Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

Moyen-Orient

Hollande évoque un usage "probable" d'armes chimiques en Syrie

© AFP | Archives

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/08/2013

Au cours d'un entretien téléphonique avec le secrétaire général de l'ONU sur les massacres perpétrés en Syrie le 21 août, dans la banlieue de Damas, François Hollande a jugé "probable" l'usage d'armes chimiques durant cette attaque.

François Hollande a évoqué jeudi "l'usage probable d'armes chimiques" lors d'un entretien téléphonique avec le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, à propos des "massacres intervenus en Syrie" dans la nuit de mardi à mercredi, a déclaré l'Elysée.

Le chef de l'Etat "a fait part (au secrétaire général de l'ONU) de l'émotion suscitée en France par les massacres intervenus en Syrie dans la nuit du 20 au 21 août, et de l'usage probable d'armes chimiques", a écrit la présidence dans un communiqué.

Le président a également "salué l'engagement de M. Ban Ki-moon pour procéder à une enquête rapide et impartiale et a réaffirmé son soutien total aux Nations Unies pour mener à bien cette mission dans les meilleurs délais", toujours selon l'Elysée.

Les membres du Conseil de sécurité ont affirmé mercredi vouloir "faire la lumière" sur les accusations d'utilisation d'armes chimiques près de Damas et "salué" la "détermination" de l'ONU à enquêter. Mais le Conseil n'a pas adopté de déclaration formelle, la Russie et la Chine, qui s'efforcent de protéger le régime du président syrien Bachar al-Assad, s'y opposant.

AFP

Première publication : 22/08/2013

  • SYRIE

    L'ONU veut "faire la lumière" sur les accusations d'attaque au gaz en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    L’armée syrienne accusée d’attaques à l’arme chimique dans la banlieue de Damas

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Les djihadistes belges en Syrie privés d’aides sociales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)