Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Theresa May est du côté obscure de l'Europe"

En savoir plus

FOCUS

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rachida Brakni, combattante culturelle

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Irak : dans le piège de Mossoul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Paris et l'Île-de-France ont perdu 1,5 million de touristes en 2016

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Après le PSG, la magie de Monaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen au Liban : en quête de stature internationale

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 22/08/2013

"Qu'est-ce qu'une "ligne rouge"?"

© France 24

Presse internationale, Jeudi 22 août 2013. Au menu de la presse internationale ce matin, Damas accusée par l’opposition d’avoir eu recours aux armes chimiques. Les doutes, et l’inertie de la communauté internationale.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On consacre cette revue de presse internationale aux accusations de recours aux armes chimiques en Syrie. Des accusations formulées par l’opposition syrienne, et sur lesquelles le Conseil de sécurité de l’ONU a demandé à ce que «la lumière soit faite».
 
On s’interroge toujours sur la véracité de ces accusations extrêmement graves, mais ce qui ne fait pas de doute, c’est que les faubourgs de Damas ont connu hier une nouvelle journée d’intenses bombardements - à voir à la Une ce matin du Wall Street Journal, où l’on voit un homme s’enfuir en courant, un enfant dans les bras. Le régime a reconnu avoir mené des opérations militaires dans les zones sous contrôle des rebelles, mais il nie avoir eu recours aux armes chimiques.
 
 Massacre», le mot est à la Une du Daily Mirror, qui ne s’embarrasse toutefois d’aucun conditionnel: «et maintenant, ils gazent des enfants», titre le tabloïd, en évoquant un «massacre des innocents».
 
Ailleurs le doute est à la mesure de l’horreur qui se reflète dans les images. A la Une du Guardian, celle d’un vieil homme penché sur le cadavre d’un nouveau-né, et du côté de The Independent, des hommes qui errent au milieu des morts, des civils probablement, morts ou désemparés.
 
Pour l’opposition syrienne, c’est désormais l’indécision de l’ONU, qui s’avère la plus mortelle. Cité par L’Orient Le Jour, l’opposant George Sabra, parle de 1300 morts lors de l’attaque présumée d’hier, et déclare: «Celui qui nous tue et tue nos enfants ce n’est pas seulement le régime. L’indécision américaine nous tue. Le silence de nos amis nous tue (...). L’indifférence des Arabes et des musulmans, l’hypocrisie du monde, que nous croyions libre, nous tuent».
 
La violence des images, et la force des mots, contre lesquels The Independent met toutefois en garde ses lecteurs. «Certes, l’évidence semble indéniable, irréfutable, mais rappelez-vous, la guerre en Syrie est aussi une guerre de propagande» écrit le journal, qui regrette l’étroitesse du mandat des inspecteurs de l’ONU, qui ne leur permettra sans doute pas de vérifier par eux-mêmes de ce dont il s’agit.
 
Pour The Guardian, la nature des symptômes présentés par les victimes rend tout à fait plausibles les accusations d’une attaque chimique, qui si elle était avérée, prouverait le choix d’une nouvelle stratégie à Damas, le régime syrien ayant finalement fait le calcul que quoi qu’il fasse, la communauté internationale restera inerte. Si tel est le cas, estime The Guardian, de nouvelles attaques chimiques pourraient avoir lieu à l’avenir. L’impunité dont jouit le régime ne peut que l’encourager à agir sans retenue.
 
The Guardian estime que la situation précaire dans les pays arabes contribue à la paralysie de la communauté internationale en Syrie, et elle paralyserait en premier lieu l’Administration Obama, d’après le site Slate, qui explique que chaque hésitation du président américain conforte un peu plus les autocrates moyen-orientaux. Slate ironise sur la fameuse «ligne rouge» évoquée par Barack Obama il y a tout juste un an: «Barack Obama serait bien avisé de ne plus jamais utiliser le terme «ligne rouge» à l’avenir, parce qu’à partir de maintenant, plus personne ne sait ce que cela veut dire».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/02/2017 REVUE-DE-PRESSE

Irak : dans le piège de Mossoul

Dans la revue de presse internationale, ce mardi, la bataille de Mossoul, les tensions entre la Malaisie et la Corée du Nord après l'assassinat du demi-frère du dirigeant...

En savoir plus

21/02/2017 REVUE-DE-PRESSE

Après le PSG, la magie de Monaco ?

Dans la presse française ce matin, le match très attendu de Ligue des Champions entre Monaco et Manchester City et beaucoup, beaucoup de politique.

En savoir plus

20/02/2017 Revue de presse française

"Le croque-mort se rebiffe"

Au menu de cette revue de presse française, lundi 20 février, la fin des discussions entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, le regain d’optimisme des soutiens de François...

En savoir plus

17/02/2017 sécurité

Donald Trump : "La presse est totalement hors de contrôle"

À la une de cette revue de presse internationale, le Washington Post qui publie de nouvelles révélations exclusives. Elles concernent Michael Flynn, l'ancien conseiller à la...

En savoir plus

17/02/2017 Emmanuel Macron

Emmanuel Macron : "Je ne suis ni dans la repentance, ni dans le refoulé"

À la une de la presse française ce matin, l'interview d'Emmanuel Macron dans les colonnes du Figaro. Le candidat à la présidentielle à la tête du mouvement "En Marche" réagit à...

En savoir plus