Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Mali : Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

Amériques

WikiLeaks : après sa condamnation, Manning affirme être une femme

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/08/2013

Au lendemain de sa condamnation à 35 ans de prison pour avoir fourni une masse de documents confidentiels au site WikiLeaks, le soldat américain Bradley Manning a révélé qu'il voulait devenir une femme et qu'il espérait être gracié.

Le soldat américain Bradley Manning a fait une annonce choc au lendemain de sa condamnation à 35 ans de prison pour divulgation d'une masse d'informations confidentielles au site WikiLeaks. Il a ainsi déclaré jeudi 22 août vouloir devenir une femme et se faire appeler Chelsea.

"À partir de maintenant, pour cette nouvelle phase de ma vie, je veux que tout le monde sache qui je suis vraiment. Je suis Chelsea Manning, je suis une femme", a fait savoir le jeune soldat de 25 ans dans un texte qui a été lu lors d'une émission sur la chaîne de télévision américaine NBC news, en présence de son avocat David Coombs.

"Étant donné la manière dont je me sens depuis que je suis enfant, je veux commencer un traitement hormonal dès que possible. J'aimerais aussi qu'à partir d'aujourd'hui on m'appelle par mon nouveau prénom et que l'on utilise le pronom féminin pour parler de moi", a ajouté l'ancien analyste du renseignement.

Selon son avocat, Bradley Manning a attendu la fin de son procès pour faire cette annonce car il ne voulait pas voir ce sujet perturber les débats.

Manning espère être gracié

Son avocat, David Coombs, a également déclaré lors de l'émission qu'il s'attendait à ce que son client soit gracié par Barack Obama, auprès de qui il a déposé une demande. Les troubles de l'identité sexuelle du soldat avaient déjà été mis en avant par son avocat durant le procès qui s'est achevé mercredi.

Manning doit être incarcéré à la prison militaire de Fort Leavenworth, dans le Kansas (centre), un établissement qui ne fournit pas à l'heure actuelle le traitement hormonal demandé par le jeune homme.

"J'espère que Fort Leavenworth va faire ce qu'il faut pour lui permettre d'avoir accès à ce traitement, sinon je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour m'assurer qu'ils y seront obligés", a dit David Coombs.

En 2010, Bradley Manning, qui était alors analyste des services de renseignement en poste à Bagdad, avait transmis plus de 700 000 dossiers classés, vidéos de combats et télégrammes diplomatiques confidentiels au site WikiLeaks, propulsant cette organisation et son fondateur, Julian Assange, sous les feux de l'actualité.

Avec dépêches

Première publication : 22/08/2013

  • ÉTATS-UNIS

    WikiLeaks : le soldat Bradley Manning condamné à 35 ans de prison

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Procès Manning : le gouvernement requiert au moins 60 ans de prison

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    WikiLeaks : le soldat Bradley Manning "regrette d'avoir blessé les États-Unis"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)