Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Moyen-Orient

Hollande évoque un usage "probable" d'armes chimiques en Syrie

© AFP | Archives

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/08/2013

Au cours d'un entretien téléphonique avec le secrétaire général de l'ONU sur les massacres perpétrés en Syrie le 21 août, dans la banlieue de Damas, François Hollande a jugé "probable" l'usage d'armes chimiques durant cette attaque.

François Hollande a évoqué jeudi "l'usage probable d'armes chimiques" lors d'un entretien téléphonique avec le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, à propos des "massacres intervenus en Syrie" dans la nuit de mardi à mercredi, a déclaré l'Elysée.

Le chef de l'Etat "a fait part (au secrétaire général de l'ONU) de l'émotion suscitée en France par les massacres intervenus en Syrie dans la nuit du 20 au 21 août, et de l'usage probable d'armes chimiques", a écrit la présidence dans un communiqué.

Le président a également "salué l'engagement de M. Ban Ki-moon pour procéder à une enquête rapide et impartiale et a réaffirmé son soutien total aux Nations Unies pour mener à bien cette mission dans les meilleurs délais", toujours selon l'Elysée.

Les membres du Conseil de sécurité ont affirmé mercredi vouloir "faire la lumière" sur les accusations d'utilisation d'armes chimiques près de Damas et "salué" la "détermination" de l'ONU à enquêter. Mais le Conseil n'a pas adopté de déclaration formelle, la Russie et la Chine, qui s'efforcent de protéger le régime du président syrien Bachar al-Assad, s'y opposant.

AFP

Première publication : 22/08/2013

  • SYRIE

    L'ONU veut "faire la lumière" sur les accusations d'attaque au gaz en Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    L’armée syrienne accusée d’attaques à l’arme chimique dans la banlieue de Damas

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Les djihadistes belges en Syrie privés d’aides sociales

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)