabes contribue à la paralysie de la communauté internationale en Syrie, et elle paralyserait en premier lieu l’Administration Obama, d’après le site Slate, qui explique que chaque hésitation du président américain conforte un peu plus les autocrates moyen-orientaux. Slate ironise sur la fameuse «ligne rouge» évoquée par Barack Obama il y a tout juste un an: «Barack Obama serait bien avisé de ne plus jamais utiliser le terme «ligne rouge» à l’avenir, parce qu’à partir de maintenant, plus personne ne sait ce que cela veut dire».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/04/2018 Immigration

Grande-Bretagne : les oubliés de la génération Windrush

Dans cette seconde revue de presse du vendredi 20 avril : le tollé suscité en Grande-Bretagne par l'arrêt des soins d'un immigré de la génération Windrush oubliée par le...

En savoir plus

20/04/2018 Manifestations

"Universités : le ras-le-bol des antibloqueurs"

Dans cette première revue de presse du vendredi 20 avril : le bilan de la journée de mobilisation d'hier en France, le mécontentement sanglant au Nicaragua et la stratégie...

En savoir plus

19/04/2018 Rap

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

Dans cette seconde revue de presse du jeudi 19 avril, la diplomatie "sans but" de Donald Trump vis-à-vis de la Corée du Nord, l'annonce d'élections anticipées en Turquie, les...

En savoir plus

19/04/2018 Angela Merkel

Sur l'Europe, "Macron et Merkel rentrent dans le dur"

Dans la presse, ce jeudi 19 avril, la rencontre entre Emmanuel Macron et Angela Merkel à Berlin, l'appel à la grève générale lancé en France par la CGT, la guerre du "free...

En savoir plus

18/04/2018 Journalisme

Forbidden Stories : "Pour que le travail de Daphne Caruana Galizia ne soit pas perdu"

Dans cette seconde revue de presse du mercredi 18 avril, le collectif Forbidden Stories reprend les enquêtes de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia, tuée il y a six...

En savoir plus