Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Égypte : la répression des homosexuels s'intensifie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Carnage à Peshawar

En savoir plus

FRANCE

Un général congolais mis en examen à Paris pour crimes contre l'humanité

© Capture YouTube

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/08/2013

Interpellé en région parisienne dans le cadre de l'enquête sur l'affaire des "disparus du Beach de Brazzaville", le général congolais Norbert Dabira a été mis en examen pour "crimes contre l'humanité". Il est accusé d'enlèvements et de tortures.

Après son interpellation jeudi 22 août à Torcy, en région parisienne, le général congolais Norbert Dabira a été mis en examen pour crimes contre l’humanité dans le cadre de l’enquête sur l’affaire des "disparus du Beach de Brazzaville".

Libéré "sous un contrôle judiciaire strict", le militaire âgé de 64 ans est soupçonné de pratique massive et systématique d’enlèvements, de disparations et d’actes de torture.

Une enquête avait été ouverte en France en 2002 pour tenter d’éclaircir les circonstances de la disparition en 1999 de 350 Congolais au Beach, la principale porte de Brazzaville sur le fleuve Congo.

Réfugiés en République démocratique du Congo (RDC, ex-Zaïre) après avoir fui la guerre civile, ces personnes avaient disparu à leur retour, après avoir accosté au débarcadère du Beach. Selon des ONG, à leur arrivée, ils avaient été "arrêtés par des agents publics pour interrogatoire".

Le général Dabira, ancien inspecteur général de l’armée congolaise et actuel haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants, faisait partie en 2005 des 15 accusés, principalement des haut gradés de l’armée et de la police, acquittés par la Cour criminelle de Brazzaville dans cette affaire.

La cour d'appel de Paris avait annulé en 2004 l'intégralité de la procédure ouverte pour "crimes contre l'humanité" mais la Cour de cassation a finalement cassé cette décision en 2007, permettant à l'instruction de reprendre.

La justice française avait pu être saisie selon le principe de "compétence universelle", qui lui permet d’enquêter sur des faits survenus à l’étranger lorsque l’un des accusés se trouve en France au moment de l’ouverture de l’enquête.

Avec dépêches

 

Première publication : 22/08/2013

  • Scène d'humiliation envers des femmes à Brazzaville et le centre historique du Caire menacé

    En savoir plus

  • CONGO

    Denis Sassou Nguesso dénie à la justice française "le droit" d'enquêter sur les "biens mal acquis"

    En savoir plus

  • CONGO-BRAZZAVILLE

    Journée de deuil national à Brazzaville après les explosions meurtrières

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)